The Sea Cleaners : Yvan Bourgnon veut construire un quadramaran pour nettoyer les océans

Images de synthèse du quadramaran The Sea Cleaners
Yves Bourgnon veut construire un quadramaran pour nettoyer les océans
Par Mathieu Doutreligne publié le
9889 lectures

Le navigateur Yvan Bourgnon souhaite se lancer dans la construction d'un "quadramaran", un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans des millions de tonnes de déchets en plastique qui y sont déversées chaque année.

Énervement face à une pollution toujours grandissante

Lors de sa dernière participation à la Transat Jacques Vabre en catamaran de sport, Yvan Bourgnon raconte dans un communiqué avoir été confronté brutalement à la pollution marine. En effet, une collision avec un container flottant l’oblige à abandonner la course. À la suite de quoi, il décide de créer une association, The Sea Cleaners, dont le but sera de nettoyer les océans, en particulier grâce à un bateau collecteur de déchets plastiques. Une campagne de financement participatif (ou crowdfunding) a été lancée le 14 octobre et tente de récolter 80.000€ pour faire démarrer le projet à vocation écologique.

“J’ai été confronté de façon brutale à la pollution océanique.”

"Entre 8 et 10 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année, explique-t-il. Une partie de ces macro-déchets flottants se fragmentent au contact des vagues et des rayons UV pour se transformer en micro-déchets, puis en nano-déchets, assimilés directement par les organismes marins, impactant l'ensemble de la chaîne alimentaire marine”.

Un projet d’envergure, un système de collecte inédit

Le célèbre navigateur ayant remporté avec son frère la Transat en double Jacques-Vabre 1997 souhaite mettre à l’eau un bateau à quatre coques de 60 mètres et de long et 71.5 mètres de large. Il a baptisé Manta et tire son nom de la raie Manta pour sa capacité à filtrer l’eau.

Une rampe de collecte de plus de 70 mètres de large permettra de collecter les macro-déchets sans atteinte à la faune aquatique. Ce système biomimétique inspiré des fanons de baleines sera repliable pour les passages de canaux (tels que Panama) et approches portuaires. À bord de Manta, un réseau de tapis roulants acheminera les macro déchets vers les cuves de stockage. D’une capacité totale de 300 m3, une collecte de nettoyage durerait entre quelques jours et plusieurs mois.

“60% des déchets sont déversés par 3% des populations côtières.”

Ce navire unique est spécialement étudié pour collecter les plastiques océaniques au plus près des côtes, car seul un navire offre la mobilité nécessaire aux déplacements rapides vers les bancs de plastiques encore concentrés par les vents et les courants. Cette mobilité permet également d’intervenir en haute mer, où l’ancrage est impossible à cause de la profondeur.

Afin de réduire le plus possible l’empreinte carbone des sorties en mer, Manta sera équipé d’un gréement classique à deux mâts et d’un cerf-volant (Kite Wing), auxquels s’ajoutera un propulseur hybride.

Un financement participatif

C’est grâce à une campagne de crowdfunding qu’Yvan Bourgnon souhaite démarrer le projet. Démarrée le 14 octobre dernier et jusqu’au 13 décembre, elle a pour objectif de récolter 80.000 euros qui permettra un lancement définitif. Les donateurs les plus généreux pourront rencontrer Yvan et découvrir le bateau lors de sa mise en mer.

Source : nautisme-info.com

Chargement...

Commentaires