Un zeste de glyphosate dans votre bière !

Un zeste de glyphosate dans votre bière !
Du glyphosate retrouvé dans les bières
Par Cécilia Ouibrahim publié le
4965 lectures

Le magazine 60 millions de consommateurs a révélé les résultats d’une enquête concernant 45 bières parmi les plus consommées en France. Résultat : la plupart d’entre elles contiennent des pesticides, notamment du glyphosate...

Devant un match de foot, dans son jardin ou en terrasse, la bière est la championne des rafraîchissements en cette saison de fortes chaleurs. Si en moyenne, chaque Français ingurgite 30 litres de bière par an, cette boisson doit être consommée avec modération du fait de sa teneur en alcool mais pas seulement. La veille de l’ouverture du Mondial de la bière à Paris, le 28 juin dernier, les experts de 60 millions de consommateurs ont saisi l’occasion pour publier une étude inédite dénonçant la présence de résidus de pesticides dans ces breuvages. Le constat coupe la soif : la plupart des bières analysées contiennent du glyphosate.

Des pesticides dans les ¾ des bières préférées des Français...

S’il est connu que le processus de brasserie garantit l’élimination des résidus de pesticides présents dans l’orge (plante utilisée pour fabriquer la bière), l’étude a ébranlé toutes les certitudes. Portée sur 45 références de bières les plus vendues en grandes surfaces (39 bières blondes et 6 blanches), l’analyse a pointé du doigt 34 bières qui contenaient des pesticides. Le verdict est sans appel : 4 molécules de pesticides différentes ont été détectées : le boscalide, deux types de fongicides et le tristement célèbre glyphosate. Si le bio fait beaucoup mieux que le conventionnel, des traces de pesticides ont été retrouvées dans deux références certifiées (Jade et Dremmwel).

… en faibles quantités 

Cependant, pas d’inquiétude selon 60 millions de consommateurs. La quantité de pesticides n’est pourtant pas affolante : sur les 250 résidus de pesticides testés, seuls 4 ont été détectés dans l’échantillon, et en quantités minimes, oscillant entre 0,41 et 9,23 µg/L. L’association se veut en effet rassurante puisqu’elle affirme qu’il faudrait boire “près de 2000 litres par jour” de la bière qui contient le plus fort taux de glyphosate “pour dépasser la dose journalière admissible”. Ces valeurs dépassent cependant la teneur maximale de pesticides autorisée pour l’eau, selon 60 millions. 

"On est loin d'une exposition dangereuse. Le problème tient plus aux multiples expositions de glyphosate que nous subissons quotidiennement via notre alimentation", conclut le magazine. 

Quelles bières concernées ? 

Au total, 34  références de bières présentent des résidus de pesticides. Parmi elles, 6 marques présentent le plus de produits chimiques décriés : la Guinness Nitro IPA, la Leffe Royale cascade IPA, Reflets de France (Carrefour), la Hoegaarden Wit blanche, la Mort Subite Witte lambic et, enfin, la Itinéraire des saveurs (Intermarché) qui contient les 4 pesticides différents. 
En moyenne, la quantité de glyphosate oscille autour de 1,93 µg/L. Parmi les bières les plus contaminées par ce pesticide : l'Affligem et la Castelain. En revanche, d’autres bières vendues en grande surface telles que la Carlsberg, l'Heineken ou la Kronenbourg, sont sorties indemnes de la chasse aux pesticides.
Pour éviter d’être en présence de pesticides ou autres produits chimiques, mieux vaut donc privilégier les bières bio, qui font quasiment un sans faute. Blondes, blanches, brunes, ambrées ou aux fruits, les bières bio ont conquis de nombreux brasseurs. De nouvelles bières « sans gluten » au quinoa, à la châtaigne et même au chanvre ont récemment fait leur apparition en France.

Le glyphosate : un herbicide qui se propage

Retrouvé dans 25 bières, le glyphosate n’a pas fini d’envahir nos assiettes. Selon 60 millions de consommateurs, cette étude représente une preuve supplémentaire que cet herbicide commercialisé par Monsanto se propage et se manifeste dans notre alimentation quotidienne. Désherbant le plus vendu au monde, la substance décriée auquel nous sommes régulièrement exposés est classée depuis 2015 comme “cancérogène probable” par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer). Si en mai dernier, l'amendement sur l'interdiction du glyphosate d’ici 2021 a été rejeté par l'Assemblée nationale, le gouvernement promet de le bannir dans les trois ans.
 

Une enquête ouverte suite à la présence de glyphosate dans du miel

Après la polémique autour de la présence de glyphosate dans du miel, le parquet de Lyon a ouvert une enquête préliminaire pour "administration de substances nuisibles" après une plainte d'un syndicat d'apiculteurs contre Bayer. Début juin, le syndicat apicole de l'Aisne avait porté plainte contre Bayer après que du glyphosate ait été détecté dans le miel d'un de leurs membres. L'enquête, qui en est à son début, ne vise pas spécifiquement le groupe Bayer. Le parquet est par ailleurs en lien avec le Pôle de Santé publique du tribunal de grande instance de Marseille sur ce dossier. L'alerte avait été donnée par Monsieur Obry, qui vend ses excédents au groupe Famille Michaud Apiculteurs, le plus gros acteur du miel en France. L’entreprise qui analyse tous les miels qui lui sont livrés, avait alors refusé trois de ses fûts de miel toutes fleurs, soit 900 kilos après y avoir détecté des traces de l'herbicide. Interrogé début juin par l'AFP, le groupe avait indiqué que des "substances exogènes dont le glyphosate" étaient régulièrement détectées dans le miel. Affaire à suivre.

 

 

 

 

 

Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :

 


Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :

Commentaires