Cancer du rein : ce probiotique pourrait améliorer la réponse à l’immunothérapie

patient hôpital
un probiotique améliore la réponse à l’immunothérapie
Pixabay
Par Justine Hubert publié le
Journaliste
400 lectures

Selon un essai clinique de phase 1 publié dans Nature medecine le 28 février dernier, un probiotique spécifique associé à l’immunothérapie pourrait augmenter l’efficacité du traitement du cancer des cellules rénales. Le point sur ce résultat prometteur.

En France, le cancer représente la première cause de décès chez l’homme et le deuxième chez la femme. Et dans le monde, en 2018, selon l’IARC (une agence de recherche sur le cancer de l’OMS, basée à Lyon), on estime à 18,1 millions le nombre de nouveaux cas de cancer et 9,6 millions le nombre de décès par cancer. Face à ce phénomène, la recherche ne cesse d’expérimenter de nouvelles pistes. Récemment, des chercheurs américains du département médical d'Oncologie du City of Hope Comprehensive Cancer Center, situé en Californie, ont ainsi mené un essai clinique sur 29 patients, approuvé par la Food and Drug Administration américaine et par le conseil d’examen institutionnel de City of Hope. Il a consisté à la prise complémentaire d’un probiotique spécifique. En effet, de précédentes études avaient suggéré que le microbiome intestinal influençait la réponse à l’immunothérapie chez les patients atteints de cancer. Et d’après ces chercheurs, le probiotique CBM588 pourrait accroître l’efficacité à l’immunothérapie par la modulation du microbiome intestinal.

Une essai randomisé

Les personnes suivies ont commencé un traitement à l’immunothérapie combiné au probiotique CBM588 (un bactérien vivant). Ils ont reçu respectivement du nivolumab et de l’ipilimumab (association de deux traitements d’immunothérapie) avec ou sans CBM588 oral quotidien. L’essai s’est déroulé pendant un an et demi, durée durant laquelle, les patients ne devaient absolument pas consommer d’autres probiotiques ou aliments enrichis en bonnes bactéries pour ne pas fausser les résultats. Les participants à l’étude étaient âgés de 66 ans en moyenne et 72 % des patients étaient des hommes. 34 % d’entre eux présentaient une tumeur maligne.

Des résultats probants

Selon les auteurs de l’essai, la survie sans progression (durée après un traitement pendant lequel la maladie ne s’aggrave pas) était plus longue chez les patients recevant le nivolumab-ipilimumab avec le probiotique CBM588 par rapport à ceux n’ayant pas eu cette supplémentation. De plus, les chercheurs soulignent que le taux d’efficacité était plus élevé avec le CBM588. Les données montrent que le probiotique améliore le résultat clinique chez les patients atteints de carcinome rénal métastatique traité par nivolumab-ipilimumab. 

D’après les scientifiques, ledit probiotique a le potentiel d’améliorer les résultats des patients atteints de cancer suivant une immunothérapie. Toutefois, au vu du faible nombre d’individus suivis, les auteurs restent prudents. D’autres études sur des effectifs plus importants et concernant différents cancers seront nécessaires pour confirmer ces résultats encourageants.


 

Source(s):