Découvrez les bienfaits insoupçonnés de la marche afghane

Découvrez les bienfaits insoupçonnés de la marche afghane
Découvrez les bienfaits insoupçonnés de la marche afghane
Par Juliette Labracherie publié le
3968 lectures

À la fois énergisante et relaxante, la marche afghane permet de parcourir de longues distances sans se fatiguer. Fondée sur la synchronisation des pas sur la respiration, elle entretient le physique et apaise le mental.

À l’origine pratiquée par les tribus nomades comme les chameliers d’Afghanistan, la marche afghane a été théorisée dans les années 1980. Cette technique consiste à synchroniser nos pas sur notre respiration, et non l’inverse. Nul besoin d’être sportif, la marche afghane apaise, redonne de l’énergie et entretient la santé.

Une marche qui nous plonge dans un état de bien-être

Connue pour ses vertus régénératrices, la marche afghane agit sur le métabolisme et permet d’avancer plus vite en fournissant moins d’efforts. Cette méthode utilisée pour parcourir de longues distances donne une autre vision de la marche à pied et du pouvoir de la respiration.

Sur une technique de suroxygénation naturelle et portée par le rythme, elle plonge le marcheur dans une sensation de bien-être intense. En nous obligeant à compter nos pas et à les caler sur notre respiration, elle permet aussi de vivre l’instant présent et d’apaiser le mental.

La marche afghane se révèle alors très bénéfique pour la santé. Elle augmente la capacité respiratoire, ralentit le rythme cardiaque et plonge le marcheur dans une relaxation profonde du corps et de l’esprit.

Comment faire ?

La plus connue des marches afghanes se décline sur 8 temps. Il faut inspirer sur trois pas, retenir sa respiration sur un pas, expirer sur trois pas, puis retenir à nouveau l’air sur un pas, et ainsi de suite. Une fois cette technique maîtrisée et après quelques semaines de pratique, on peut augmenter le niveau de difficulté en rallongeant le temps d’inspiration et d’expiration sur quatre pas au lieu de trois, et en retenant l’air sur deux pas au lieu d’un.

Lors de cette marche, il faut ainsi compter autant pour l’inspiration que pour la respiration. Plus le chemin est pentu, plus il convient d’adopter petit à petit un rythme court : si on marche à 4-4, il faut passer à 3-3, puis à 2-2.

Nos conseils

  • La marche afghane se pratique sur tout terrain, mais un environnement naturel comme la forêt ou la montagne est plus propice qu’un milieu urbain.
  • Avant de bien réussir à synchroniser ses pas, une marche d'entraînement de 10 à 15 minutes peut s’avérer nécessaire.  
  • Même si la fatigue est moins ressentie, il est important de boire régulièrement pendant l’exercice.  
Commentaires