Homéopathie : ce qui change pour les professionnels et les patients

Homéopathie : ce qui change pour les professionnels et les patients
Homéopathie : ce qui change pour les professionnels et les patients
Par La rédaction publié le
5042 lectures

Alors que le Conseil de l'Ordre des médecins a mis fin jeudi dernier au titre actuel d'homéopathe pour les futurs médecins, le ministère de la Santé a confirmé que les médicaments et les préparations homéopathiques ne seront plus remboursés par la sécurité sociale à compter du 1er janvier 2021.

Le couperet est tombé. Alors que la filière de l’homéopathie était déjà dans la tourmente, professionnels et patients vont devoir s’adapter à la nouvelle législation concernant cette médecine alternative. Jeudi 3 octobre, le Conseil national de l'Ordre des médecins, réuni en session plénière, a adopté à une très large majorité une décision mettant fin aux conditions dérogatoires du droit au titre vis à vis de l'homéopathie. Concrètement, tout médecin envisageant de pratiquer l'homéopathie ne peut plus désormais acquérir ce qualificatif. Cependant, les médecins déjà dotés du titre d'homéopathe pourront le conserver, la mesure à effet immédiat n'étant pas rétroactive. L'ordre rappelle qu'il reconnaissait l'homéopathie comme "orientation d'activité" depuis 1974 et que, depuis 1984, les médecins devaient justifier d'une formation de 300 heures, universitaire ou non.

Malgré cette décision, l'ordre des médecins appelle les "universités à travailler ensemble à l'élaboration éventuelle d'une maquette de diplôme plus globale sur l'intégration des médecines complémentaires et alternatives". Si les universités décidaient de créer ce diplôme, l'ordre "pourrait" se pencher à nouveau sur la question dans les mois ou années à venir.

Fin du remboursement dès le 1er janvier 2021

En juillet dernier, le gouvernement a annoncé que l'homéopathie ne serait plus remboursée qu'à 15 % au 1er janvier 2020, contre 30 % actuellement, et que ce taux tomberait à zéro au 1er janvier 2021. Deux arrêtés publiés ce mardi au Journal officiel confirme ce déremboursement, le ministère de la Santé s’étant rangé à l'avis de la Haute Autorité de santé (HAS) qui avait conclu fin juin 2019 à l'absence d'efficacité avérée de ces produits pharmaceutiques. Un premier arrêté porte sur la radiation des médicaments homéopathiques de la liste des spécialités remboursables. Des centaines de spécialités, certaines très connues comme l'arnica montana, le gelsemium sempervirens ou le nux vomica, sont notamment citées. Le second arrêté met fin à la prise en charge par l'assurance maladie des préparations homéopathiques, réalisées par les pharmaciens, "en l'absence d'intérêt démontré pour la santé publique", est-il écrit.

Dans les deux cas, le déremboursement complet interviendra au 1er janvier 2021. Alors que le taux de remboursement de certains médicaments homéopathiques était fixé à 65 % en 1984, il avait été ramené à 35 % en 2003 puis 30 % en 2011. L'an dernier, l'homéopathie a représenté 126,8 millions d'euros sur environ 20 milliards pour l'ensemble des médicaments remboursés, selon l'assurance maladie.

Les médecins généralistes satisfaits 

En mars 2018, une centaine de médecins généralistes avaient publié une tribune dans les colonnes du Figaro pour demander l’arrêt du remboursement des médicaments homéopathiques par la sécurité sociale. Une médecine alternative regroupant selon eux, des "soins, médicaments ou traitements issus de disciplines refusant leur évaluation scientifique rigoureuse". 

Ils avaient également interpellé les facultés de médecine afin qu’elles cessent de délivrer des diplômes pour ces pratiques et, que ces diplômes ne soient plus reconnus par l’Ordre. Trois mois plus tard, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, avait alors annoncé la mise en place d’une évaluation : "Peut-être l’homéopathie pourrait-elle rentrer dans le droit commun, être évaluée. (...) Si elle est inutile, elle arrêtera d’être remboursée", avait-elle déclaré. Les signataires semblent donc avoir obtenu gain de cause…

Avec AFP/Relaxnews 

Source(s):
  • AFP/Relaxnews
Commentaires