Plusieurs daims d'un parc touristique morts après avoir ingéré du plastique

Plusieurs daims d'un parc touristique morts après avoir ingéré du plastique
Plusieurs daims d'un parc touristique morts après avoir ingéré du plastique
Par AFP/Relaxnews publié le
729 lectures

Si les touristes ne sont pas autorisés à donner de la nourriture aux daims, sauf celle vendue dans le parc, nombre d'entre eux ne respectent pas ces consignes...

Voyager oui, mais pas au détriment de la biodiversité. Le groupe de défense de la nature a annoncé la mort de neuf daims du parc de Nara, ancienne capitale du Japon, qui ont ingéré des sacs en plastique. L’organisation pointe du doigt le tourisme de masse. 

Les touristes ne respectent pas les règles 

La Fondation de préservation des daims de Nara a précisé que ces daims, morts entre mars et juin derniers, contenaient de grandes quantités de sacs en plastique et sachets de snacks. L’un d’entre eux en avait ingéré plus de 4 kg. "Nous étions surpris. C'est vraiment beaucoup", a confié à l'AFP un responsable de la fondation Yoshitaka Ashimura.


Plus d’un millier de daims errent dans les rues du parc en quête de crackers spéciaux vendus sur place. Si les touristes n'ont pas le droit de nourrir les daims avec une autre nourriture, la règle n'est pas respectée, précise Yoshitaka Ashimura. "Les daims pensent probablement que le plastique d'emballage des divers snacks qui leur sont donnés est aussi comestible", a-t-il souligné, précisant que ces animaux se nourrissent normalement d'herbe et de glands. Le spécialiste pense que les animaux ingèrent également les déchets plastique qu’ils trouvent au sol. Un manque de civisme non sans conséquence sur les animaux. Pour M. Ashimura, il est essentiel que les visiteurs ne jettent plus leurs ordures dans le parc. 

Ce lieu très vaste comprend de très anciens temples et sanctuaires qui attirent de plus en plus de touristes, dont le nombre s'est élevé à 16 millions en 2017. Les daims, qui sont près de 1.200, y sont protégés.
 

Photos : © Behrouz MEHRI - AFP/Archives

Commentaires