Toulouse : une résidence étudiante meublée à partir de récup’

Toulouse : une résidence étudiante meublée à partir de récup’
Toulouse : une résidence étudiante meublée à partir de récup’
Par Claire Villard publié le
519 lectures

Cette rentrée, les étudiants toulousains peuvent expérimenter une nouvelle forme de logement, taillée sur mesure pour eux, et en accord avec leurs préoccupations écologiques. Bienvenue à "L’Annexe" !

Il n’y a pas si longtemps, l’immeuble abritait la Chambre d’agriculture de la Haute-Garonne. Situé au bord du canal du Midi, sur les allées de Brienne, il accueille désormais non pas des travailleurs du monde agricole, mais bien des étudiants, toutes disciplines confondues. Le groupe immobilier toulousains des Chalets en a fait l’acquisition en vue de lui donner une seconde vie. Et dans ce même esprit de recyclage, pour ce qui touche au mobilier, il a fait appel à l’entreprise coopérative Merci René, "facilitateur d’environnement durable".

Traçabilité et hygiène garanties

"Nous avons débuté par une phase d’étude en questionnant les étudiants sur leurs attentes et leurs besoins, par le biais d’un questionnaire sur internet et de rencontres physiques, explique Olivier Hue, fondateur et gérant de Merci René. Nous avons ensuite établi un cahier des charges pour un aménagement idéal." Les 153 appartements (T1 et T2 essentiellement, avec quelques logements plus grands destinés à la colocation) de la résidence sont concernés, ainsi que deux parties communes et les bureaux du gérant. Il faut compter 360 euros par mois pour un T1 et 600 euros mensuels pour un T3. 

Pour meubler ces espaces, trois types de mobiliers sont utilisés. D’abord, le mobilier d’occasion. "Il s’agit d’éléments récupérés dans les ressourceries, ou bien à Emmaüs. Cela désigne les meubles qui nécessitent simplement d’être nettoyés", détaille Olivier Hue. Ensuite, le mobilier upcycling : "Tout ce que nous avons fabriqué nous-mêmes, mais à partir de matériaux recyclés, de chutes. Comme les rideaux du dressing à partir de vieux draps, par exemple." Et enfin, le mobilier neuf, "mais local, pour lequel nous avons une traçabilité des matériaux utilisés. Par exemple, le bois vient du Tarn." Bien entendu, le confort n’est pas sacrifié au profit de la démarche écolo.  "Les matelas et les sommiers sont 100 % reconditionnés. Ils subissent un traitement thermique permettant d’éliminer toutes les bactéries, de sorte à garantir une hygiène parfaite."

Sensibilisation et lien social

Pour pousser plus loin encore le projet, Merci René mettra en place des événements autour de l’éco-responsabilité au sein de L’Annexe. Des temps collectifs et festifs, pour Noël ou la fête des voisins, et des ateliers mensuels par petits groupes pour parler do it yourself, tri sélectif et bonnes pratiques. Le programme d’activités sera prochainement mis en place, à l’issue d’une concertation avec tous les habitants. "L’idée sera aussi de créer du lien social, entre les étudiants, mais également en conviant les commerçants d’à-côté. Tout cela reste à déterminer ensemble."

Bon plan pour les étudiants de la Ville rose, mais aussi pour Merci René, qui, grâce à ce projet d’envergure qui lui a été confié, a vu son activité boostée et a pu se transformer en coopérative, après seulement un an et demi d’existence. Elle poursuit sa mission d' "aménagement responsable" sur un large territoire, notamment en Ardèche avec le réaménagement d’un magasin Biocoop, et en Ariège sur un site d’accueil pour personnes isolées.

Plus d’infos : https://merci-rene.com

Commentaires