Conditions d’élevage des poules : L214 et 30 millions d’amis portent plainte contre le premier producteur d’oeufs français (Vidéo)

Conditions d’élevage des poules : L214 et 30 millions d’amis portent plainte contre le premier producteur d’oeufs français (Vidéo)
Conditions d’élevage des poules : L214 et 30 millions d’amis portent plainte contre le premier producteur d’oeufs français (Vidéo)
Par Cécilia Ouibrahim publié le
2324 lectures

A l’issue d’une enquête commune, les deux associations de défense des animaux ont épinglé, ce mardi, les conditions d’élevage de poules pondeuses.

Alors qu’il y a quelques jours la fondation 30 millions d’amis s’insurgeait contre la maltraitance animale dans un abattoir labellisé bio suite à une vidéo choquante diffusée par l'association DxE France, elle s’associe désormais à L214 pour dénoncer les conditions d’élevage de poules pondeuses. Les deux associations ont révélé, dans un communiqué commun, les résultats de leur nouvelle enquête. En ligne de mire : un élevage intensif qui fournit le premier producteur d’oeufs français. 

Des ingrédients qui composent plats préparés, gâteaux et pâtisseries

Situé à Caro dans le Morbihan, l’établissement mis en cause approvisionne le groupe Avril, leader français de la production d’œufs qui détient la marque Matines. "Leurs oeufs se retrouvent notamment dans des plats préparés, des gâteaux ou des pâtisseries", alerte Reta Hutin, présidente de la fondation 30 millions d’amis. 
Les nouvelles images affligeantes, tournées par L214, révèlent les traitements tragiques de plus de 190 000 poules pondeuses élevées en cage. Enfermées, entassées, agonisantes, les volailles sont parfois abandonnées près des cadavres de leurs congénères. Certaines poules mourraient de soif et de faim avant même d’être distribuées dans d’autres cages pour être abattues. Âgées d’un an et demi en moyenne, elles auraient pu vivre jusqu’à douze ans avec de meilleures conditions.
"L’élevage en cage est une pratique ignoble pour les animaux. Cette exploitation fournissant le groupe Avril aggrave encore leur supplice du fait du ramassage bâclé et de l’indifférence totale quant au sort des nombreuses poules tombées au sol, agonisantes ou déjà mortes", déplorent L214 et 30 millions d’amis dans leur communiqué commun. 

“Un mode d’élevage archaïque”

Les organisations de défense des animaux ont annoncé qu’elles portaient plainte contre l’établissement pour "mauvais traitements commis par un professionnel et abandon auprès du procureur de la République de Vannes". 30 millions d’amis et L214 interpellent le groupe Avril pour qu’il s’engage à proscrire l’élevage en cage d’ici 2025. 

"Malgré les scandales répétés impliquant sa responsabilité, le groupe Avril ne s’est toujours pas engagé publiquement à tourner le dos à l’élevage en cage pour l’ensemble de ses activités", regrettent les organisations. "Seule sa marque Matines, la plus connue du public, s'est engagée à bannir les cages... Une position de façade : pour le groupe Avril dans son ensemble, aucun engagement contre la cruauté."  Afin de faire cesser cette maltraitance animale, les associations invitent les consommateurs à signer leur pétition :

"Plus aucun débouché ne doit être proposé à ce mode d’élevage archaïque", dénonce Reha Hutin.
 

Commentaires