Comment initier ses proches à l'écologie durant les vacances sans être prise de tête ?

sensibiliser ses proches à l'écologie
Comment initier ses proches à l'écologie sans "gâcher" les vacances ?
© Pixabay
Par Dorothée Blancheton publié le
482 lectures

L’heure des vacances a sonné et vous vous apprêtez à partir avec vos proches. Vous n’avez pas vraiment le même mode de vie mais vous aimeriez bien les sensibiliser à l’écologie. Les actes sont plus parlants que les paroles. Montrez donc l’exemple sans rien imposer et vous pourriez bien piquer leur curiosité !

Vous partez en vacances avec vos amis ou votre famille cet été ? L’occasion rêvée de partager de bons moments avec eux… et de les initier à une démarche plus éco-responsable au quotidien ! Mais pas question d’asséner haut et fort ce qu’il faut faire sous peine de jeter un froid. Selon Jérémie Pichon, auteur de « Famille en transition écologique » aux éditions Thierry Souccar et fondateur du blog famillezerodechet.com, "plutôt que de jouer les moralisateurs, mieux vaut donner envie, leur montrer que ça marche, qu’on vit mieux, qu’on a une meilleure santé et qu’on fait des économies. S’ils ne le décident pas d’eux-mêmes, ils ne le feront pas". On montre donc juste l’exemple pour les inspirer  et on y va en douceur !

Eviter les jetables

Avant de partir en vacances, on emporte avec soi de quoi limiter les emballages jetables : sac en tissu pour les courses, bocaux en verre, boites de conservation… Apportez également vos bee wrap, vos emballages alimentaires à base de cire d’abeille pour recouvrir vos plats entamés. Prenez aussi vos éponges, essuie-tout et carrés de démaquillage en tissu… Il y a fort à parier que vos proches en ont déjà vu ou entendu parler mais ils seront sûrement curieux d’en savoir plus sur leur usage au quotidien. Répondez à leurs questions, et proposez-leur d’essayer vos produits le temps du séjour !

Faire ses courses autrement

Le moment venu de faire les courses, on suggère, par exemple, d’aller faire le marché, de cueillir soi-même les fraises chez un cultivateur pour profiter du grand air et réaliser quelques économies.
Sur place, on discute avec les producteurs locaux pour découvrir les vrais produits du terroir, pour connaître leurs conseils culinaires, leurs bons plans sur la région, et pourquoi pas pour visiter leur exploitation.  "Quand nous sommes partis un mois en vacances en camping-car en Espagne, le fait d’avoir cette démarche zéro déchet, nous a fait rencontrer des personnes dans des petits villages que nous n’aurions pas croisées autrement. Et jamais nous n’aurions pu acheter en grande surface les produits qu’ils nous ont fait découvrir. On ne fait pas le même voyage. On sort des sentiers battus du tourisme classique", affirme Jérémie Pichon.

Cuisiner et créer par soi-même

En vacances, on en profite aussi pour prendre le temps de cuisiner, fabriquer des choses de ses mains. Il y a un vrai plaisir à préparer un repas convivial avec des produits frais et à savourer un bon vin de pays. Et il n’y a pas qu’en cuisine que le fait maison est agréable.
Réalisez sur place votre lessive et autres produits ménagers avec les ingrédients que vous aurez ramenés. Ce sera une belle opportunité de montrer comment en faire facilement. Vos proches constateront ainsi que c’est simple, rapide, économique et efficace.

Acheter différemment

Ces quelques jours de repos permettent également de se détacher de certaines habitudes, notamment celle d’acheter souvent et du neuf. On initie ses proches aux joies des vides-greniers et brocantes, au plaisir d’acheter des objets d’occasion, de flâner dans les friperies pour limiter son impact sur l’environnement.
On peut aussi jouer à traquer les déchets et acheter le moins de choses emballées possible (ex : acheter une glace avec un cône et une boule plutôt qu’une barre glacée).
"Depuis que nous sommes passés au zéro déchet, ma famille et moi, nous avons divisé notre budget de 30%. On a coutume de dire que l’argent c’est du temps, donc si l’on dépense moins on a plus de temps.  En consommant moins, ma femme et moi avons pu passer à temps partiel. Tout le monde a pu constater pendant le confinement que l’on n’a pas besoin de tant que ça pour vivre. C’est le marketting qui crée des besoins mais si on achète simplement l’essentiel, on a plus de temps pour ses proches. Viser le zéro déchet c’est aussi une manière de sortir nos enfants de cette consommation à outrance. Ils sont tout le temps sollicités. C’est à nous d’en faire les citoyens de demain", analyse Jérémie Pichon.

Se reconnecter à la nature

On profite du séjour avec ses amis ou sa famille pour délaisser le téléphone portable, la tablette et autres objets connectés. A la place, on propose des randonnées dans la campagne, des promenades en bord de mer. On déconnecte des écrans pour se rapprocher de la nature, des espaces verts. Pour inciter ses proches à faire de même, on peut dire tout haut qu’on se lance un défi à soi-même : se passer d’écran pendant X jours. Et on voit si d’autres veulent relever le défi. Dans tous les cas, il y a fort à parier que cela soulève quelques réflexions sur l’utilisation omniprésente de ceux-ci.  "C’est compliqué quand l’addiction est là. Mais on peut essayer de faire moins et mieux. Les gens sont conscients qu’il y a une urgence écologique. Il y a une certaine culpabilité. Il faut rester tolérant et dépassionner le débat pour que les vacances se passent bien", conseille Jérémie Pichon. 
En montrant l’exemple, sans rien imposer ni juger, vous aurez passé des vacances à votre image et aurez montré à vos proches qu’être un peu plus écolo, ce n’est pas si compliqué.

Commentaires