Arc de triomphe : un collectif emballé pour réduire l’impact écologique de l’oeuvre de Christo

Arc de triomphe par Christo
Arc de triomphe par Christo
© Pixabay
Par adele ndjaki publié le
Journaliste
5069 lectures

Cela ne vous aura pas échappé. Depuis quelques jours, plusieurs clichés atypiques de l’arc de triomphe transformé et paré de tissu sur une idée du défunt artiste Christo circulent sur les réseaux sociaux. Mais qu’en est-il de l’impact environnemental de cette œuvre monumentale ?

Il est dorénavant possible de contempler l’Arc de triomphe sous d’autres perspectives ! Drapppé de 25 000 m² de tissu blanc, l’imposant monument français est emballé depuis le 16 septembre 2021. 

Inauguré par Emmanuel Macron, ce projet fou n’est pas uniquement là pour le plaisir des yeux ou pour interpeller. Cette création est avant tout un hommage rendu au couple d'artistes Jeanne-Claude et Christo, décédés respectivement en 2009 et 2020

Le but de ce duo : rendre un "objet vivant qui va s’animer dans le vent et refléter la lumière". Les deux artistes avaient le rêve d’envelopper l’Arc de triomphe depuis des années, le voilà exaucé !  

Un emballage très controversé 

L'œuvre posthume de Christo suscite une certaine polémique. Le principal reproche étant le coût environnemental de cette manifestation. Si les organisateurs de l’évènement assurent avoir utilisé au maximum du polypropylène recyclable, à quoi va bien servir ces chutes gigantesques de tissu ? Soucieuses de l’impact post-écologique de l'œuvre, diverses marques et associations se sont réunies autour du collectif 1083borneinfrance. L’objectif : donner une deuxième vie au tissu. Afin de  maximiser leur chance d’être entendus, les membres ont créé le hashtag #Upwrapping

Toutefois, cela a peu de chance d’aboutir. En effet, le tissu utilisé pour l’Arc de triomphe a déjà trouvé preneur. L’heureux élu se trouve en Allemagne, là même où l’emballage a été fabriqué. Il devrait être recyclé en billes en plastique pour revêtements de terrains de tennis ou de foot.

Pourtant la controverse ne s’amenuise pas. Souvent blâmé pour leurs œuvres faisant table rase des principes écologiques, le couple d'artistes a été la cible du critique d’art Christophe Catsaros. En effet, ce dernier explique que "le maître emballeur Christo n’est rien d’autre qu’un symptôme de ce monde du jetable où, du moment qu’on recycle, tout va bien."  En somme, la possibilité de tout recycler est-elle une bonne excuse pour produire et consommer à tout-va ? 

Christo et Jeanne-Claude : les emballeurs d’espaces 

Le couple d'artistes contemporains n’en est pas à son coup d'essai. Pour preuve, Jeanne-Claude et Christo ont également enveloppé le palais du Reichstag en Allemagne. Le siège du Parlement a subi sa métamorphose en 1995. Mais le duo ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Installé à New York, il a disposé près de 7 500 portiques tendus de tissu couleur safran dans Central Park en 2005. L'œuvre intitulée “The Gates” (les portes) s’étendait sur 37 kilomètres. Aujourd’hui, c’est en France que leur projet a pu être réalisé. L’exposition se terminera le 3 octobre prochain.

Source(s):