Smartphones : les ondes nocives pour la mémoire des jeunes

Adolescente qui téléphone
Smartphones : les ondes nocives pour la mémoire des jeunes
Par Cécilia Ouibrahim publié le
1235 lectures

Selon une étude suisse publiée le 19 juillet dans la revue Environmental Health Perspectives et relayée par Le Temps, les ondes des téléphones portables seraient dangereuses pour la mémoire des ados.

Initiée par l’Institut tropical et de santé publique suisse, une récente étude pointe du doigt les dangers des smartphones sur le cerveau. Leurs ondes affecteraient la santé, et plus particulièrement la mémoire des adolescents.

Une “baisse significative” de la mémoire des formes

Alors qu’en 2016 l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a signalé les dangers des radiofréquences sur les enfants, les résultats de cette nouvelle étude confirment les effets néfastes des téléphones sur les fonctions cognitives des plus jeunes. 
Les chercheurs du Swiss TPH ont choisi de mener leur enquête auprès de 700 adolescents âgés de 12 à 17 ans, qui ont passé différents tests (groupes de mots, formes abstraites à mémoriser, etc.). Les experts ont observé une "baisse significative" de la performance mnémonique dûe à l’utilisation du téléphone portable. Dans une interview accordée au journal Le Temps, le professeur Martin Röösli, auteur de l’étude, explique que ce sont les résultats “relatifs aux formes qui sont les plus détériorés chez les adolescents étant les plus exposés aux ondes électromagnétiques”. En effet, les champs électromagnétiques à haute fréquence libérés par le smartphone nuisent au bon fonctionnement et au développement d’un type de mémoire particulier : celle des formes. 

Ne pas téléphoner sur l’oreille droite

Les conclusions des scientifiques s’accompagnent d’une révélation surprenante : les risques de dégradation de la mémoire des plus jeunes s’accentuent si le téléphone est placé sur l’oreille droite. En cause ? Selon les chercheurs, la zone de la mémoire des formes qui se situerait principalement dans l’hémisphère droit du cerveau. 
Cependant, l’étude ne met pas en cause l’utilisation du téléphone pour les jeux vidéo, les recherches internet ou l’envoi de sms, des activités qui, selon les chercheurs, n’affectent que très peu les zones cérébrales liées à la mémoire. 
Les scientifiques soulignent que le mobile ne peut avoir d’effet sur la mémoire que s’il est collé à l’oreille, d'où l’importance d’utiliser des écouteurs ou de passer ses appels en kit mains libres.
Selon les auteurs de l’étude, des recherches supplémentaires sont toutefois nécessaires, notamment pour confirmer le lien direct avec la puberté. 
 

Les tablettes : des appareils néfastes pour la nuque

Si l’utilisation des téléphones portables peut nuire à la santé, une étude récente menée par les scientifiques de l’Université du Nevada avance que l’utilisation prolongée des tablettes, souvent dans une mauvaise position, peut s’avérer néfaste pour la nuque. Dans un article publié par Szu-Ping Lee et son équipe, les chercheurs alertent sur un nouveau fléau du XXIe siècle : “l’iPad neck” (nuque d’iPad). Selon les experts, ce symptôme affecte notamment les plus jeunes et 2 fois plus souvent les femmes. “Cette forte prévalence de symptômes liés à la nuque et aux épaules, en particulier dans les populations les plus jeunes, est un fardeau non négligeable pour la société”, peut-on lire sur l’article.  Alors que les tablettes ont une place de choix dans notre quotidien, les scientifiques conseillent d’adopter une bonne posture en s’installant sur une chaise confortable tout en maintenant la tablette à la hauteur des yeux. On veillera également à limiter le temps passé devant les écrans notamment chez les enfants et les ados. 

 

Commentaires