Pollution : les coraux préfèrent désormais se nourrir de plastique

Pollution : les coraux préfèrent désormais se nourrir de plastique
Pollution : les coraux préfèrent désormais se nourrir de plastique
Par Cécilia Ouibrahim publié le
1349 lectures

Les coraux préfèrent se nourrir de plastique plutôt que de leur nourriture naturelle, révèlent des chercheurs américains.

Jusqu’aux abysses sous-marines, les poissons ingèrent du plastique. Les récifs coralliens y sont particulièrement exposés. Et tandis que les abeilles ont intégré le plastique dans leur habitat, les coraux l’ont introduit dans leur alimentation. En plus d’ingérer accidentellement des microplastiques, ces espèces les préfèrent même à leur nourriture naturelle, avance une récente recherche américaine.

Un repas mortel 

L’accumulation des microplastiques dans la mer constitue une véritable menace pour la biodiversité. Les mutations environnementales peuvent nuire aux espèces marines et altérer leur comportement. Parue mercredi 26 juin dans les journaux scientifiques Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, une étude dévoile qu’une espèce de corail en particulier favoriserait l’ingestion de plastique aux nutriments naturels. Les scientifiques ont exploré l'absorption de microplastiques par le corail tempéré Astrangia poculata. Après avoir analysé des colonies capturées à l'état sauvage, les chercheurs ont détecté plus de 100 particules microplastiques par polype. Pour déterminer les préférences d’ingestion des coraux, les experts ont nourri les espèces avec des oeufs de crevettes de saumure et des microbilles en plastique de la même taille. Résultat : les coraux ont choisi les billes de microplastiques et ont décliné l'offre ultérieure d’aliments naturels.
Les scientifiques concluent que l'ingestion régulière de plastique inhibe la prise de nourriture. En consommant les microbilles, les coraux ont également ingéré des cellules d’Escherichia coli, vectrices de nouvelles maladies.  

Des espèces menacées par la pollution

L’étude n’ayant examiné qu’une seule espèce de corail, les autres pourraient réagir différemment, mettent en garde les auteurs. Toutefois, ces premières conclusions les inquiètent : "ces découvertes détaillent les mécanismes spécifiques par lesquels les microplastiques menacent les coraux". De nombreuses mesures commencent à être mises en place, en particulier pour protéger la Grande barrière de corail. Le joyau du patrimoine de l'Humanité a subi de graves épisodes de blanchissement notamment du fait de la pollution.

 

Source(s):
Commentaires