Syndrome prémenstruel : apaiser les symptômes grâce à l’acupuncuture auriculaire ?

Syndrome prémenstruel
Femme syndrome prémenstruel
Pexels
Par Justine Hubert publié le
Journaliste
427 lectures

Le syndrome prémenstruel concerne un tiers des femmes en âge de procréer. Affectant la vie familiale, sociale et professionnelle, il constitue un réel handicap pour 5 % d’entre elles. Des chercheurs ont peut-être trouvé un remède qui pourrait soulager ces symptômes parfois très graves. Le point sur cette découverte...

Le syndrome prémenstruel survient avant les règles. Il peut commencer quelques heures avant ou jusqu’à dix jours avant celles-ci, et disparaît quelques heures après le début des menstrues. Anxiété, irritabilité, colère, insomnie, difficultés de concentration et fatigue sont les symptômes les plus fréquents. Les femmes peuvent également avoir des ballonnements et prendre du poids. Dans certains cas, cela peut s’aggraver et entraîner des convulsions, des troubles respiratoires et des migraines. 

Pour 5 % des femmes, cela peut devenir un handicap, au point que toute leur vie est chamboulée. Une situation qui peut mener à la dépression, voire même à avoir des pensées suicidaires. 

Si, généralement, pour soulager la douleur, les femmes ont recours à des antalgiques ou des anti-inflammatoires, certaines se tournent vers des alternatives plus naturelles telles que l’activité physique qui permet de réduire les ballonnements, modifient leurs habitudes pour dormir suffisamment, ou évitent des activités sources de stress. La phytoaromathérapie est aussi très souvent utilisée pour apaiser les symptômes. Et une étude brésilienne vient de rélèver les bénéfices d’une autre solution naturelle qui pourrait bien changer le quotidien des femmes : l’auriculothérapie

Stimuler des points de l’oreille externe 

Dérivée de l’acupuncture, l’auriculothérapie consiste en la stimulation de points sur différents endroits de l’oreille externe. Implantation d’aiguilles, application d’aimants ou encore dispositifs d’acupression sont les divers moyens employés pour cette stimulation. Des aiguilles « semi-permanentes » peuvent être posées sur le patient pendant plusieurs heures à plusieurs jours. Et c'est précisément cette méthode qui a fait l'objet d'une étude à l’université fédérale du Paraná à Curitiba, au Brésil. Elle visait à observer l’effet de l’auriculothérapie sur l’intensité des symptômes prémenstruels. Au total, 91 femmes ont été réparties en trois groupes :

  • Auriculothérapie (stimulation de points réels) ;
  • Placebo (stimulation de points fictifs) ;
  • et Témoin (pas de stimulation).

Durant huit semaines, les participantes concernées ont suivi une séance hebdomadaire. Pour le groupe Auriculothérapie, des aiguilles étaient placées sur sept points liés aux symptômes du syndrome prémenstruel (anxiété, endocrinien, relaxation musculaire, analgésie, reins, Shen Men, sympathique).
De leurs côtés, les femmes du groupe Placebo ont reçu des micros aiguilles sur 7 points auriculaires qui n’avaient aucun lien avec les syndromes prémenstruels. Elles ont été placées sur les points liés aux amygdales, cordes vocales, dents, yeux, allergies, à la bouche et au nez externe. Les chercheurs ont évalué les symptômes au début de l’étude, avant la cinquième séance, à la fin du traitement et un mois après. Et les résultats sont très encourageants.

Diminution des symptômes 

Selon les chercheurs, l’auriculothérapie a des effets positifs sur l’intensité des symptômes physiques et de l’humeur du syndrome prémenstruel. Les symptômes comme les douleurs musculo-squelettiques, et l’anxiété ont diminué, dans les groupes Auriculothérapie et Placebo. 

En revanche, l’impact sur la qualité de vie et l’analyse du suivi n’ont été révélateurs que pour le groupe Placebo (où seuls des points aléatoires sur l’oreille ont été stimulés). D’après les scientifiques, cela pourrait notamment s’expliquer par le fait que "les acupoints étaient situés très près les uns des autres, et donc que les stimuli fictifs et réels peuvent être soumis au même traitement de transmission méridienne".

Au vu de ces résultats, les chercheurs estiment que l’auriculothérapie pourrait être utilisée comme une thérapie complémentaire au traitement conventionnel du syndrome prémenstruel. 

 

Source(s):