Crèmes solaires : les produits chimiques qu’elles peuvent contenir pénètrent dans le sang

crème solaire
Crèmes solaires : les produits chimiques qu’elles peuvent contenir pénètrent dans le sang
© Pixabay
Par La rédaction publié le
865 lectures

Une nouvelle étude de la Food and Drug Administration avance que les composés actifs de certaines crèmes solaires restent dans la circulation sanguine plusieurs jours.

A l’approche des départs en vacances aux sports d’hiver, cette nouvelle étude américaine rappelle la nécessité de décrypter la liste d’ingrédients des produits solaires, avant de les emporter sur les pistes, mais surtout l'importance de continuer la recherche sur la composition des crèmes solaires. 

Réalisé par la Food and Drug Administration (FDA), l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments aux Etats-Unis, ce rapport confirme que les ingrédients actifs des écrans solaires conventionnels peuvent être absorbés dans le sang à des niveaux qui dépassent le seuil fixé. Le même constat avait été dressé par une enquête américaine menée en 2019. Celle-ci avait démontré que les quatre ingrédients actifs étudiés étaient absorbés dans la circulation sanguine, à des concentrations dépassant le seuil fixé par la FDA.

Des produits absorbés par le corps dès la première application

Pour cette nouvelle étude, les scientifiques ont passé au crible trois autres ingrédients actifs, ainsi que trois formulations d'écran solaire supplémentaires. Résultats : tous les produits chimiques testés ont été absorbés dans la circulation sanguine des participants à des niveaux dépassant les niveaux de sécurité.

Afin de dresser ce constat, les chercheurs ont suivi 48 personnes en bonne santé. Ces dernières ont appliqué les produits, sur la majeure partie du corps pendant plusieurs jours. Les ingrédients actifs étaient absorbés à des niveaux supérieurs au seuil de la FDA après une seule application. Mais surtout, ils restaient dans le corps. En effet, chez plus de la moitié des volontaires, les niveaux d'avobenzone, d'octisalate et d'octinoxate sont restés élevés jusqu'à sept jours, tandis que l'homosalate et l'oxybenzone sont restés au-dessus du seuil pendant 21 jours.

"Nous parlons de nanogrammes"

Jusqu’ici, ces produits chimiques n’ont pas révélé leur nocivité sur la santé humaine, précisent les chercheurs. Néanmoins, la recherche animale a soulevé des interrogations sur certains produits, notamment l'oxybenzone. Il est soupçonné de perturber l'activité hormonale. Mais même lorsque les niveaux de cette substance dépassent les seuils de la FDA, ils restent extrêmement faibles, assure le Dr Adam Friedman, membre de l'American Academy of Dermatology (AAD) et professeur à la George Washington University School of Medicine de Washington, D.C. "Nous parlons de nanogrammes", explique-t-il. "Tout ce que cette étude montre, c'est qu'il est possible de détecter de très petites quantités d'ingrédients de protection solaire dans le sang. Il n'a pas été conçu pour dire quoi que ce soit sur la sécurité."

L’importance de se protéger

Les experts indiquent, qu'à ce stade, rien ne permet d'affirmer que l'écran solaire est nocif pour la santé. D’où l’importance de continuer à les utiliser "pour prévenir les coups de soleil et limiter le risque de cancer de la peau", soulignent-ils. "Le fait qu'un ingrédient soit absorbé par la peau et dans le corps ne signifie pas qu'il est dangereux", relève Janet Woodcock, docteure et directrice du Center for Drug Evaluation and Research de la FDA. "Au contraire, cette constatation nécessite de nouveaux tests de l'industrie pour déterminer la sécurité et l'effet de l'exposition systémique des ingrédients de l'écran solaire, en particulier avec une utilisation chronique."

En réponse à cette étude, le président de l'AAD, le Dr George Hruza affirme : "L'AAD recommande à tout le monde de chercher de l'ombre, de porter des vêtements de protection - y compris une chemise légère et à manches longues, un pantalon, un chapeau à larges bords et des lunettes de soleil - et d'appliquer un large -un écran solaire avec un FPS de 30 ou plus pour toutes les peaux exposées."

Opter pour les écrans solaires bio sans nanoparticules

Comme le souligne la FDA, cette étude a été élaborée en laboratoire, et non dans des conditions réelles. Or, les personnes appliquant un écran solaire sont à l'extérieur. L’exposition à la chaleur et à la lumière du soleil pourrait donc modifier le processus d’absorption des éléments chimiques.

Afin de limiter l’absorption des substances toxiques, les spécialistent conseillent les écrans solaires minéraux, qui contiennent de l'oxyde de zinc ou du dioxyde de titane,  qui restent à la surface de la peau, et la protègent sans être "absorbés". 

On privilégiera tout de même, les produits bio, utilisant des filtres solaires minéraux, sans particules ultrafines de dioxyde de titane, respectueuses de votre santé et de l’environnement

Source(s):
Commentaires