Petits maux des animaux : les remèdes naturels

remèdes naturels animaux
remèdes naturels animaux (pour chien et chat)
© Stocklib
Par Thomas Louis publié le
Journaliste indépendant
892 lectures

Problèmes de peau, troubles digestifs, douleurs diverses, il n’est pas rare que nos animaux souffrent de petits tracas de santé. Dans cette perspective, faire appel à un vétérinaire est le réflexe le plus classique, mais aussi le plus utile à avoir. Toutefois, si prévenir est toujours mieux que guérir, bon nombre de médecines naturelles peuvent s’appliquer à nos compagnons. On fait le point.

Comme chez les êtres humains, les traitements alternatifs se démocratisent, et font peu à peu leurs preuves. Selon Sylvia Morand, Présidente de l’AMCV (Association de Médecines Complémentaires Vétérinaires), et vétérinaire chez Vet'onaturel (Bois de Haye), "il y a toujours quelque chose à faire au naturel sur n’importe quelle pathologie". Il pourrait donc être intéressant de se pencher davantage sur cette manière dont on peut soigner les maux des animaux au quotidien. Petit tour d’horizon de toutes les techniques et autres remèdes parallèles.

L’ostéopathie pour animaux

Chien, chat, cheval, bon nombre de nos compagnons peuvent souffrir de troubles fonctionnels un jour dans leur vie. L’ostéopathie pour animaux se donne pour enjeu de soulager les douleurs grâce à certains gestes et techniques bien précis, qui impliquent une connaissance parfaite de l’anatomie animale. De plus, un ostéopathe animalier pourra également être à même de déceler les causes des maux en partant de symptômes et d’un diagnostic mené par ses manipulations.

Selon Sylvia Morand, "comme pour une consultation classique, le vétérinaire va faire un examen clinique et récolter les informations auprès du propriétaire. L’examen en médecine manuelle (ostéopathique ou acupuncturale) va lui permettre d’obtenir des informations complémentaires et d’aborder la pathologie éventuellement sous un angle différent."

Et si certains vétérinaires se spécialisent, la Présidente de l’AMCV nous précise que "le vétérinaire reste le principal interlocuteur en matière de santé animale, et ils sont plus nombreux chaque année à exercer des médecines complémentaires, les formations ne désemplissent pas et de nombreuses préparations à base de plantes sont maintenant régulièrement utilisées dans les cabinets vétérinaires. Vous trouvez de plus en plus d’annuaires sur internet regroupant les vétérinaires de votre secteur qui pratiquent ces médecines". Car oui, l’ostéopathie n’est pas le seul domaine « naturel » pour soigner les maux de nos amis les bêtes. Les plantes ont aussi un rôle à jouer !

La phytothérapie pour animaux

Pratique ancestrale par excellence, la phytothérapie s’est peu à peu perdue avec la domestication des animaux, et fait aujourd’hui son grand retour. Du grec « phyto » (plante) et « thérapeïa » (traitement), la phytothérapie vétérinaire consiste très simplement à utiliser les plantes et leurs principes actifs, afin de soigner les animaux naturellement.

Selon la forme sous laquelle elle est conditionnée, chaque plante possède des bienfaits précis, qui permettent d’améliorer l’état de santé global de notre compagnon à quatre pattes, voire de soulager certains maux. L’usage préventif est également très utilisé, et ce, grâce à différentes formes : fraîches, séchées, en poudre, en macérât, en teintures mères, en hydrolats, etc. Et si toutes les formes ne conviennent pas à tous les animaux, il est essentiel de consulter son vétérinaire avant d’entamer toute démarche naturelle.

Pour Sylvia Morand, "il faut également connaître les effets secondaires potentiels des plantes utilisées. Si certaines permettent de soigner sans les effets secondaires du chimique correspondant, ce n’est pas parce qu’on soigne au naturel qu’il y a zéro risque ! Attention aussi justement à l’effet mode et à la multiplication des produits sur le marché qui ne sont pas toujours réellement adaptés !". En bref, soigner les maux naturellement oui, les soigner bien, c’est encore mieux, et il est capital de consulter un spécialiste avant de s’engager dans un quelconque traitement.
Parmi les remèdes naturels les plus typiques pour soigner les maux des animaux, la vétérinaire nous indique que "la bardane, associée à la fumeterre et au plantain peuvent soulager les démangeaisons de la peau. Le chardon marie et le Desmodium servent à détoxifier l’organisme et faire un drainage du foie. La scrofulaire et le saule sont d’excellent anti inflammatoire et décontracturant musculaires utilisées dans l’arthrose."

L’acupuncture pour animaux

Originaire de Chine, l’acupuncture est une médecine douce que tous les humains connaissent, mais qui s’appliquent également aux animaux. Et quand bien même elle n’est pas nouvelle, l’acupuncture animalière est de plus en plus utilisée. Elle permet de rétablir l’équilibre chez l’animal et d’éloigner les douleurs en libérant des endorphines. Le tout, grâce à des aiguilles placées sur des points de tension précis, afin de les dénouer. Sans douleur pour l’animal, cette discipline se base sur un examen, mais aussi sur le diagnostic d’un vétérinaire traditionnel si le praticien-acupuncteur ne l’est pas lui-même. L’acupuncture permet aussi bien de soigner les troubles musculaires que les problèmes de peau, ou encore les soucis de respiration.

Le Shiatsu pour animaux

Également démocratisée à partir de la médecine chinoise, le Shiatsu se base sur un courant d’énergie qui traverserait le corps, aussi bien de l’humain que de l’animal. Ce même courant d’énergie peut être stimulé par des points de pression, que le praticien saura trouver grâce à des « méridiens », autour desquels ils gravitent. Lorsqu’un animal possède une énergie équilibrée, cela est souvent signe de bien-être.
On utilise le Shiatsu animalier principalement en prévention, afin de garantir des défenses naturelles optimales de son petit compagnon. Et pour Sylvia Morand, "pour le traitement aussi, les médecines naturelles peuvent parfois aider là où la médecine classique n’a pas encore trouvé de réponses et inversement. L’usage des médecines complémentaires et notamment très employé en cancérologie, ou sur les pathologies chroniques type MICI, atopie, etc. Avec une mention spéciale également pour le comportement et la prise en charge émotionnelle de l’animal.". Toutefois, la Présidente de l’AMCV de préciser que, de son côté, elle "garde bien sûr le recours à la médecine classique en collaboration avec (s)es confrères quand nécessaire mais il y a tellement de chose que nous pouvons faire au naturel déjà. Pourquoi s’en priver ?" (sic).


Les limites des médecines alternatives

On le comprend donc vite, les remèdes naturels ont un véritable rôle à jouer dans la santé de nos animaux, mais ces derniers ont naturellement des limites qu’il convient de connaître : "On peut parfaitement soulager des maux du quotidien ou des pathologies plus chroniques avec ces médecines mais parfois ça ne suffit pas. En cas de fracture par exemple, on peut utiliser des plantes pour accélérer la consolidation osseuse et l’ostéopathie pour aider l’animal sur sa posture après la prise en charge chirurgicale mais celle-ci sera souvent indispensable ! Et certaines limites sont également les mêmes qu’en médecine classique, vous pouvez soutenir l’organisme mais vous ne pouvez pas guérir une insuffisance cardiaque ou rénale par exemple.", nous indique Sylvia