Microplastiques : ils pénètrent aussi dans nos poumons !

microplastiques poumons
microplastiques poumons
Stocklib
Par Justine Hubert publié le
Journaliste
458 lectures

Pour la première fois, des chercheurs britanniques ont retrouvé des microplastiques dans les poumons humains de personnes vivantes. Leurs résultats ont été publiés le 29 mars 2022 dans la revue Environment International.

Le 24 mars dernier, une étude publiée dans la revue Environment International signalait que des microplastiques avaient été retrouvés pour la première fois dans du sang humain. Quelques jours plus tard, une autre découverte tout aussi inquiétante était dévoilée par des chercheurs britanniques de l’université de Hull-York. Ces derniers ont détecté la présence de microplastiques dans des poumons humains.

L’omniprésence des microplastiques 

Au quotidien, nous sommes envahis de microplastiques : ils sont dans les emballages alimentaires, les bouteilles, les différents accessoires ou objets, et on peut aussi les retrouver dans nos vêtements. Des particules qui semblent pénétrer sans problème dans notre organisme. Déjà en 1998, des fragments de plastique avaient été détectés dans des tissus de patients atteints de cancer du poumon. Puis, en 2021, des particules ont été retrouvées dans des échantillons de poumons humains prélevés sur des cadavres. Mais c’est bien la première fois que l’on trouve des microplastiques dans les poumons de personnes vivantes.

Un constat préoccupant 

Pour dresser leur constat, les chercheurs ont analysé 13 fragments de tissus pulmonaires récupérés chez 11 patients ayant subi une chirurgie thoracique. À la suite de ces analyses, les scientifiques ont retrouvé pas moins de 39 microplastiques dans 11 des 13 prélèvements de fragments pulmonaires. Au total, 11 microplastiques ont été retrouvés dans la partie supérieure du poumon, 7 microplastiques dans la partie médiane et 21 dans la partie inférieure. Parmi les microparticules, on trouve 12 types de polymères, mais les plus fréquents sont le polypropylène utilisé dans les emballages plastiques, les tuyaux et le polyéthylène téréphtalate utilisé dans les bouteilles en plastique. "Nous ne nous attendions pas à trouver le plus grand nombre de particules dans les régions inférieures des poumons ni des particules de la taille de celles que nous avons trouvées ", a déclaré Laura Sadofsky à The Guardian, quotidien britannique.

L’un des principaux auteurs de l’étude a ajouté "C’est surprenant, car les voies respiratoires sont plus petites dans les parties inférieures des poumons et nous nous serions attendus à ce que les particules de ces tailles soient filtrées ou piégées avant d’atteindre cette profondeur." Pour Laura Sadofsky, "ces données constituent une avancée importante dans le domaine de la pollution atmosphérique, des microplastiques et de la santé humaine".

Un risque pour les cellules humaines 

L’observation montre que les voies d’exposition aux microplastiques se feraient par les voies d’inhalation. Mais l’impact est encore méconnu sur la santé respiratoire. Cependant, d’après les analyses des chercheurs, les microplastiques endommageraient les cellules humaines. Pour les scientifiques, cette étude va permettre d’orienter les futures recherches sur la cytotoxicité (capacité d’une substance ou d’une cellule spécialisée à détruire les cellules de l’organisme). Les conclusions de cette étude sortiront cet été.

Source(s):