Pourquoi il faut éviter de dîner trop tard

dîner tardif effets sur la santé
Trop de calories au dîner augmentent le risque d’obésité et de diabète
Pixabay
Par Justine Cerqueira publié le
1224 lectures

Une nouvelle étude américaine vient confirmer la théorie selon laquelle la consommation de calories plus tard dans la journée est associée à l'obésité et au diabète.

Passer à table à une heure trop tardive est bel et bien néfaste pour la santé. Une nouvelle étude américaine, parue dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism,  confirme la théorie selon laquelle la consommation de calories plus tard dans la journée est associée à l'obésité et au diabète. 

Réalisée sur 20 volontaires sains, l'essai a permis de comparer les effets sur notre métabolisme d'un dîner tardif pris vers 22h00 et d'un dîner de routine à 18h, avec une période de sommeil fixe de 8h en laboratoire.

Le dîner tardif influe sur la digestion

Les chercheurs ont remarqué que le dîner tardif provoquait "un décalage de 4 heures dans la période dîtes postprandiale, chevauchant la phase de sommeil. Indépendamment de ce changement, la période postprandiale suivant le dîné tardif a été caractérisée par un taux de glucose plus élevé, un retard de pic de triglycérides et une diminution de la FFA et de l'oxydation des acides gras alimentaires", indique l’étude.
"En moyenne, le pic de glucose après le dîner tardif était d'environ 18 % plus élevé et la quantité de graisses brûlées pendant la nuit a diminué d'environ 10 % par rapport à un dîner plus tôt. Les effets que nous avons vus chez des volontaires sains pourraient être plus prononcés chez les personnes souffrant d'obésité ou de diabète, qui ont déjà un métabolisme compromis", décrit un des chercheurs de l’étude, Chenjuan Gu. En revanche il n'a pas affecté l'architecture du sommeil, mais a augmenté le cortisol plasmatique.

En clair, prendre son repas tard le soir induit "une intolérance nocturne au glucose et réduit l'oxydation et la mobilisation des acides gras, en particulier chez les dormeurs précoces", conclut l’étude. Ainsi, ces facteurs pourraient favoriser l'obésité s'ils se reproduisent de façon chronique. Une chose à faire donc : avancer l'heure du dîner !

Source(s):
Commentaires