Cinq thés sur dix contiennent trop de pesticides

Homme tenant une tasse floquée d'une tête de mort
Cinq thés sur dix contiennent trop de pesticides
Par Manon Laplace publié le
15582 lectures

Cinq thés sur dix contiendraient des résidus de pesticides en quantité supérieure aux limites autorisées selon une étude canadienne de l'Agence d'inspection des aliments.

La moitié des thés comportent des traces de pesticides en quantité supérieure à la limite autorisée. C’est ce qu'ont révélé deux études menées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Avec près de 130 kilos produits chaque seconde, le thé est la deuxième boisson la plus consommée au monde, derrière l’eau. Si le thé est reconnu pour ses nombreuses vertus santé, certaines qualités de thés issus de l'agriculture conventionnelle n’en sont pas moins gorgées de résidus chimiques. Cultivé en masse sur des terrains souvent inadaptés, l’arbre à thé est une espèce fragile dont la production en grande quantité amène à recourir  à de nombreux intrants.

Jusqu'à 22 pesticides différents

Selon les résultats de l’Agence en charge des études, cinq marques de thé (sur les dix analysées) ne respecteraient pas les normes en vigueur concernant les niveaux de résidus de pesticides autorisés. Les tests ont révélé la présence de 22 pesticides différents dans certains thés. Un nombre inquiétant qui s'explique par le mélange de différents types de feuilles de thé dans certains sachets. Deux ans après les premiers tests datant de 2011, les taux de résidus de pesticides dans les feuilles de thé et le nombre de marques concernées n’auraient pas évolué selon les nouvelles analyses de l’Agence canadienne. Sur les dix échantillons analysés, un seul ne contenait pas de traces de pesticides (les thés Red Rose) et cinq dépassaient encore les niveaux autorisés, parmi lesquels les thés verts de marque Lipton et Tetley.

Un secteur qui laisse peu de place au bio

Le non-respect des normes s'explique en partie par la provenance des thés importés de Chine et d’Inde pour la plupart. Or, ces pays répondent à une réglementation différente de celle en vigueur en Europe ou en Amérique du nord. Par ailleurs, les productions biologiques restent marginales pour les grands pays producteurs. En Chine, premier producteur au monde avec 30% du volume global, la part du bio dans la production de thé n’excède pas les 1 à 2%.

Rédaction : Manon Laplace
​Sources : Radio Canada - CBC News

Commentaires