Infographie : quel est le bilan d’Élisabeth Borne en matière d’écologie ?

Elisabeth Borne
Elisabeth Borne
Erika Bastianini
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
Rédactrice en chef
550 lectures

Élisabeth Borne, qui vient d'être nommée Première ministre par Emmanuel Macron, a été en charge de la Transition écologique et solidaire de 2019 à 2020, après avoir passé deux ans en tant que ministre des Transports. Mais quel est son bilan sur le plan environnemental ? Le point en infographie.

Après Édith Cresson, première femme a avoir occupé la fonction de Première ministre entre 1991 et 1992 sous le mandat de François Mitterrand, Emmanuel Macron, qui a avait indiqué il y a quelque semaines vouloir nommer une personne attachée au "social" et à "l’environnement" à ce poste, vient de désigner Élisabeth Borne.
Durant le précédent mandat du chef de l’État, fraîchement réélu, elle a notamment eu en charge le ministère de la Transition écologique et solidaire. Pour rappel, de 2017 à 2019, elle a été ministre chargée des Transports, sous le gouvernement d’Édouard Philippe. Elle est nommée par la suite ministre de la Transition écologique et solidaire, après la démission de François de Rugy. Poste qu’elle a tenu un an. Depuis le 6 juillet 2020, elle était ministre du Travail. Mais quelles réformes a-t-elle su porter sur le plan écologique ? Sera-t-elle en mesure de mettre en œuvre la planification écologique tant attendue ?
Si certains jugent qu’elle n’a fait qu’acter les réformes engagées par ses prédécesseurs, Élisabeth Borne "a été courageuse sur certains sujets" liés à l'environnement lorsqu'elle était ministre chargée de cette thématique, a jugé Cécile Duflot, directrice générale d'Oxfam France, ce mardi 17 mai, au micro de franceinfo. Toutefois, l’ancienne ministre et ancienne secrétaire générale d'Europe Écologie - Les Verts (EELV) déclare que la nouvelle Première ministre "a été désavouée" sur quelques points et qu'elle "s'inscrit dans une continuité du bilan d'Emmanuel Macron", qui est "très mince", rappelant que l'État français "a été condamné deux fois pour inaction climatique".

Les actions et polémiques ayant marqué ses passages aux ministères de la Transition écologique et des Transports

 

 

Photo : Erika Bastianini