La destruction des invendus non alimentaires bientôt interdite en France

Edouard Philippe
La destruction des invendus non alimentaires bientôt interdite en France
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
1180 lectures

Textile, électroménager, cosmétiques… d'ici deux à quatre ans, le gouvernement s'engage à interdire la destruction des invendus non alimentaires en France a annoncé Edouard Philippe.

"Une première mondiale" indique le Premier ministre. Ce mardi 4 juin, Edouard Philippe a annoncé que la destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) sera interdite d'ici deux à quatre ans en France. Une mesure qui figurera dans le projet de loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire, qui sera présenté en juillet au Conseil des ministres.

Un gaspillage "scandaleux"

Conséquence directe pour les marques : l’obligation de donner leurs produits, notamment à des associations de charité ou de les recycler, à partir de fin 2021 ou de fin 2023 suivant le calendrier choisi.

Chaque année, plus de 600 millions d'euros de produits non alimentaires neufs et invendus sont jetés ou détruits, précise le chef du Gouvernement. Un gaspillage scandaleux souligne-t-il. "Notre idée, ce n'est pas de contraindre ou d'imposer, mais d'accompagner les entreprises (...) faire en sorte que nous passions à une étape nouvelle de notre économie", a-t-il ajouté.

Les invendus représentent environ 800 millions d'euros par an, et seuls 140 millions d'euros de produits font l'objet d'un don. Il était donc temps de s’atteler à ce fléau après celui du secteur alimentaire.  Pour rappel, en février 2016, la France a adopté une législation stricte contre ce type de gaspillage. Depuis, les supermarchés de plus de 400 m² sont obligés de rechercher un partenariat avec une association d'aide alimentaire pour céder ces invendus, au lieu de les jeter ou de les détruire.

Découvrez la vidéo du Premier ministre ici.

Photo : © Bertrand GUAY - AFP/Archives

 

Source(s):
Commentaires