Exposition aux pesticides : intoxication à domicile

Pesticides : les Français intoxiqués aussi chez eux
Trop de pesticides utilisés à la maison alerte l’Anses
Par AFP/Relaxnews publié le
476 lectures

Pour chasser les cafards, les mouches ou encore les puces de votre animal de compagnie, les insecticides doivent être utilisés avec précaution, prévient l'agence sanitaire Anses. Celle-ci a publié une photographie inédite des usages très répandus des pesticides domestiques. Et il y a encore des efforts à faire…

Alors que la distance minimale entre habitations et zones d'épandage des produits phytosanitaires chimiques fait actuellement débat, l'Anses attire l'attention sur une autre source potentielle d'exposition à ces produits potentiellement toxiques : la maison. Notre habitation peut être contaminée par divers produits indésirables que nous n’utilisons pas correctement.

C’est en effet ce qui ressort d’une étude de terrain baptisée Pesti'Home, réalisée en 2014 chez 1.500 ménages de France métropolitaine. Elle démontre que 75 % des Français ont utilisé au moins un pesticide durant les douze derniers mois. Une utilisation "généralisée" qui concerne les plantes mais aussi les soins de nos fidèles compagnons à quatre pattes. Plus de 60 % des détenteurs d'animaux domestiques (qui représentent près de la moitié de l'échantillon) traitent leur chat, leur chien ou leur lapin contre les puces et les tiques. Par ailleurs, la chasse aux bestioles indésirables contribue à cette pollution intérieure puisque 40 % des ménages ont recours à des biocides contre les insectes volants et 28 % contre les insectes rampants. De plus, 12 % utilisent des répulsifs corporels contre les insectes, 9 % des produits contre les rongeurs, 7 % contre les poux humains, 4 % contre les acariens. Un véritable cocktail de substances toxiques !

Le jardin, un concentré de produits chimiques

Rien d’étonnant, les produits phytopharmaceutiques chimiques sont aussi utilisés par ceux ayant un jardin : 20 % des détenteurs d'un espace extérieur font par exemple appel à des produits contre les maladies des plantes. En revanche, pour la pratique du jardinage, les usagers étant davantage conscients des dangers, font preuve de plus de prudence.

Comme l’explique à l'AFP Jean-Luc Volatier, adjoint à l'évaluation des risques à l'Anses, "70 % des personnes qui ont des produits pour le jardin déclarent suivre les précautions d'emploi. Ils sont plus au courant pour les pesticides utilisés au jardin, parce qu'on en parle beaucoup dans le débat public". Ils sont tout autant à suivre précautionneusement la notice des produits contre les poux. Mais seulement un peu plus d'un tiers des particuliers respectent les règles de prudence avec les produits contre les insectes volants. Pourtant, "ce sont les mêmes molécules", insiste Jean-Luc Volatier. "Par exemple, les pyréthrinoïdes, qui sont les plus utilisés, peuvent être utilisés contre les cafards ou les fourmis, mais aussi dans le jardin ou pour protéger les animaux domestiques contre les puces". 

Manque de vigilance

Les Français ne se renseignent pas assez sur les précautions d'emplois et ne les mettent donc pas en œuvre. "On n'y pense pas toujours mais c'est important parce que ce ne sont pas des produits anodins", souligne le spécialiste. Ces précautions parfois "écrites en lettres un petit peu petites sur les emballages" sont différentes d'un produit à l'autre. Se laver les mains après utilisation, porter des gants voire un masque de protection, sortir de la pièce après pulvérisation... 

Une vigilance qui doit être renforcée pour les femmes enceintes ou les enfants qui par exemple ne doivent pas dormir avec leur chat ou leur chien tout juste traité avec une pipette antiparasite. Autre problème révélé par l'enquête : un quart des ménages avaient dans leurs placards des pesticides achetés parfois il y a longtemps, interdits depuis. Une proportion qui pourrait aujourd'hui être encore plus élevée : les produits phytosanitaires chimiques utilisés en jardinage étant totalement bannis pour les particuliers depuis le 1er janvier 2019.

A la déchetterie et non à la poubelle

L’étude Pesti'Home montre également que 60 % des Français jettent à la poubelle les produits non utilisés ou périmés qui devraient être apportés en déchetterie. "Jeter ces produits à la poubelle ou dans l'évier peut poser problème d'un point de vue environnemental et sanitaire", rappelle Jean-Luc Volatier. Au-delà des recommandations d'utilisation et d'élimination de ces produits, cette photographie, une "première" au niveau international, permettra d'orienter la surveillance de la qualité de l'air intérieur vers certaines des molécules identifiées.


Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :

Commentaires