Innovation : voici l’un des masques les plus écologiques qui soit

masque Michelin
Innovation : voici l’un des masque les plus écologiques qui soit
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
14275 lectures

Comme de nombreux industriels ou différentes marques, Michelin tient à apporter sa pierre à l’édifice, en participant à l’élan de solidarité face à la pénurie de matériel. Parmi les produits confectionnés par le géant du pneu : un masque réutilisable jusqu’à 100 fois.

Depuis le début de l’épidémie, plusieurs entreprises sont à pied d’oeuvre pour tenter de pallier le manque de matériel sur le territoire français. Alors que leurs usines tournent au ralenti ou sont à l’arrêt depuis le début du confinement, beaucoup d’entre elles ont modifié leur chaîne de production pour fabriquer du gel hydro-alcoolique, des masques…, à l’instar du géant du pneumatique Michelin. En effet, l’industriel a confectionné des masques chirurgicaux, des visières de protection en polycarbonate à destination des hôpitaux, des respirateurs. L'entreprise s'est aussi associée à d’autres acteurs économiques "pour concevoir et déployer à grande échelle un masque réutilisable" très écolo.

Jusqu’à 100 utilisations !

Les masques conçus par Michelin, en collaboration avec le collectif grenoblois VOC-COV (volonté d’organiser contre le Covid-19), ont été baptisés OCOV®. Un masque réutilisable jusqu’à 100 fois. Un processus réalisable grâce aux cinq filtres lavables qui le composent. Il sera produit par Ouvry, une entreprise lyonnaise fabriquant des équipements de protection NRBC pour les soldats ou les pompiers. Il s'agit d'un modèle étanche FM qui enveloppe le bas du visage (nez, bouche et menton) comme les masques à gaz militaires déjà produits par la société. 

Destinés en premier lieu aux industriels, ces produits seront disponibles pour le grand public "après le mois de juin", souligne  Ludovic Ouvry, président de l'entreprise. 

Entre 15 et 30 euros

Le prix public devrait s’élever entre 15 et 30 euros, soit 28 centimes d’euros par utilisation. Moins cher donc qu’un masque chirurgical, et surtout plus écologique.

Pour l’heure, une pré-série de 5 000 masques a déjà été produite. Mais l’objectif est d’en produire un million d’ici la fin mai et cinq millions d’ici la fin juin.

Une partie de la production sera offerte aux Agences Régionales de Santé. Si certains ont pu critiquer le design du masque, l’élément essentiel demeure son efficacité. Car à partir du 11 mai 2020, date à laquelle devrait débuter progressivement le déconfinement, le masque sera obligatoire dans de nombreux lieux publics. Alors que la crise du coronavirus a fait naître une nouvelle pollution et des comportements non civiques (masques et gants à usage unique jetés sur la voie publique, utilisation massive de plastique…), le masque réutilisable grand public, correspondant aux recommandations des autorités sanitaires, semble être une bonne alternative, à défaut de pouvoir se procurer un de ces masques Michelin !

Source(s):
Commentaires