Des tuyaux d’eau glacée placés sous les villes pour remplacer les climatiseurs

Des tuyaux d’eau glacée placés sous les villes pour remplacer les climatiseurs
Des tuyaux d’eau glacée placés sous les villes pour remplacer les climatiseurs
© THOMAS SAMSON - AFP
Par AFP/Relaxnews publié le
820 lectures

S’ils rafraîchissent l’intérieur, les climatiseurs contribuent massivement au réchauffement climatique. Une alternative innovante permettrait de baisser les températures en étant plus respectueuse de la planète.

Cachées sous terre, de bruyantes machines injectent de l'eau glacée dans des tuyaux qui courent sous les bords de Seine. A Boulogne-Billancourt, en région parisienne, 6 km de canalisations refroidissent plus de 350.000 m2 de bureaux et d'équipements sur l'ancien site des usines historiques du constructeur automobile Renault.

Au coeur d’une nappe phréatique

Le système fonctionne en partie avec de la géothermie, explique Clémentine Jaffré, responsable d'agence de l'entreprise Idex, qui a construit cette station souterraine. Le dispositif a été installé au coeur d'une nappe phréatique dont on peut voir quelques gouttes filtrer malgré les murs de béton.

Les "thermofrigopompes" utilisent ainsi l'eau à 15°C de la nappe en complément, pour produire de l'eau froide à 4°C et en parallèle de l'eau chaude à 80°C pour le réseau sanitaire et le chauffage en hiver.

Les réseaux de froid urbain, encore très marginaux dans le monde, n'utilisent pas tous le même système mais visent à offrir une alternative plus environnementale aux climatiseurs individuels.

Un dispositif moins efficace que la clim ? 

L'Agence internationale de l'énergie manque d’enthousiasme. "La plupart des réseaux de froid dans le monde aujourd'hui ne sont pas plus efficaces que des refroidisseurs ou des climatiseurs dans un bâtiment", indique à l'AFP l'analyste John Dulac, ciblant notamment des pertes d'énergie dans les tuyaux mal isolés.

"En théorie et dans certains des meilleurs cas pratiques, cela peut être beaucoup plus efficace", reconnaît-il toutefois. "Mais cela dépend grandement de la façon dont (le système) est conçu", insiste l'analyste, donnant en exemple le réseau de froid parisien, le plus important d'Europe, qui stocke notamment de la glace produite aux heures creuses pour livrer l'eau réfrigérée lors des pics de consommation.

Avec 80 km aller-retour de canalisations installées sous la capitale française, Climespace, filiale d'Engie, fournit en froid 700 clients dont le Louvre, l'Assemblée nationale, l'Hôtel de Ville ou encore des grands magasins comme les Galeries Lafayette.

Les équipements qui fonctionnent à l'électricité mais utilisent aussi l'eau de la Seine, produisent "4 megawatts de froid pour 1 d'électricité consommée alors (qu'un climatiseur autonome) produit 2 megawatts de froid pour 1 d'électricité", assure le directeur d'exploitation Jean-Sébastien Mascrez. Et les émissions de CO2 sont réduites de 50%, selon Climespace.

"Un réseau de froid est très efficace, c'est une évidence", insiste David Canal, de l'agence française de maîtrise de l'énergie Ademe. En revanche, son périmètre est limité : "le secteur résidentiel n'est pas la cible principale, mais le tertiaire, les musées, les hôpitaux", souligne-t-il.

 

Photo : © THOMAS SAMSON - AFP / © ERIC PIERMONT - AFP/Archives
Commentaires