Cigarette électronique : les poumons partiraient aussi en fumée

Cigarette électronique : les poumons partiraient aussi en fumée
Vapotage : les poumons partiraient aussi en fumée
© 6okean / Istock.com
Par La rédaction publié le
6571 lectures

Une nouvelle étude américaine révèle que les personnes vapotant peuvent souffrir de lésions similaires à une exposition à des gaz toxiques. Les poumons apparaissent alors comme brûlés selon les chercheurs. Explications.

Ces derniers mois aux Etats-Unis, des centaines de cas de pneumopathies et plusieurs décès ont été attribués au vapotage. La publication d’une nouvelle étude dans la revue médicale New England Journal of Medicine semble confirmer la dangerosité des cigarettes électroniques. Les biopsies des poumons de 17 personnes frappées par les maladies pulmonaires liées au vapotage aux Etats-Unis, dont deux décédées, révèlent des lésions similaires à une exposition à des gaz toxiques, indiquent les chercheurs.

"Il semble que ce soit une sorte de lésion chimique directe, similaire à ce qu'on pourrait voir lors d'une exposition à des émanations chimiques toxiques, des gaz ou des agents toxiques", explique le médecin Brandon Larsen, de l'hôpital Mayo Clinic Arizona, auteur de l'étude.

L'huile de vitamine E en cause ?

Les sujets étudiés ne représentent qu'un échantillon sur les plus de 800 recensés à ce jour outre-Atlantique. Mais aucun de ces cas ne correspondait à l'un des diagnostics évoqués initialement, à savoir une "pneumonie lipidique". Celle-ci  survient quand des huiles pénètrent les poumons. Pour l’heure, les autorités de l'Etat de New York supposent que l'huile de vitamine E est potentiellement responsable des maladies observées.

"D'après ce que nous avons vu dans notre étude, nous estimons que la plupart des cas impliquent des contaminants chimiques, des dérivés toxiques ou d'autre agents nocifs contenus dans les liquides de vapotage", ajoute Brandon Larsen.

Le marché français à bout de souffle ?

Au total, 12 décès ont été confirmés par les autorités fédérales à la date du 27 septembre 2019. Les autorités sanitaires enquêtent depuis le mois de juillet dernier pour déterminer la cause des affections frappant en majorité des hommes jeunes utilisateurs de cigarettes électroniques. Point important : les trois quarts vapotaient des e-liquides au THC, l'agent psychoactif du cannabis, souvent achetés sur le marché noir. Les experts soupçonnent qu'un ou plusieurs additifs provoquent ces pathologies, entraînant ensuite des difficultés à respirer.

En France, le vapotage reste sous surveillance. Et depuis ces décès en série aux Etats-Unis, l’Hexagone a observé une chute d'activité de l'ordre de 25 à 30 %, a indiqué lundi 30 septembre, l'entreprise Kumulus Vape, l'un des grands acteurs du secteur. "Nous craignons que des fumeurs en viennent désormais à se dire que la " vape " est plus dangereuse que la cigarette", avance Rémi Baert, le PDG de Kumulus Vape, tout en précisant que "le marché américain n’est pas régi par les mêmes lois qu’ici".  En effet, "aux États-Unis, la composition des produits est totalement libre".  En France, au contraire, les liquides de recharge doivent être déclarés auprès des autorités de santé. Autre différence : la cigarette électronique séduit surtout les jeunes américains n’ayant jamais fumé, souhaitant consommer des drogues. Les Français utilisent le vapotage comme sevrage. Toutefois, si vous tentez d’arrêter de fumer, sachez qu’il existe des méthodes naturelles et douces pour en finir avec le tabac comme l’acupuncture, les élixirs de cristaux ou encore les thérapies comportementales et cognitives (TCC). Plus d’infos dans notre article sur le sujet.

Avec AFP/Relaxnews 

Source(s):
  • AFP/Relaxnews
Commentaires