On a testé : manger moins salé durant un mois

sel
30 jours : On a testé de manger moins salé
© Pixabay
Par Feriel Didane publié le
1570 lectures

Le sodium joue un rôle important dans le bon fonctionnement de l'organisme humain. Mais comme pour tout, à forte dose, il nuit à la santé. L'excès de sel fait des ravages sur la santé. Notre journaliste en étant accro, elle a décidé de relever un défi : limiter sa consommation de sel durant 30 jours. Voici son verdict.

"Une alimentation sans sel n’a aucune incidence sur la santé, mais il est essentiel d’en apporter à l’organisme par le biais des aliments, affirme la diététicienne et nutritionniste, Dalix Romane. En effet, "le sel contient du sodium et du chlorure, qui participent par exemple à la transmission des signaux nerveux, au maintien des volumes sanguins ou encore la contraction musculaire," affirme la spécialiste. Mais s'il est important d'en consommer, gare aux excès en cuisine. Car si on utilise le sel pour donner du goût à nos plats, ou les conserver plus longtemps, en manger trop nuit à la santé. Le risque :  le vieillissement de la peau, l’hypertension artérielle, et des risques de déclin cognitif selon diverses études. 

En consommer avec modération 

Une consommation excessive de sel est néfaste pour la santé. Cela augmente le risque d’hypertension artérielle et de maladies cardio-vasculaires. Le sel pourrait favoriser l’élimination urinaire du calcium et provoquer ainsi l’ostéoporose, explique la diététicienne et nutritionniste Dalix Romane.

Pour les États membres de l’Organisation Mondiale, il faudrait réduire de 30 % la consommation de sel de la population mondiale d’ici 2025. Effectivement, la majorité des personnes consomment en moyenne entre 9 et 12 g de sel par jour, soit le double des recommandations de l’OMS, qui s’élève à seulement 5 grammes de sel par jour. Cela représente  de 1 c. à café par jour.

Pourquoi j'ai voulu manger moins salé

Les transports quotidiens pour aller au bureau, je n'y échappe pas. Et tous les soirs, je constatais que mes pieds gonflaient considérablement. Mon médecin traitant a donc soupçonné le sel. Voilà qui me semblait logique puisque je fais partie des personnes qui ne peuvent pas s’empêcher de saler leur repas avant même d’y avoir goûté ! J'en mets dans tous mes plats. Et cette rétention d'eau provenait certainement d'une alimentation riche en sel.

Il est vrai que l'on ne se rend pas compte de la quantité de sel qui se trouve dans les aliments. Ce composé se trouve dans de nombreux aliments, parfois en grande quantité comme dans le pain, les fromages, charcuteries, biscuits apéritifs, repas cuisinés... Une chose était sûre : entre les plats préparés, les frites dont je raffole, je dépassais les recommandations journalières. 

Les alternatives pour remplacer le sel

Après les conseils de mon médecin, j'ai décidé de diminuer les quantités de sel quotidiennes, mais pas de l'éliminer complètement de mon alimentation, comme je pensais le faire avant de débuter ma "cure". Mon objectif : ne pas dépasser une demi cuillère à café par jour. Tout d’abord, j’ai commencé par le plus facile : diminuer les achats des aliments industriels transformés, les conserves... ou du moins, je prenais le temps d'analyser les étiquettes. Le but : choisir ceux qui étaient à faible teneur en sodium. 

En éliminant les plats préparés, j'ai dû me mettre davantage aux fourneaux. Cela m'a permis de manger plus de légumes, que j'agrémentais avec peu de sel. Pour donner plus de goût à mes plats, j’ai misé sur les épices comme le curcuma, la cannelle, le cumin... Et cela est d'autant plus intéressant car elles possèdent plusieurs vertus, notamment sur la digestion et le système immunitaire. Autre astuce : ne pas lésiner sur les herbes aromatiques (basilic, ciboulette, persil, thym...).

Dans la salade, un filet de jus de citron et parfois de pamplemousse suffisait à ravir  mon palais et à apporter de l'acidité et du piquant. 

Comme le souligne notre spécialiste, "les insuffisances d’apports en sel sont extrêmement rares. Pour les  personnes qui souhaitent ne plus saler leurs aliments, il est conseillé de manger des aliments naturellement salés comme les produits de mer." On peut aussi se ruer sur l'algue nori, délicieux et naturellement salé pour apporter du goût à nos plats. 

Manger moins salé : les changements constatés

Après 30 jours de cure, le plus flagrant fut la réduction de mes oedèmes : mes pieds n'enflent plus. En plus de cette diminution de rétention d'eau, en consommant des produits moins salés, ma sensation de soif au cours de la journée a considérablement diminué. Toutefois, je m'efforce de boire au moins 1,5 L d'eau par jour... pas toujours facile aujourd'hui je l'avoue.

Enfin, plus globalement, je me sens plus légère ! Bien évidemment, cela est certainement dû à mon changement alimentaire. J'ai, en effet, fait une croix sur les fast-foods, les soupes ou nouilles préparées, les chips... Je me sens plus dynamique, j'ai plus d'énergie qu'auparavant. 

Mon verdict 

Parfois, il ne suffit de pas de grand chose pour commencer à prendre soin de sa santé. Le tout est d'adopter de bons réflexes au quotidien, et pour moi, cela passe par réduire le sel de mon alimentation. Je mange plus sainement, j'apprends à cuisiner et à allier les aromates pour relever mes plats autrement. Et surtout, je n'ai plus les pieds gonflés en rentrant du bureau le soir, après avoir passé plus de deux heures dans les transports tous les jours. Et ça, ça change tout ! 

 

Commentaires