Parents végétariens ou vegan : quelle alimentation donner à son bébé pour éviter les carences ?

papa donnant le biberon à son bébé
Parents végétariens ou vegan : quelle alimentation donner à son bébé pour éviter les carences ?
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
3064 lectures

Par conviction, il est inconcevable pour certains parents de donner à leur enfant de la viande, ou quelconque produit d’origine animale. Mais comment adapter un régime végétarien ou végétalien sans mettre en péril la santé de son enfant et combler tous ses besoins nutritionnels ? Le pédiatre Alain Bocquet nous éclaire sur la question.

La récente affaire du bébé retrouvé dans un état léthargique en Floride, aux Etats-Unis, a fait grand bruit. Ces parents vegan, qui suivaient également les principes religieux hébreux nazaréens selon les médias américains, ne donnaient à leur enfant qu’une alimentation à base de purée de pommes de terre. Si cela est bien évidemment extrême, notons que plusieurs cas ont défrayé la chronique ces dernières années. "Un procès a eu lieu en Belgique, suite au décès d’un enfant. Certains parents vont trop loin", soutient le pédiatre Alain Bocquet. En 2011, en France, un couple de la Somme a été jugé pour "privation de soins ou d'aliments suivie de mort". Ils imposaient ce régime à leur fillette, décédée de malnutrition à 11 mois. L’enfant présentait des carences en vitamines A et B12. Plus récemment encore, en décembre 2018, des parents australiens ont plaidé coupable devant un tribunal pour des maltraitances sur leur bébé à qui ils avaient imposé un régime vegan strict. Leur fille de 19 mois souffre d'un rachitisme sévère.

De plus en plus d’hospitalisations en France 

Le pédiatre Alain Bocquet estime "que les parents n’ont pas à imposer un régime vegan à leur enfant ", et assure que cela reste encore très marginal dans l’Hexagone même si les polémiques à ce sujet font souvent la une des journaux. Toutefois, "de plus en plus d’enfants sont hospitalisés en France d’après une étude qui va prochainement sortir sur les jus végétaux et vegan. C’est une mode qui nous vient des pays anglo-saxons. Je suis assez surpris de voir que ces parents ne réagissent pas face à une très faible prise de poids de leur enfant ".  

Comme il l’explique, aujourd’hui, les médecins sont formés à adapter au mieux le régime pour les enfants dont les parents sont végétariens, avec des œufs, une supplémentation indispensable en vitamines D et B12 (essentielle au fonctionnement du système nerveux et du tube digestif). Mais parfois, les parents vegan refusent ces substituts, explique le pédiatre.

 

"Certains professionnels n’hésitent pas à alerter le procureur de la République lorsqu’ils soupçonnent de mauvais traitements".

Car le tout-petit a des besoins spécifiques en fer, vitamines, graisses saturées… Voilà pourquoi, il est primordial d’aborder la question avec un professionnel afin d’établir un régime alimentaire le plus fiable sans risquer les carences ou l’apparition d’affections plus ou moins graves.

Quels laits infantiles choisir ?

Il existe plusieurs références de laits infantiles et de croissance à base de végétaux, notamment de riz, initialement réservés aux enfants allergiques. Sur le marché français, on trouve de moins en moins de préparations infantiles à base de soja, souligne le médecin. D’autres pays en vendent mais elles ne sont pas recommandées du fait de leur teneur en phyto-estrogènes, classés perturbateurs endocriniens.

"Nous sommes dans une période où les parents rencontrent de vraies difficultés à se procurer du lait infantile végétal ", précise le pédiatre. "Suite au récent scandale sanitaire, Modilac a du mal à en fournir. Novalac est en rupture de stock et Picot a, pour le moment arrêté ce produit depuis l’affaire Lactalis. De son côté, Premi riz a arrêté la fabrication. Enfin, la marque Mandorle ne serait pas la plus reconnue dans le secteur", soutient le spécialiste.

"Pour les professionnels, cette pénurie temporaire peut être difficile à gérer. A la base, ces préparations infantiles sont destinées aux enfants allergiques aux protéines de lait de vache, et en cas de pénurie, on propose des laits infantiles hydrolysés, dans lesquels les protéines de lait de vache sont découpées, et donc plus facilement digérées. Dans le cas des parents végétariens ou vegan, c’est bien entendu plus compliqué ".

Régime vegan : comment gérer la diversification ?

Le docteur Bocquet est catégorique. Pour lui, il est important que les préparations infantiles et le lait de croissance constituent l’alimentation majeure de l’enfant, même au-delà de 4-6 mois, au moment de la diversification. Ces laits contiennent la dose idéale d’acides gras essentiels et de fer. Comme on peut le lire sur le site Pédiatre Online, "le fer se trouve certes dans les végétaux, mais sous une forme moins biodisponible que celui en provenance des viandes (fer héminique)". "Grâce aux ajouts de protéines et d’acides aminés, les produits spécifiques pour bébés peuvent faire partie de l’alimentation jusqu’à 3-5 ans", indique Alain Bocquet.
Pour rappel, 9 acides aminés sont indispensables au bon fonctionnement de l'organisme du nourrisson. "Je conseille aux parents vegan de garder ce type de lait le plus longtemps possible : 850 à 900 ml par jour jusqu’à 4 mois avant la diversification puis de s’approcher du litre après".  Autre conseil du spécialiste : "prendre soin de bien associer les protéines végétales entre les légumineuses et les céréales".

Avant l'âge de 3 ans, les lipides doivent également recouvrir près de la moitié des apports caloriques de l'enfant. Les apports en lipides étant "très bas dans les régimes végétariens, ils sont alors compensés en partie par des apports en hydrates de carbone (sucres)", précise Pédiatre Online. En l’absence de produit laitier, il faudra veiller à choisir les aliments qui contiennent le plus de calcium afin d’assurer la solidification osseuse : épinards, chou, eau minérale spécifique… En général, le lait maternisé végétal est enrichi en calcium.

Et pour le régime végétarien ?

Dès 5-6 mois, un enfant pouvant consommer des protéines animales devra boire en moyenne 500 ml de lait infantile, conseille le pédiatre. Les 300 ml restants sont apportés par des laitages et/ou des œufs.

"Il faut savoir que chez l’enfant, la protéine de l’œuf est la protéine de référence, davantage que celle du poisson ou de la viande", indique-t-il.

Quid des boissons végétales ?

Souvent appelés, à tort, laits végétaux, malgré la décision de la Cour européenne de justice de juin 2016, stipulant que cette appellation est réservée aux produits laitiers, ces boissons ne conviennent pas aux nourrissons. A base de riz, d’amande, de soja, de noisette, ils font partie intégrante du régime des personnes végétaliennes. Toutefois, il faudra attendre la première année pour en donner occasionnellement à son enfant. Ils ne doivent pas constituer leur alimentation principale. "Toute est une question de dosage ", alerte le docteur Bocquet.

Être végétalienne et allaiter

Le lait maternel est l’aliment idéal pour les premiers mois de vie. En effet, il comble tous les besoins nutritionnels du nouveau-né. Mais plus qu’une question de choix, l’allaitement est aussi une question de possibilité. Pour des raisons de santé, ou autres, cela n’est pas toujours envisageable pour les jeunes mamans. Si vous décidez de donner le sein et que vous suivez un régime végétalien, il faudra redoubler de vigilance concernant votre taux de vitamines et de minéraux. La supplémentation en vitamine B12, et d’autant plus importante à ce moment-là. Pourtant, à en croire une étude de 2013, 65 % des femmes enceintes végétaliennes sont en manque de vitamine B12. Un chiffre qui peut grimper à 86 % chez les enfants. Cela peut entraîner des conséquences parfois graves sur la santé et le développement de votre bébé.
Autant de carences alimentaires affectant directement le système immunitaire et exposant, à des risques d'infections, parfois irréversibles.

Vous l’aurez compris : faire suivre un régime vegan aux plus jeunes, sans compromettre leur santé, n’est pas toujours chose aisée. L’essentiel est de rester à l’écoute du pédiatre et des professionnels qui vous entourent. Ils sauront vous guider afin de mettre en adéquation vos choix de vie et le bon développement de votre enfant.

Source(s):
Commentaires