Ces nouvelles maladies apparues avec les téléphones portables

maladie téléphones portables
Ces nouvelles maladies apparues avec les téléphones portables
Stocklib
Par Manon Laplace et Elodie-Elsy Moreau publié le
Modifié le
50190 lectures

Du 6 au 8 février, ce sont les Journées sans téléphone portable. L'occasion de faire un point sur les nouvelles maladies ayant fait leur apparition avec la manipulation quotidienne du smartphone.

97 % des Français possèdent un mobile. Autant d'utilisateurs potentiellement sujets à des nouveaux troubles. Car si l’on parle souvent  de la dangerosité des ondes électromagnétiques pour notre santé, on évoque plus rarement les nouvelles maladies apparues avec l’émergence des téléphones portables. Dépendance, trouble de l'équilibre, problèmes oculaires... Retour sur ces pathologies dont vous souffrez peut-être sans même le savoir.

La nomophobie 

Comprenez la "no mobiIe phone phobia', soit la "phobie du non téléphone portable". Il s’agit de l’inquiétude phobique de ne pas pouvoir utiliser son portable : mauvais signal, niveau de batterie insuffisant, difficulté à trouver son téléphone... Autant d’éléments qui peuvent provoquer un stress intense chez certains utilisateurs dépendants. Une pathologie qui rend incapable d’éteindre son téléphone portable ou de ne pas vérifier ses notifications de manière systématique. Une véritable obsession.

Le cybermalaise 

Il s’agit d’un déséquilibre causé par l’utilisation d’applications 3D disponibles sur certains smartphones. Ces applications entraîneraient un décalage entre les mouvement oculaires et les signaux reçus par le système qui contrôle l’équilibre, le cerveau interprétant les mouvements 3D comme des mouvements réels. Un décalage qui peut engendrer troubles oculaires, nausées et étourdissements.

Le syndrome du téléphone fantôme

Causé par une dépendance au téléphone, ce syndrome se traduit tout simplement par la fausse impression, régulière et répétée, que son téléphone est en train de vibrer. Un syndrome qui peut également être auditif, avec la sensation d’entendre son téléphone sonner quand ce n’est pas le cas. Comme pour la nomophobie, il s'agit souvent d'un signe d'addiction au téléphone qui peut entraîner des comportements compulsifs.

Le syndrome de l’œil sec

Il s’agit d’une détérioration oculaire liée au fait de fixer des écrans de manière prolongée. Avoir les yeux rivés sur un écran, particulièrement s’il est de petite taille comme celui d’un smartphone peut conduire à une réduction du nombre de clignements de l’œil d’environ un tiers et provoquer une modification de la production de larmes. A terme, cela peut amener à des dommages permanents aux yeux.

La textonite ou tendinite du pouce

Rédaction de SMS, navigation sur le net : plus de 20 % des utilisateurs déclarent passer entre 2 et 4 heures par jour à pianoter sur leur téléphone. Une pratique qui sollicite beaucoup les articulations de nos doigts et peut avoir pour conséquence une inflammation des tendons et provoquer douleurs et crampes.

Le "text-neck"

Outre la tendinite du pouce, une autre partie  du corps peut être fortement affectée par le "texting" intensif : le cou. C'est ce que certains spécialistes appellent le text-neck ("texto" et "cou" en français) entraînant des douleurs et une raideur au niveau de la nuque et des épaules à force de pencher la tête pour envoyer des SMS, les lire ou naviguer sur Internet. 

L'insomnie causée par la lumière bleue

Plusieurs études ont démontré les effets de la lumière bleue sur le sommeil.  Celle-ci affecte notre horloge biologique basée sur le rythme jour/nuit. Une exposition excessive aux écrans le soir ou avant le coucher peut entraîner des troubles du sommeil (insomnie ou difficulté à s'endormir). Pour éviter ces désagréments, il est recommandé de ne pas utiliser les écrans durant l'heure précédant le coucher. 

Au vu de ces nombreux désagréments, il est important de réduire son temps passé sur son mobile et d'apprendre à l'éteindre de temps en temps. Car si aujourd'hui, le smartphone est devenu presque indispensable dans l'accomplissement de certaines tâches, il peut aussi nuire à notre santé et à notre bien-être.