Mieux que le carton recyclé pour les emballages, le champignon !

Mieux que le carton recyclé pour les emballages, le champignon !
Mieux que le carton recyclé pour les emballages, le champignon !
Par AFP/Relaxnews publié le
607 lectures

Petit à petit, le champignon sort de la cuisine pour se transformer en emballage écologique. Ce dernier a l'avantage d'être entièrement compostable et engendre une chute des émissions carbone lors de sa fabrication.

En poêlée, en fricassée ou sinon... à la place du carton ! Contre toute attente, le champignon n'est pas qu'un ingrédient de cuisine. Il fait l'objet de sérieuses recherches afin de développer des emballages écologiques totalement compostables. Et les marques commencent déjà à s'emparer de ce nouveau matériau pour conditionner leurs produits.

Une révolution des emballages

90% d'émissions carbone en moins par rapport à la fabrication de plastique. Une décomposition totalement naturelle entre 30 et 90 jours. Les espoirs sont nombreux pour que le champignon devienne le nouveau composant naturel de nos emballages. La première marque de spiritueux au monde, Seedlip, qui commercialise entre autres un mélange aromatique de poivre, de cardamome et de citron, lancera aux Etats-Unis le 1er novembre prochain un packaging complètement nouveau, entièrement biodégradable et compostable. Seedlip promet que le carton d'emballage pourra être dégradé naturellement en 45 jours. 

Quand on a besoin de cinq à sept ans pour qu'un arbre soit utilisé en vue de la fabrication de carton, seuls sept jours sont nécessaires pour faire pousser ce champignon.

L'enseigne a choisi une start-up britannique (The Magical Mushroom Company) qui réussit à cultiver le mycélium - c'est-à-dire les racines mêmes du champignon, pour développer un réseau de fibres assez résistant afin d'être transformé en matériau d'emballage. Le résultat est plutôt bluffant puisque le matériau est léger, capable de résister à la chaleur, peut être immergé dans l'eau. La production de ce type de matière est, qui plus est, facile et rapide. Quand on a besoin de cinq à sept ans pour qu'un arbre soit utilisé en vue de la fabrication de carton, seuls sept jours sont nécessaires pour faire pousser ce champignon.

D'après la marque Seedlip, le carton ne constitue pas la meilleure solution pour des emballages plus écologiques. Il contribuerait à 17% (avec le papier) des deux milliards de déchets solides souillant la planète. Par comparaison, le plastique en représente 12%

Un avenir très sérieux

Les expériences pour transformer le champignon en carton se multiplient en fait depuis de nombreuses années. Signe fort de cette tendance écolo, même Ikea s'est penché sur la question et avait annoncé l'année dernière vouloir remplacer ses emballages en polystyrène par un matériau à base de mycélium. Le géant de l'ameublement a fait appel à une entreprise new-yorkaise qui développe la technologie depuis dix ans déjà. Les promesses de décomposition sont exactement les mêmes que celles avancées par la marque Seedlip. 

En Bulgarie, la start-up bulgare Biomyc, qui bénéficie du soutien de l'Institut européen d'innovation et de technologie, réussit même à faire d'une pierre deux coups : elle collecte les résidus des récoltes comme les feuilles ou la paille pour les stériliser avant d'injecter du mycélium dans la matière.

A l'instar de la culture des champignons de Paris, les plants sont confinés dans l'obscurité où des fibres commencent à pousser puis s'entremêlent. Biomyc a remporté en 2018 une récompense lors d'un concours européen dédié à féliciter les meilleures innovations de start-ups.

Commentaires