Voici combien de planètes Terre il faudrait si toute l’humanité vivait comme les Français

Jour du dépassement France
Jour du dépassement France
Pexels
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
Rédactrice en chef
Modifié le
219 lectures

Chaque année, en France, le Jour du dépassement arrive de plus en plus tôt. Comme l’indique une étude réalisée par l’organisation de protection de l’environnement WWF, depuis le 5 mai 2022, le pays est en déficit écologique. Pour ralentir cette cadence, elle propose au président une feuille de route à suivre en vue d’une transition écologique ambitieuse.

Le Jour du dépassement (JDD) est arrivé. Depuis ce 5 mai 2022, la France est en déficit écologique. C’est en effet ce qu’indique l’organisation de protection de l’environnement WWF dans une récente étude. Qu’est-ce que cela signifie réellement ? Tout simplement que la France, a, en l’espace de quatre mois, émis plus de gaz à effet de serre, et utilisé plus de ressources que les écosystèmes sont capables de lui fournir ou d’absorber. Cela signifie également que si toute l’humanité vivait comme les Français, il faudrait  2,9 planètes Terre. Une seule planète serait donc loin d’être suffisante.
"À peine le président élu a-t-il eu le temps de prendre ses fonctions que la France a déjà dépassé son budget nature pour l’année 2022", écrit Isabelle Autissier, présidente d’honneur du WWF France. Une situation dramatique alors qu’il s’est engagé à faire de la France une "grande nation écologique". Pour rappel, en 2017, le Jour du dépassement était aussi arrivé le 5 mai.

Un phénomène qui arrive de plus en plus tôt

Les données disponibles permettent de calculer le JDD de la France depuis 1961. A cette date, il intervenait le 26 septembre. Et force est de constater qu'au fil des années, il n'a cessé d'avancer. "Le Jour du dépassement de la France arrive en 2022 presque 5 mois plus tôt dans l’année qu’au début des années 1960", indique Isabelle Autissier. Ces dernières décennies, les présidents ont creusé l’équilibre écologique de la biocapacité de la planète, déplore-t-elle. L’étude précise que les seules années où le JDD "a exceptionnellement reculé pour arriver plus tard dans l’année, la réduction de l’empreinte écologique n’était pas choisie mais subie, du fait des crises économiques et financières (mandats de 1974, 2007, 2012)".

Face à ce constat, WWF propose à Emmanuel Macron de relever le défi qu’aucun président de la République n’est parvenu à réaliser au cours de son mandat : "faire reculer le Jour de dépassement de la France de 25 jours, en un quinquennat". Une mise en œuvre qui nécessitera des prises de décision fortes.

3 scénarios, 1 seule solution viable

Pour estimer l’impact que pourraient avoir des engagements plus ou moins importants, WWF a imaginé 3 scénarios pour l'Hexagone. Le premier, baptisé « Laisser-Aller », apporte des indicateurs relatifs à l’absence d’action au cours du quinquennat. Le deuxième, intitulé « Engagements déjà pris », qui s’appuie sur les objectifs fixés par les principaux documents encadrant la transition écologique en France, apporte une estimation se basant sur le prolongement des engagements déjà entrepris. Enfin, le troisième scénario, recommandé par l’organisation, porte le nom de « Planification écologique ». Il "correspond à un scénario où le quinquennat 2022-2027 est mis à profit pour renforcer les engagements de la France dans tous les secteurs de la transition écologique, en suivant les recommandations sectorielles formulées par le WWF". Cela permettra de faire reculer le jour du dépassement au 30 mai en 2027. Car au rythme actuel, "en se contentant de continuer à poursuivre les objectifs écologiques, moins ambitieux, (...) le Jour du dépassement ne reculerait que de 3 jours (...)."

Un défi pour la santé, l’alimentation et l’emploi aussi

En plus de protéger la biodiversité et permettre le rétablissement des espèces et des écosystèmes (corail des récifs de Méditerranée et des territoires d’Outre-mer, les vieilles forêts de hêtre…), mener une transition écologique ambitieuse aura également un impact positif sur la santé. "En appliquant les propositions du WWF, le président élu pourra réduire le risque de développer un cancer pour les Français les plus consommateurs de viande rouge, ou encore éviter au moins 28 000 décès liés à la pollution aux particules fines PM2,5". De rajouter que "la santé des écosystèmes naturels est indispensable à la nôtre".

WWF met également l’accent sur les avantages économiques : "c’est aussi la promesse de soutenir plus de 1,2 millions emplois en 2027, soit 300 000 de plus que si le président se contente de mettre en œuvre les objectifs écologiques que la France poursuit déjà". Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de la biodiversité au bon fonctionnement de l’économie réelle : plus de la moitié du Produit intérieur brut (PIB) mondial dépendant de la nature, peut-on lire.

Mettre en œuvre la planification écologique au plus vite

Afin de faire face au défi écologique, l’organisation considère que la « planification écologique », annoncée par le président de la République doit être déployée, "dès les premiers mois de son mandat". WWF appelle donc Emmanuel Macron à "appliquer un « passe » pour le climat et la biodiversité à toutes les décisions publiques, à programmer les financements dans ce secteur, à pratiquer la sobriété dans tous les domaines et à planifier le rattrapage des énergies renouvelables".

 

 

Alors qu’Emmanuel Macron a indiqué sur son compte Twitter avoir reçu le 4 mai dernier des experts du climat et acteurs du GIEC "pour aborder une priorité de [son] prochain mandat : la transition écologique", l’appel de WWF et des scientifiques sera-t-il entendu ? "Nous aurons des décisions à prendre, une méthode à changer", a précisé le chef de l’Etat sur Twitter, qui déclarait la semaine dernière vouloir nommer Premier ministre attaché au "social" et à "l’environnement".

Affaire à suivre, d'autant plus que dans une tribune publiée ce 7 mai 2022 sur le site du Journal du dimanche (JDD), 17 personnalistés dont Jean-Marc Jancovici, Boris Cyrulnik, Cyril Dion, Camille Étienne ou encore Magali Payen appellent Emmanuel Macron et le futur gouvernement à suivre une formation sur la transition écologique.  

Source(s):