La crème solaire à boire, l'innovation qui inquiète les dermatologues

Bas d'un corps de femme debout à la plage en bikini avec un soleil dessiné en crème solaire sur le ventre
La crème solaire à boire, l'innovation qui inquiète les dermatologues
Par Manon Laplace publié le
4589 lectures

La société américaine Osmosis Skincare a créé une crème solaire à boire. Une innovation qui laisse perplexes bon nombre de spécialistes en dermatologie.

L’été arrive. On va bientôt pouvoir lézarder au soleil et faire le plein de vitamine D. Concernant les dangers des UV, on connaît la chanson, alors on se protège. Mais cette année, plutôt que de se badigeonner d’écran total, la société américaine Osmosis Skincare, spécialisée dans les soins pour la peau, les cosmétiques et les compléments alimentaires, propose une protection solaire buvable. Petit point sur Harmonized H2O, la crème solaire à boire, une innovation qui fait débat auprès des dermatologues.

Élaboré par le docteur américain Ben Johnson, Harmonized H2O est une solution aqueuse censée protéger la peau des UV, offrant l’équivalent d’une protection SPF30. Le principe ? Boire deux dosettes d’Harmonized H2O de 2 millilitres une heure avant l’exposition au soleil, et renouveler l’opération toutes les trois heures. Selon les chercheurs à l’origine du projet, cette protection solaire comestible permettrait de filtrer 97 % des UVA et UVB avant qu’ils ne parviennent jusqu’à l’épiderme. Déjà disponible à l'achat en ligne, le produit n’aurait pas encore fait l’objet de tests dermatologiques qui permettraient de confirmer son efficacité selon le quotidien britannique Le Daily Mail, et n’aurait pas non plus reçu l’aval des autorités sanitaires outre-Atlantique.

Sur les différents sites de la société, aucune information concernant la composition du produit et pas non plus de précisions sur son fonctionnement. On connaît les effets annoncés par le laboratoire, mais rien sur les mécanismes scientifiques qui les expliquent. Contacté par courriel pour plus de renseignements sur les composants de cette crème solaire comestible, le laboratoire n’a pas souhaité répondre.

Deux interrogations se posent alors. Le produit est-il réellement utile ? Au fond, l’application de la crème solaire est-elle à ce point fastidieuse qu’une version ingérable soit préférable ? Et le produit, dont la composition n’est pas révélée est-il vraiment sans danger ? Pour la dermatologue Jessica Krant et le professeur en dermatologie David Leffel, tous deux interrogés par le Huffington Post, l'innovation est douteuse. Le docteur Krant parle d'une pseudoscience totalement non fondée, dont on ignore les ingrédients et, de fait,  l’efficacité. Et le professeur Leffel de rajouter qu’il n’est pas logique d’affecter tout son organisme en ingérant un produit qui n'est destiné qu’à traiter la surface.


Rédaction : Manon Laplace
 

Découvrez notre sélection de protections solaires bio

Commentaires