La grasse matinée, à bannir pour être en bonne santé ?

Grasse matinée
Grasse matinée, à bannir pour être en bonne santé
Pixabay
Par Justine Hubert publié le
Journaliste
549 lectures

Rattraper sa dette de sommeil accumulée en semaine durant le week-end serait une habitude à proscrire. Selon une étude de l’université d’Arizona Health Science aux États-Unis, faire des grasses matinées et avoir des horaires de sommeil irréguliers augmenterait notamment les risques cardio-vasculaires. Explications.

Qui n’a jamais fait une grasse matinée pour rattraper son manque de sommeil ? En effet, cela peut sembler évident de dormir davantage pour combler des nuits trop courtes ! Pourtant, à en croire une récente étude, la grasse matinée n’est pas si réparatrice que cela. Au contraire, cette pratique aurait un impact considérable sur l’horloge interne du corps. Or, si celle-ci est déréglée, les impacts sur la santé peuvent être nombreux. 

Des chercheurs américains de l’université d’Arizona Health Science ont analysé les résultats du sommeil fournis par 984 adultes, âgés de 22 à 60 ans, lors de l’étude Shades (enquête qui visait à mieux comprendre les liens entre sommeil et santé). Pour dresser leurs conclusions, les scientifiques ont ensuite soustrait le seuil moyen du sommeil en semaine et le week-end en se basant sur les réponses des participants au questionnaire sur le rythme veille-sommeil. Ils ont ainsi pu obtenir le décalage horaire social.

Plus le décalage horaire est important, plus les risques pour la santé augmentent

Pour les chercheurs, le décalage horaire, c'est-à-dire la différence entre les habitudes de sommeil des jours de repos et des jours de travail, est devenu un marqueur important de notre capital bien-être. Lorsqu’il change, cela devient dangereux pour la santé. 

L’étude a montré que "chaque heure de décalage horaire social était associée à une augmentation de 11 % de la probabilité de maladie cardiaque." Les auteurs de l’étude ont également observé que le décalage horaire social était associé à une moins bonne santé, une mauvaise humeur et à une hausse de la somnolence et de la fatigue. "Ces résultats indiquent que la régularité du sommeil, au-delà de la seule durée du sommeil, joue un rôle important dans notre santé", a déclaré Sierre B. Forbush, assistante de recherche de premier cycle du programme sur le sommeil et la santé de l'UA College of Medicine - Tucson.

Source(s):