Kobido, Gua Sha, Face-Sculpting : les soins anti-âge sans bistouri

massage facial
Kobido, Gua Sha, Face-Sculpting: les soins anti-âge sans bistouri
© Pixabay
Par Isabelle Frenay publié le
1357 lectures

Kobido, Face-Sculpting, Gua Sha... les stars en raffolent. Loin des injections et du bistouri, ces soins anti-âge du visage sont faits pour celles et ceux qui veulent éviter la case botox ou l’acide hyaluronique. Voici les secrets de ces liftings naturels en vogue.

Ce midi, j’ai facialiste ! Meghan Markle ou Kate Moss ont déjà adopté ce rituel beauté d’un nouveau genre et 100 % naturel d’où son succès grandissant. "Cette nouvelle profession, importée d’Outre-Manche et des Etats-Unis, a débarqué en France en 2015", explique Catherine Bourgeois, facialiste et formatrice esthétique à Paris dont le carnet de rendez-vous ne désemplit pas. "Aujourd'hui, s’appliquer une crème ou se nettoyer le visage, tout le monde peut le faire. La facialiste dispose d’une boîte à outils de techniques pointues choisies en fonction de la peau, de l’ossature et des expressions faciales de la cliente", poursuit la spécialiste qui annonce le lancement en avril 2020 de l’Académie des Facialistes, la première école Française de formation destinées aux esthéticiennes diplômées d'un CAP ou un BTS.

L'arsenal des facialistes 

Parmi l’arsenal de ces expertes aux doigts de fée, le massage facial japonais Kobido, enseigné dans les règles de l’art par le maître Shogo Moshizuki, le soin drainant chinois Gua Sha utilisant une pierre plate de jade ou de quartz rose et le Face-Sculpting, un protocole russe intrabuccal mis au point par un ostéopathe russe, Yakov Gershkovich. Objectif commun de ces techniques d’exception venus du monde entier ? Venir à l’assaut de l’ensemble des muscles du visage pour les détendre et oxygéner les cellules en faisant circuler le sang et la lymphe. Et pour cela, rien de tel que le mouvement. Si l’on pense à étirer le corps après un effort physique par exemple, on oublie souvent que la face, abritant environ 60 muscles, mérite aussi une bonne séance de stretching. Au fil du temps, les tensions accumulées creusent le sillon des rides.

Le Kobido, un ballet de haute voltige

Le Kobido, signifiant "ancienne voie de beauté", est né au XVe siècle au Japon. Ce massage facial était réservé aux impératrices et aux geishas pour sublimer leur peau. Après une compétition assidue, deux maîtres ont élaboré une chorégraphie élégante et rythmée, divisée en 48 typologies de gestes. Le massage débute en douceur par quelques effleurages puis alternent lissages, pétrissages, mais aussi percussions et vibrations à un rythme saccadé. La pulpe des doigts et les phalanges, garnies d’une crème hydratante, voltigent sur l'ensemble du visage pendant 30 à 60 minutes. Le visage est drainé, repulpé et les traits lissés. Coup de jeune garanti.

Gua Sha, l’outil bien-être d’auto-massage

Pour amplifier l’effet detox, Alexandre Thang, formé en médecine chinoise et au Kobido par le Dr Shogo Mochizaki, a créé un soin anti-âge holistique relaxant qui allie le Kobido, les massages chinois ancestraux Tuina et Gua Sha. "Cibler la face était insuffisant selon moi, explique-t-il. Le crâne, le cou, la nuque et les trapèzes sont riches en terminaisons nerveuses et ont besoin d’être relâchés. Les points d’énergie et les méridiens sont ouverts et réactivés".

L'utilisation du Gua Sha permet d’activer chaque millimètre de la peau, de drainer les tissus et d’activer en profondeur la lymphe et le sang. 

La pierre, douce et agréable au contact de la peau, permet de travailler l’ovale du visage, épouser le contours des yeux, les pommettes, les arêtes du nez et lisser le front. Pour un effet visible durable, le spécialiste conseille trois massages d’introduction pour détoxifier puis un soin par mois pour l’entretien. "Avec cet objet ludique, les clientes peuvent reproduire chez elle des auto-massages froids ou chauds qu’elles ont le choix d’apprendre après un soin personnalisé", précise Catherine Bourgeois.

Le Face-Sculpting, le massage interne profond

Malgré son style plus "chirurgical", le Face-Sculpting venu de Russie, lent et intense, induit une détente profonde surprenante. En massant avec l’index ou les pouces les muscles à l’intérieur des joues, la praticienne, dotée de gants en silicone, recherche les tensions enfouies, au niveau des maxillaires, des sinus, des arêtes du nez, autour de la bouche. Le travail réalisé sous la lèvre inférieure permet notamment de redessiner l’ovale du visage.

"En massant à la fois l’intérieur et l’extérieur des muscles superposés, on peut, par exemple, atténuer un double menton ou le sillon nasogénien", explique Catherine Bourgeois. A l’issue du massage, on s’enthousiasme du rehaussement des pommettes et d’un effet repulpant étonnant. Pour les plus stressés, le Face Sculpting agit aussi sur le bruxisme (grincements des dents).

Où faire un massage facial ?

Catherine Bourgeois, 7, rue Nicolas Charlet 75015 Paris (30 min: 60€, 60 min : 120€)

Alexandre Thang, 48 rue Saint-Anne, 75002 paris ( 1h, 130 €)8, Rue, 75002 Paris

Commentaires