Oméga 3 : la clé pour faire cesser l’acné ?

Acné
Acné en finir
Pexels
Par Justine Hubert publié le
Journaliste
366 lectures

Une étude a été menée par une équipe du département de dermatologie et de vénéréologie de l’université Ludwig-Maximillian de Munich en Allemagne. Cette dernière révèle un lien possible entre un acide gras essentiel et l’acné. On vous explique…

L’acné touche 23 millions de personnes en Europe, majoritairement des adolescents, mais aussi des adultes surtout des femmes. Celle-ci peut prendre plusieurs formes : kystique, inflammatoire, hormonale et bien d’autres encore. C’est la première cause de visite chez un spécialiste. Mais des chercheurs allemands viennent de faire une découverte qui pourrait bien aider un grand nombre d’individus souffrant de cette affection cutanée.

Les scientifiques ont en effet étudié 100 patients atteints d’acné. Ils ont mesuré les paramètres nutritionnels dans leur sang, et ont analysé leurs régimes alimentaires. IIs ont ainsi constaté des taux plus élevés d’oméga-3, cet acide gras essentiel, chez les sujets qui consommaient régulièrement des légumes secs et qui s’abstenaient d’utiliser de l’huile de tournesol. « La nutrition joue un rôle central dans la prévention, l’apparition et l’évolution de nombreuses maladies, y compris les troubles dermatologiques comme l’acné ordinaire », explique le Dr Anne Gϋrtler, l’auteur principal de l’équipe du département de dermatologie et d’allergologie de l’université Ludwig-Maximilian de Munich, en Allemagne.

L’oméga-3, un espoir pour les patients atteints d’acné 

Selon l’étude, les acides gras oméga 3, « réduisent l’inflammation en stimulant la production de prostaglandines anti-inflammatoires E1 et E3 (hormones produites par les cellules de nombreux organes du corps), de leucotriène B5 (lipides) et abaissent les niveaux du facteur de croissance analogue à l’insuline (IGF)-1 (facteur de croissance), l’hormone centrale qui provoque l’acné ». L’oméga-3 contribue donc à la diminution des hormones en cause dans cette pathologie. Les patients qui avaient un degré d’oméga-3 inférieur à 8 % avaient des niveaux d’IGF-1 plus forts. Et ceux qui avaient un grand déficit en oméga-3 présentaient davantage d’acné.

Au total, 94 % des participants souffrant d’acné avaient des niveaux d’oméga-3 bien en dessous des recommandations. « En tant que dermatologues, nous sommes parfaitement conscients de l’impact que peut avoir une maladie très visible comme l’acné sur la qualité de vie des patients », exprime le professeur adjoint Asli Bilgic. « Si cette voie doit être explorée davantage, elle peut donner de l’espoir aux personnes qui cherchent un moyen de gérer leur maladie. »  Le tout en choisissant les bons aliments comme les graines de lin, l’huile de colza, les légumineuses, le poisson, les œufs ou encore les fruits à coque s’il l’on en croit ces résultats.

Source(s):