Trop de sucre dans les plats industriels pour bébé alerte l'OMS !

Les plats industriels destinés aux bébés sont trop sucrés alerte l’OMS
Les plats industriels destinés aux bébés sont trop sucrés alerte l’OMS
Par La rédaction publié le
1152 lectures

Le sucre s’invite partout, au détriment de notre santé, et celle des tout-petits. Dans son dernier avis, présenté ce lundi 15 juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pointe du doigt la teneur trop élevée en sucre des plats destinés aux moins de trois ans.

Attention à la nourriture industrielle pour bébé ! Telle est l’alerte donnée par l’OMS dans son dernier avis, paru ce 15 juillet. Pour l’institution, la teneur en sucre de ces aliments dépasse bien souvent les recommandations actuelles. Pour dresser ce constat alarmant sur l’alimentation infantile, les experts ont passé au crible 8.000 produits dans plus de 500 magasins dans différents pays (Autriche, Bulgarie, Israël et Hongrie) de novembre 2017 à janvier 2018.

"Dans environ la moitié des produits examinés (...), plus de 30 % des calories provenaient des sucres totaux et environ un tiers des produits contenaient du sucre ajouté ou d'autres édulcorants", précise la branche européenne de l'Organisation mondiale de la Santé. Près d’un tiers des produits contenaient du sucre, du jus de fruits concentrés ou d'autres édulcorants dans leur composition. Or, les fabricants ne devraient pas incorporer ces ingrédients dans les plats pour bébé.

Mauvais pour le poids et les dents

Obésité, surpoids… ces quantités non négligeables de glucose ont des conséquences sur la santé des enfants. Cette substance est aussi responsable de la maladie du foie gras ou NASH, considérée comme étant le fléau du siècle par certains spécialistes. Et jeudi dernier, des chercheurs de l’Inserm ont averti sur le risque de cancer global dû à la consommation de jus de fruits 100 % pur jus et de boissons sucrées.

La santé dentaire est également fragilisée par cette consommation. Davantage de caries donc pour les jeunes consommateurs de produits industriels, d'autant plus que les parents proposent à leurs enfants des biberons avec des jus ou sodas avant d’aller au lit notamment. Une mauvaise habitude responsable du syndrome du biberon (apparition de caries dès la poussée des dents de lait).

Sucre un jour, sucre toujours ?

Si cette consommation excessive de sucre dès le plus jeune âge inquiète les spécialistes, c'est aussi parce que le saccharose est addictif. Ainsi, une exposition précoce peut créer une préférence pour des aliments sucrés plus tard.

Sans oublier le risque de carences. Plus la consommation des boissons sucrées, y compris des jus de fruits est importante, plus les parents délaissent les aliments plus riches en nutriments précise l'OMS. Tous les besoins nutritionnels des enfants ne sont donc pas couverts.

"Une bonne nutrition durant la période néonatale et la petite enfance reste essentielle afin d'assurer une croissance et un développement optimaux de l'enfant, et de meilleurs résultats sanitaires plus tard dans la vie", souligne la directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, Zsuzsanna Jakab, citée dans un communiqué.

Un étiquetage trompeur dans la majorité des cas

En dépit des recommandations sanitaires, de nombreux aliments considérés comme inappropriés pour les tout-petits sont pourtant commercialisés au rayon bébé, déplore l’OMS. Pour exemple, si 28 à 60 % des aliments étaient étiquetés comme convenant aux nourrissons de moins de six mois, "l'OMS recommande que les nourrissons soient exclusivement nourris au lait maternel pendant les six premiers mois de leur vie et, par conséquent, aucun aliment ne devrait être commercialisé comme convenant aux enfants de moins de six mois", souligne le rapport. L'organisation, qui voudrait aussi mettre fin à la promotion des substituts du lait maternel, rappelle alors ses recommandations.

Toutefois, toutes les jeunes mamans ne peuvent (ou ne souhaitent) pas allaiter exclusivement leur bébé durant une si longue période. Le premier réflexe est donc de faire la chasse au sucre ajouté dans les denrées pour bébés.

Pour l’OMS, l'alimentation des enfants entre six mois et deux ans devrait se baser sur des aliments riches en nutriments, préparés à la maison, sans édulcorants ou autres produits ajoutés. 

Enfin, elle souhaite que les étiquetages des boissons sucrées, notamment ceux des jus de fruits et du lait concentré, et ceux des confiseries, portent une mention précisant qu’ils sont déconseillés aux moins de trois ans.

Cet appel sera-t-il entendu par les industriels ? En attendant, c’est aux parents de bien décrypter les étiquettes et de faire la chasse au sucre caché ou non. 

 

Source(s):
  • AFP/Relaxnews
Commentaires