Jambon : bientôt une taxe nitrites ?

Jambon : bientôt une taxe nitrites ?
Jambon : bientôt une taxe nitrites ?
© Pixabay
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
1726 lectures

Richard Ramos, un député du MoDem a déposé un amendement afin que les industriels utilisant des conservateurs E250, plus communément appelés nitrites, soient soumis à une taxe supplémentaire…

Pains, boissons, charcuterie, gâteaux… les additifs sont partout. C’est en effet l’un des points noirs des aliments ultratransformés. Alors que certaines boissons sucrées sont soumises à une taxe soda, entrée en vigueur en 2012, et renforcée en 2018, Richard Ramos, un député du MoDem souhaite la mise en place d’une taxe nitrites. De nombreux jambons contiennent ces additifs connus sous le code E250.

Richard Ramos a ainsi déposé un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), proposant que ces produits soient taxés de 10 centimes d'euro par kilos, payés par les industriels. "On démarre tout petit, on le créé dans le budget de la Sécurité sociale, et s'ils ne font pas ce qu'il faut, alors on recommencera la taxe", explique l’élu. "On propose de mettre en place un outil qui entraîne peu de contraintes financières dans un premier temps – 10 centimes par kilogramme de sel nitrité soit 0,10 centime par kilogramme de produit fini –, pour que les industriels aient le temps de s’adapter. Notre but n’est pas punitif, mais de les pousser à aller vers de meilleures pratiques", poursuit-il.

Les députés ont voté le 15 octobre dernier cette proposition en commission, malgré les réticences du rapporteur du texte, le député LRM Olivier Véran.

Sels nitrités, risque de cancer avéré

Les industriels utilisent des nitrites car ils donnent une couleur rose aux jambons et saucissons et permettent d’allonger leur durée de conservation. Mais plusieurs études ont mis en évidences leur nocivité pour la santé. Selon l’OMS, ce conservateur est cancérigène alors qu’il est fréquemment ajouté aux viandes transformées et en charcuterie. Pour le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) estime que "chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18 % environ". En 2015, le CIRC a donc classé les viandes transformées "cancérogènes avérés".

Si cet amendement est un premier pas, l’association Foodwatch France aimerait que les politiques interdisent complètement les sels nitrités. "Une taxe, ce n’est pas suffisant, previent Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch France. Il n’y a pas de débat sur les dangers en termes de santé publique, ceux-ci sont avérés, et des industriels savent déjà très bien s’en passer", souligne-t-elle.

La proposition de Richard Ramos sera examinée par les parlementaires dès la semaine prochaine, au cours de l’examen du texte en séance publique.


Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :

Commentaires