Le prince William, opposé au tourisme spatial, tacle les milliardaires et remet le premier prix Earthshot

prince william
Prince William
© Stocklib
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
Rédactrice en chef
2432 lectures

Le prince William, fervent défenseur de l’environnement, n’a pas mâché ses mots concernant le tourisme spatial, quelques jours avant de récompenser les lauréats du prix environnemental mondial Earthshot, lancé l’an dernier par son organisation caritative, la Royal Foundation…

Réparons notre planète avant d’en chercher une autre où vivre et voyager ! Voilà comment nous pourrions résumer les propos du prince William, qui a accordé une interview à la chaîne de télévision britannique BBC le 13 octobre dernier. Le duc de Cambridge n’a en effet pas caché son scepticisme quant à la course effrénée au tourisme spatial engagée par plusieurs milliardaires.
Pour le petit-fils de la reine d’Angleterre, les plus grands cerveaux du monde devraient davantage se concentrer sur la résolution des problèmes environnementaux. Ainsi, il a suggéré aux entrepreneurs comme Jeff Bezos, Elon Musk ou encore à Richard Branson de se concentrer sur la sauvegarde de la Terre plutôt que sur le tourisme spatial.

Première cérémonie du prix Earthshot

Avant de savoir si son appel sera entendu par ces grandes fortunes, ce dimanche, le prince William, a organisé avec son organisation philanthropique, la Royal Foundation, et son épouse Kate Middleton, la première édition du prix Earthshot, qui récompense des initiatives en faveur de l'environnement. "Il faut s'unir pour réparer la planète", a-t-il déclaré.

Et tout le monde avait sa chance ! En effet, cette cérémonie a pour objectif de récompenser des personnes (militants, scientifiques, économistes, etc.), des entreprises, des organisations, des pays ou des villes proposant des "solutions viables" à la crise climatique. Pour la petite histoire, le nom a été choisi en référence au discours "Moonshot" du président John F. Kennedy de 1962. Ce dernier misait sur la "conquête" de la Lune par les Américains. A l’inverse, le prix Earthshot a pour ambition d'être "le prix environnemental mondial le plus prestigieux de l'histoire", chaque lauréat remportant un million de livres (1,17 million d'euros) pour les aider à développer leur projet.

Au total, 5 lauréats ont été récompensés 

Dans la catégorie "protéger et restaurer la nature", c’est la République du Costa Rica qui a été récompensée pour sa politique environnementale forte et ses efforts pour la préservation des écosystèmes et la restauration de la forêt. Le pays a ainsi réussi à inverser des décennies de déforestation.

Dans la catégorie "assainir l'air", c'est la société indienne Takachar qui a remporté le prix. Elle aide les agriculteurs à transformer les résidus de récolte en bioproduits commercialisables. Cela réduit le nombre de déchets agricoles brûlés, et donc la pollution de l'air.

Dans la catégorie"redonner vie à nos océans", c’est Coral Vita, une entreprise des Bahamas qui a été primée.  Son activité : mettre en place des fermes d'élevage de corail plus résistantes au changement climatique. Elle fait pousser du corail sur terre puis le replante dans les océans. Cela permet de le faire pousser 50 fois plus vite.

Dans la catégorie "régler le problème du climat", c’est la société électrolyseur AEM (Thaïlande/Allemagne/Italie) qui a été distinguée. Elle transforme l'électricité renouvelable en hydrogène gazeux vert grâce à une technologie spécifique et moins coûteuse que celles qui existent déjà. 

Enfin, dans la catégorie "bâtir un monde sans déchets", c’est la ville de Milan qui a remporté le prix. En 2019, elle a lancé un dispositif de lutte contre le gaspillage alimentaire visant à diviser par deux les déchets d'ici 2030. Grâce à ce programme, la nourriture des supermarchés et des cantines d'entreprises notamment est récupérée et distribuée à des ONG qui la distribuent aux citoyens dans le besoin.

 

Cette première cérémonie s’est tenue quelques jours avant la COP26, qui se déroulera à Glasgow à partir du 31 octobre prochain.