Protection des espèces : l’objectif n°1 de Nicolas Hulot

Protection des espèces : l’objectif n°1 pour Nicolas Hulot
Protection des espèces et biodiversité l’objectif n°1 pour Nicolas Hulot
Par Cécilia Ouibrahim publié le
514 lectures

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire a réalisé un plaidoyer vendredi 18 mai, à Marseille, pour la sauvegarde de la biodiversité. Il appelle notamment à la protection des espèces. Après un mois de concertations, un plan d'action sera annoncé au mois de juillet.

Selon Nicolas Hulot, le plan biodiversité a pour objectif de "faire de la biodiversité le moteur du changement de nos sociétés de production et de consommation, pour réduire notre empreinte écologique". En visite au Parc de Calanques (13), le ministre a également affiché sa volonté de lutter contre l’artificialisation des sols, de créer de nouveaux parcs nationaux mais surtout de veiller à la protection des espèces. Citoyens, scientifiques et associations seront consultés. Depuis cet environnement protégé, Nicolas Hulot ambitionne d’« éveiller les consciences ». "C'est vraiment un sujet que je veux faire monter au même niveau que l'enjeu climatique", a-t-il expliqué à l'AFP. Pour ce faire, il lance une concertation pour le plan d’action biodiversité qui devrait aboutir en 2020. La consultation citoyenne est ouverte depuis le 18 mai et ce, jusqu’au 7 juin.

La création d’un comité interministériel

Afin d’unifier l'action du gouvernement, Nicolas Hulot annonce la création d'un comité interministériel sur la biodiversité. Son objectif ? Faire participer, entre autres, les ministères de l'Industrie et de l'Agriculture. Cette mesure témoigne de sa volonté à mener ainsi le combat pour la biodiversité dans son ensemble. En amont de la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra en 2020 à Pékin, la France accueillera en 2019 les réunions de l’IPBES, le groupe international d’experts sur la biodiversité, et en 2020, à Marseille, le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’UICN.

"Nous allons accueillir notamment l'an prochain un G7 en France dont le sujet principal sera la biodiversité : c'est un changement d'échelle", affirme Nicolas Hulot.

L’ONG WWF soutient le plan biodiversité de Nicolas Hulot et salue son discours, car il donne le coup d’envoi d’un projet qui vise à propulser la France en leader de la lutte contre l’effondrement de la nature.

La protection des espèces : véritable enjeu du plan diversité 

La biodiversité, "très sincèrement, tout le monde s'en fiche", s'est inquiété Nicolas Hulot à l'Assemblée nationale en mars dernier. 
En effet, après la disparition massive des insectes, notamment des abeilles, à cause de l’utilisation de pesticides, de récentes études publiées par le CNRS et le Muséum d’Histoire naturelle ont présagé la raréfaction des oiseaux dans les campagnes françaises, en raison de la mort des insectes et de l’urbanisation. Le ministre de la Transition écologique a ainsi débuté son discours en affirmant que nous étions "devenus une arme de destruction massive contre la nature". 
Ces trente dernières années, 80 % des insectes ont disparu en Europe et ⅓ des espèces animales demeurent menacées sur le territoire français.
En s’appuyant sur ces tristes constats, le ministre affirme la volonté du gouvernement de placer la préservation de la biodiversité au centre de ses préoccupations et de rendre la France exemplaire dans ce domaine. Cela passe aussi par la protection des océans. 
Il est donc important d’éviter la surpêche et la pollution marine, notamment le plastique ingéré par les poissons. Aussi, il est primordial de limiter les pesticide qui ont un impact doublement négatif sur la biodiversité : ils tuent les insectes et privent ainsi les oiseaux d'une de leurs principales sources de nourriture.

La lutte contre l’artificialisation des sols

La protection des espèces végétales et animales passe également par la lutte de l’artificialisation des sols. En France, l’agriculture intensive, la pollution et la bétonisation des sols constituent de véritables attaques contre les espèces.
Or, la France a un patrimoine naturel très riche, comptant plus de 16 500 espèces animales et végétales endémiques, dont 80 % en outre-mer. Ce plan prévoit donc de redonner une place de choix à la nature dans les villes. Nicolas Hulot fixe un objectif "zéro artificialisation nette des sols" en cessant la consommation insoutenable des terres agricoles. Selon l'Observatoire de la biodiversité, l'artificialisation des sols fait perdre chaque année à l'agriculture et aux milieux naturels près de 6000 km². De nouveaux parcs nationaux devraient également être créés.

Commentaires