Bonbons, crèmes et yaourts allégés : des traces animales là où on ne s’y attend pas ! (Vidéo)

Bonbons, crèmes et yaourts allégés : des traces animales là où on ne s’y attend pas ! (Vidéo)
Gélatine de porc dans les bonbons et les yaourts (Vidéo)
Par Cécilia Ouibrahim publié le
1105 lectures

Peau de porc, os et tendons broyés… certaines friandises ne contiennent pas toujours ce que l’on imagine. Les bonbons, gâteaux à la crème et yaourts allégés doivent leur texture élastique à la gélatine, une substance très souvent d’origine animale.

“Oursons, crocodiles, fraises Tagada mais aussi des yaourts allégés... ils doivent leur texture à la gélatine”. Les premières secondes de la vidéo publiée par Brut alertent les consommateurs sur la présence de gélatine dans les gourmandises dont ils raffolent au quotidien. Son action gélifiante apporte de la consistance aux bonbons, à la crème et aux desserts lactés. Mais pas toujours mentionnée dans la composition et cachée dans de nombreuses recettes, la gélatine se glisse régulièrement dans nos assiettes. 

Une substance obtenue à partir de peau, os et tendons broyés

Les usines agroalimentaires transforment des millions de tonnes de peau et carcasses d’animaux chaque année. La gélatine est ainsi fabriquée à partir de tissus de différents animaux : boeuf, poisson mais dans 80 % des cas, elle est issue du porc. Pour obtenir cette matière, la peau, les os et les tendons des animaux sont broyés puis chauffés dans de l’acide chlorhydrique. Résultat : une substance translucide sans odeur ni goût.
Pour fabriquer cette gélatine, un fournisseur de la marque Haribo en Allemagne avait d’ailleurs été accusé d’élever des porcs au milieu de leurs excréments, aux côtés de porcs malades et sans eau potable.
Il est cependant possible d’obtenir une substance aux mêmes propriétés mais sans gélatine animale : grâce à l’amidon de pois ou de maïs ou encore à partir des algues agar-agar. 
 

Commentaires