Les plantes anti-jambes lourdes

Jambes lourdes
Plantes anti jambes lourdes
pexels
Par Dorothée Blancheton publié le
Journaliste indépendante
226 lectures

Les jambes lourdes peuvent créer une sensation d’inconfort et des douleurs. Un phénomène amplifié par la chaleur. Diverses plantes permettent de lutter contre les jambes lourdes, zoom sur celles-ci.

La sensation de jambes lourdes se caractérise par une impression de lourdeur, de pesanteur des jambes, notamment au niveau des mollets. C’est le signe d’une mauvaise circulation veineuse, le sang a tendance à stagner, ou d’une insuffisance veineuse. Plusieurs facteurs peuvent favoriser la sensation de jambes lourdes, comme la chaleur, la station debout prolongée, la fatigue en fin de journée, la grossesse, le surpoids… Plusieurs remèdes à base de plantes permettent de limiter les désagréments.

Le petit houx (ou fragon) 

Le petit houx, également nommé fragon, est un arbrisseau connu pour augmenter le tonus veineux et réduire la sensation de jambes lourdes. Françoise Couic-Marinier, docteur en pharmacie, spécialiste en aromathérapie et phytothérapie le recommande particulièrement quand les jambes sont gonflées. Le petit houx peut être consommé, par exemple, sous forme de tisane ou en gélules. Il est déconseillé aux enfants, aux femmes enceintes et personnes allergiques à ce végétal.

Le marron d’Inde

Le marron d’Inde est le fruit du marronnier. Il a pour propriété de resserrer les tissus, de renforcer les parois des veines et présente donc un intérêt pour traiter l’insuffisance veineuse. Il a par ailleurs une action anti-douleur et aide à réduire le gonflement des jambes. On peut profiter de ses vertus en le prenant sous forme de gélules par exemple, en respectant la posologie indiquée par le fabricant. 

Sa consommation est déconseillée aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes, d’inflammation de la peau, de varices, d’ulcère de la jambe, d’insuffisance cardiaque ou rénale, de phlébite…

L’hamamélis

L’hamamélis est indiquée pour améliorer la circulation et le retour veineux. Cette plante possède en effet des propriétés astringentes lui permettant de resserrer les tissus et vasoconstrictrices pour renforcer les veines. L’hamamélis peut être prise en gélules, en tisane, en ampoules… En hydrolat, en le pulvérisant sur les jambes. L’hamamélis est également proposée en homéopathie sous le nom d’hamamélis composé, sa formule est alors associée à d’autres plantes (échinacée, noisetier commun, marronnier d’Inde…).

L’hamamélis en tisane est contre-indiquée aux femmes enceintes, allaitantes, aux personnes sous traitement anticoagulant ou avant une opération.

La vigne rouge

La vigne rouge est intéressante pour combattre les symptômes de l’insuffisance veineuse. Comme pour les autres plantes citées, la vigne rouge peut se consommer en ampoules d’extraits fluides, en gélules, en comprimés… Mais pour une meilleure efficacité, c’est vers la gemmothérapie que la pharmacienne conseille de se tourner. « Ce sont des bourgeons frais de ces plantes qui sont les plus efficaces au niveau des traitements par les plantes. On peut trouver des bourgeons de vigne rouge seuls ou dans des mélanges de bourgeons ayant pour objectif d’améliorer la circulation sanguine », souligne Françoise Couic-Marinier.

Là aussi, l’usage de la vigne rouge est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes présentant des troubles hépatiques.

L’huile essentielle de lentisque pistachier

En aromathérapie, lorsque les jambes gonflent beaucoup, on va s’orienter vers l’huile essentielle de Lentisque pistachier. « C’est un anti-hémateux très efficace. On peut par exemple mélanger 60 gouttes d’HE de Lentisque pistachier dans 50 ml d’huile végétale de calophylle inophylle qui vient de Polynésie. Elle ne sent pas très bon, mais elle est très circulatoire », confie la spécialiste en aromathérapie. On pulvérise cette solution sur les jambes.

Cette huile essentielle est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans.

La menthe poivrée

La menthe poivrée favorise elle aussi la circulation sanguine. On peut verser 45 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée en plus des 60 gouttes d’HE de Lentisque pistachier dans 50 ml d’huile végétale. « La menthe poivrée donne un effet froid et de jambes légères grâce à son action vasoconstrictrice », glisse Françoise Couic-Marinier. On trouve aussi de l’hydrolat de menthe poivrée à pulvériser sur les jambes ou les bas de contention plusieurs fois par jours quand il fait très chaud.

La menthe poivrée est à éviter chez les femmes enceintes, allaitantes, les moins de 6 ans…

L’eucalyptus citronné

Les jambes lourdes entraînent souvent des douleurs. Pour les femmes enceintes et les personnes sensibles à la menthe poivrée, l’eucalyptus citronné constitue une alternative intéressante. « On peut verser 60 gouttes d’eucalyptus citronné, qui agit comme un anti-inflammatoire, dans 50 ml d’huile végétale de canophylle inophylle ou d’huile végétale de noyau d’abricot pour une meilleure glisse », conseille la spécialiste. 

Les bons gestes en parallèle

Côté alimentation, plus on consomme d’ail, d’oignons, d’échalotes plus on améliore la circulation sanguine. On les invite donc dans son assiette ! En revanche, on limite la nourriture grasse ou sucrée. En parallèle, on réalise en fin de douche des jets d’eau froide sur les jambes au moins jusqu’aux genoux. On surélève les pieds du lit de la hauteur d’une brique pour favoriser le retour veineux. En position assise, on surélève également les jambes. On évite les coups de soleil qui dilatent les vaisseaux sanguins et favorisent les jambes lourdes. On adopte de bonnes chaussures et on marche dès que possible pour améliorer la circulation sanguine.


Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :