Alzheimer, cancer, AVC, diabète… : manger pour « affamer » la maladie

aliments contre cancer et maladies de civilisation
Les aliments contre cancer et maladies de civilisation
© Pexels
Par Charlotte Vierne publié le
Journaliste indépendante
2165 lectures

Et si nous pouvions faire de nos aliments de véritables médicaments ? Voilà tout le défi que s’est lancé le professeur William Li. Ce médecin américain de renommée mondiale et auteur du Best-seller « Bien manger pour guérir » à mis au point un programme alimentaire simple permettant de prévenir et de contenir le développement de cancers et d’autres maladies non transmissibles.

Grâce au progrès de la recherche scientifique, nous avons aujourd’hui l’opportunité de prendre notre vie en main et de potentialiser notre santé grâce à l’alimentation. C’est en tout cas l’avis du professeur américain de renommée mondiale William Li, auteur du livre à succès, « Bien manger pour guérir »  et président de l’Angiogenesis Foundation. Dans son Ted talk aux millions de vues, « Comment manger pour affamer le cancer ?» 1, William Li raconte sa quête d’"améliorer la santé mondiale en se concentrant sur le dénominateur commun de nombreuses maladies : l’angiogenèse", soit le processus de formation de nouveau vaisseau sanguin impliqué, notamment, dans la formation des tumeurs malignes.

Plus de 70 maladies corrélées à notre alimentation

Car, chez l’homme, une angiogenèse anormale est non seulement impliquée dans le développement de cancers mais également dans "plus de 70 maladies différentes dont les plus meurtrières du monde : cardiopathies, AVC, diabète, Alzheimer, obésité, etc.", indique le Professeur Li. Partant de cet état de fait, William Li a, dès les années 1990, comme une illumination : et si le contrôle du développement des vaisseaux sanguins constituait une méthode unique d’approche de ces maladies meurtrières ? Et dans nos sociétés de consommation où l’on assiste, ces dernières années, à une explosion des maladies non-contagieuses (dites de civilisation), William Li a décidé de se concentrer sur leur prévention. Pour ce faire, l’alimentation constitue, selon lui, l’un des principaux leviers d’action. Pour mesurer ses effets sur la santé, interrogeons-nous d’abord sur ce que signifie la bonne santé.

Booster nos systèmes de défense

"Notre santé, explique le docteur Li, est un état actif, protégé par une série de défenses remarquables." Et ces dernières, au nombre de cinq - l’angiogenèse, la régénération, le microbiome, la protection de l’ADN et l’immunité-, sont toutes influencées par notre alimentation : "savoir quoi manger, c’est donc les renforcer !", conclut encore William Li. Pour comprendre comment les potentialiser, examinons successivement nos cinq systèmes de défense :

  1. L’angiogenèse : elle constitue, nous l’avons vu, le processus de formation des vaisseaux sanguins, lesquels sillonnent notre corps "pour apporter oxygène et nutriments à l’ensemble de nos cellules et nos organes". Le soja, le thé vert, la tomate, le brocoli et de manière générale les légumes crucifères appartenant à la famille des Brassica (brocoli-rave, le chou chinois, le chou-fleur et le chou romanesco), les fruits à noyau (pèche, prune, nectarine, abricot, cerise, mangue), les pommes et les baies saisonnières (fraises, framboises, mûres, myrtilles, cranberries), les produits de la mer (maquereau, saumon, sardines, poutargue, encre de sèche, palourde, thon rouge et coques), le poulet (parmi les viandes les plus saine et, chose à savoir, choisissez plutôt la cuisse car la viande brune, proche des os, offre des bénéfices uniques), le café, le fromage, le vin et la bière (avec modération), les fromages à pâte dure et l’huile d’olive, les légumineuses et les noix ont tous une action favorable sur l’angiogenèse.
     
  2. La régénération : plus de 750 000 cellules souches entretiennent et réparent notre corps. Et le chocolat noir (choisissez avec un minimum de 80 % de cacao), le blé et le riz complets, les haricots verts, le curcuma, le thé noir notamment permettent de les mobiliser.
     
  3. Le microbiome : dans notre corps, près de 40 milliards de bactéries dont la plupart ont une action bénéfique entretiennent notre corps en produisant des métaboliques bénéfiques à partir des aliments que nous consommons : le kimchi2, la choucroute3, le fromage (en particulier le cheddar, le parmiggiano regiano ou le camembert), les aliments complets et riches en fibres4, le kiwi5ou encore le pain au levain6 favorisent ce processus.
     
  4. La protection de l’ADN : système de défense, notre ADN dispose d’un système de réparation par le stress, la fatigue et les pollutions de toute nature. Et certains aliments aident l’ADN à se réparer : parmi eux, le brocoli7 et les aliments riches en lycopènes8, un pigment naturel appartenant à la famille des caroténoïdes (tomates, pastèque, goyave, pamplemousse rose), les huîtres9.
     
  5. L’immunité : notre système immunitaire permet de protéger notre organisme et peut être manipulé dans le but d’attaquer et d’éradiquer les maladies : "des aliments comme les mûres, les noix et les grenades activent le système immunitaire, tandis que d’autres permettent de fluidifier ses activités et d’apaiser les symptômes des maladies auto-immunes." Parmi eux, les aliments riches en vitamine C (orange, fraise, brocoli, tomates cerises crues), le thé vert.

Le programme 5x5x5 : alimenter notre santé pour affamer la maladie 

Plus concrètement, pour prévenir le cancer et les maladies de civilisation, William Li a mis au point un programme baptisé 5x5x5 et grâce auquel il nous est possible d’intégrer très facilement les aliments entretenant notre santé. Il s’agit d’un régime alimentaire faisant la part belle aux fruits et légumes de saison (bio de préférence), intégrant une consommation modérée de protéines. Il prévoit évidemment d’exclure les aliments nocifs pour notre santé : en l’occurrence, l’ensemble des produits transformés (préférez les aliments bruts et n’achetez pas de plats préparés), les sucres raffinés (sucre blanc ; mais aussi céréales blanches), graisses saturées (huile de palme, graisses animales transformées telles que la charcuteries et les saucisses, viennoiseries). Il convient également de ne jamais manger trop : arrêter avant de ressentir la sensation de satiété et pratiquer le jeûne intermittent (sauter un repas de temps en temps).

Ensuite, le programme est simple comme bonjour : William Li a mis au point une liste de 200 aliments bénéfiques (voir encadré ci-dessous) pour au moins l’une des défenses de l’organisme suscitées. L’idée est donc de se reporter à cette liste et de choisir, chaque jour 5 aliments en vous assurant que chacun d’entre eux renforce au moins l’un des systèmes de défense. Vous pouvez les consommer en même temps ou répartis autour des trois repas et deux collations (une dans la matinée, la seconde dans l’après-midi). A vous de jouer : mangez pour affamer la maladie !


La liste des 200 alicaments de William Li

FRUITS : Abricot, Margose (melon amer), Acérola, Mûre, Aronia, Mûre (séchée), Baie de goji, Myrtille, Camu-camu, Myrtille (séchée), Cerise, Nectarine, Cerise (séchée), Orange, Cranberry, Pamplemousse, Cranberry (séchée), Pamplemousse rose, Fraise, Papaye, Framboise, Pastèque, Framboise noire, Pêche, Framboise noire (séchée), Pomme (granny smith), Goyave Pomme (red delicious), Grenade Pomme (reinette), Kaki, Prune, Kiwi, Prune noire, Lychee, Raisin, Mangue, Raisin sultana.

LÉGUMES : Ail vieilli, Frisée, Asperge, Haricot vert, Aubergine, Kimchi, Bette, Laitue rouge, Brocoli, Navet, Brocoli-rave, Oignon, Câpre, Pao cai, Carotte, Piment, Céleri, Pomme de terre violette, Céleri chinois, Pousse de bambou, Chicorée, Pousse de brocoli, Chou Puntarelle (chicorée de Catalogne), Chou cavalier, Radicchio, Chou chinois, Radicchio de Trévise, Chou kale, Roquette, Chou romanesco, Rutabaga, Choucroute, Scarole, Chou-fleur, Tomate, Cresson, Tomate cerise, Crosse de fougère, Tomate noire, Endive, Tomate san marzano, Épinard, Tomate tangerine, Feuille de moutarde, Wasabi, Fleur de courgette.

LÉGUMINEUSES / CHAMPIGNONS : Cèpe de Bordeaux (champignon), Morille, Champignon de Paris (champignon), Morille (séchée), Chanterelle (champignon), Pleurote en forme d’huître (champignon), Collybie à pied velouté (champignon), Pois, Haricot blanc, Pois chiches, Haricot noir, Polypore en touffe (champignon), Hydre hérisson (champignon), Soja Lentilles, Truffe (champignon).

NOIX, GRAINES, CÉRÉALES COMPLÈTES, PAIN : Amande, Noix, Beurre d’amande, Noix de cajou, Beurre de cacahuète, Noix de macadamia, Beurre de noix de cajou, Noix de pécan, Cacahuète, Noix du Brésil, Céréales complètes, Orge, Châtaigne, Pain au levain, Graine de courge, Pignon de pin, Graine de lin, Pistache, Graine de sésame, Pumpernickel, Graine de tournesol, Son de riz, Noisette, Tahin.

PRODUITS DE LA MER : Anchois, Omble chevalier, Bar, Palourde, Caviar (esturgeon), Perche noire, Concombre de mer, Pompano, Coque, Poutargue, Couteau, Rouget, barbet, Dorade, Saint-Pierre, Encre de seiche, Sardine, Espadon, Sauce d’huître, Flétan, Saumon, Huître, Sébaste, Langouste, Tassergal, Maquereau, Thon, Merlu, Thon obèse, Mulet cabot, Thon rouge, Œuf de poisson (saumon), Truite arc-en-ciel.

VIANDE : Poulet (viande brune, cuisse, aile)

PRODUITS LAITIERS : Camembert, Jarlsberg, Cheddar, Munster, Edam, Parmiggiano-reggiano, Emmenthal, Stilton, Gouda, Yaourt.

ÉPICES/HERBES : Basilic, Origan, Cannelle, Racine de réglisse, Curcuma, Romarin, Ginseng, Safran, Marjolaine, Sauge, Menthe poivrée, Thym.

HUILE : Olive (extra-vierge, choisir les variétés, de préférence, mono-variétales et si possible koroneiki (Grèce), moraiolo (Italie) ou picual (Espagne), particulièrement concentrées en polyphénols, des molécules antioxydantes).

SUCRERIES : Chocolat noir (80 % minimum)

BOISSONS : Bière, Jus de raisin, Café, Thé au jasmin, Infusion de camomille, Thé noir, Jus d’orange, Thé oolong, Jus de baies mixées, Thé vert, Jus de cranberry, Thé vert sencha, Jus de grenade, Vin rouge (cabernet, cabernet franc, petit verdot avec modération).

 

Pour en savoir plus : Li, William. Bien manger pour guérir ! Hugo Publishing.

Source(s):
  • 1 William Li: Can we eat to starve cancer? | TED Talk
  • 2 E. J. Park et al., “Bacterial Community Analysis during Fermentation of Ten Representative Kinds of Kimchi with Barcoded Pyrosequencing”, Food Microbiology 30, no. 1 (2012) : 197–204.
  • 3 C. Raak, T. Ostermann, K. Boehm, and F. Molsberger, “Regular Consumption of Sauerkraut and Its Effect on Human Health : A Bibliometric Analysis”, Global Advances in Health and Medicine 3, no. 6 (2014) : 12–18.
  • 4 C. Menni et al., “Gut Microbiome Diversity and High Fibre Intake Are Related to Lower Long-Term Weight Gain”, International Journal of Obesity 41, no. 7 (2017) : 1099–1105.
  • 5 Y. K. Lee et al., “Kiwifruit (Actinidia deliciosa) Changes Intestinal Microbial Profile”, Microbial Ecology in Health and Disease 23 (2012).
  • 6 Q. Mu, V. J. Tavella, and X. M. Luo, “Role of Lactobacillus reuteri in Human Health and Diseases”, Frontiers in Microbiology 9, no. 757 (2018)
  • 7 Z. Li et al., “Profiling of Phenolic Compounds and Antioxidant Activity of 12 Cruciferous Vegetables”, Molecules 23, no. 5 (2018).
  • 8 A. Gajowik and M. M. Dobrzyńska, “The Evaluation of Protective Effect of Lycopene against Genotoxic Influence of X-Irradiation in Human Blood Lymphocytes”, Radiation and Environmental Biophysics 56, no. 4 (2017) : 413–422.
  • 9 S. A. Messina and R. Dawson Jr., “Attenuation of Oxidative Damage to DNA by Taurine and Taurine Analogs”, Advances in Experimental Medicine and Biology 483 (2000) : 355–367