Maladie de Lyme : ces 7 plantes seraient plus efficaces que les antibiotiques

renouée du japon
Maladie de Lyme : ces 7 plantes seraient plus efficaces que les antibiotiques
© Pixabay
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
18049 lectures

Des chercheurs américains confirment dans une nouvelle étude publiée dans la revue Frontiers in Medicine, l’efficacité de certains traitements botaniques pour lutter contre la maladie de Lyme. Leurs résultats en détail.

Transmise par piqûre de tique, la maladie de Lyme ne cesse de progresser aux États-Unis et en Europe. Si le traitement antibiotique généralement prescrit est efficace pour la majorité des patients, 10 à 20 % des malades souffrent de symptômes persistants. Plusieurs recherches ont déjà étudié l’efficacité d'extraits de plantes pour traiter ces patients, mais la littérature n’est pas parvenue à établir "si l'effet des produits issus des plantes est dû à leur activité antimicrobienne directe ou à leur effet sur le système immunitaire de l'hôte", indiquent une équipe de scientifiques américains. Ces derniers ont voulu en savoir plus. Ils ont étudié in vitro les effets antimicrobiens de 12 médicaments botaniques couramment utilisés et de trois autres agents antimicrobiens naturels sur la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme.

7 extraits de plantes jugés efficaces

Les experts ont constaté que plusieurs éléments étaient très actifs in vitro. En effet, 7 extraits de produits naturels à 1 % ont montré une bonne activité contre la culture stationnaire de B. burgdorferi par rapport aux antibiotiques témoins doxycycline et céfuroxime. C’est le cas des extraits de racine de Cryptolepsis sanguinolenta, du Noyer noir, de la Renouée du Japon, de la Liane du Pérou, de l'armoise annuelle, du ciste de Crète et de la Scutellaire du Baïkal.

En revanche, d’autres plantes et éléments n’ont montré aucune efficacité comme la Stevia, la chirette verte, l'extrait de pépins de pamplemousse, l'argent colloïdal, la monolaurine et le peptide antimicrobien LL37.

104 cas pour 100 000 habitants en France

Les symptômes persistants de la maladie de Lyme affectent considérablement la qualité de vie. C'est pourquoi, certains médecins décident de traiter leurs patients avec des traitements prolongés d'antibiotiques. Mais cette approche est controversée. Pour les auteurs de l’étude, l’antibiothérapie ne parvenant pas à résoudre tous les symptômes de certains malades, il est nécessaire de développer de nouvelles pistes pour le traitement. "De futures études sont nécessaires pour évaluer plus précisément les sept médicaments botaniques actifs identifiés dans la présente étude comme ayant une meilleure activité que la doxycycline et le céfuroxime contre la phase stationnaire de B. burgdorferi ", soulignent les scientifiques. 

Aux États-Unis, environ 300 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. En 2018, selon Santé Publique France et le réseau Sentinelles, on dénombrait 104 cas pour 100 000 habitants. Un chiffre en constante augmentation. Le changement climatique et la perturbation de la densité des prédateurs dans les zones suburbaines sont notamment en cause.

Source(s):
Commentaires