Les bienfaits de l’armoise annuelle

armoise annuelle artemesia annua
Armoise annuelle : tout savoir sur l'artemesia annua
© Unsplash
Par Claire Villard publié le
Journaliste indépendante
790 lectures

L’armoise annuelle, ou artemisia annua, est utilisée depuis des siècles dans la médecine chinoise. Elle a également été sous le feu des projecteurs durant la crise sanitaire. Le point sur ses vertus, prétendues ou avérées, et ses usages.

Cette plante herbacée est originaire des hauts plateaux de Chine, et a progressivement été introduite en Amérique, en Afrique et en Europe, où on la rencontre fréquemment, notamment en zones urbaines, ou le long des routes sous forme de petits buissons. On peut aisément la confondre avec sa cousine, l’armoise commune. Pour les différencier, il suffit de respirer leur parfum : les feuilles de l’armoise annuelle produisent une odeur forte, tandis que l’armoise commune n’en dégage pas.

Traditionnellement utilisée contre les fortes fièvres

L’artemisia est prisée pour sa teneur en artemisinine, la substance active qui en a fait une plante de choix pour lutter contre le paludisme. L’association La Maison de l’artemisia finance aujourd’hui des études cliniques pour la mise en place de traitements thérapeutiques à destination des populations africaines. En réalité, elle est depuis bien longtemps utilisée en Chine pour soigner les fortes fièvres. Cependant, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a récemment alerté contre l’"absence de données d’efficacité solides".*

Une plante anti-Covid ?

En raison des prétendues propriétés antivirales de l'artemisia annua, celle-ci s’est retrouvée sur le devant de la scène en pleine pandémie de Covid. Là encore, "aucune donnée chiffrée sur l’ampleur de l’effet antiviral n’a été partagée"*, souligne l’Inserm. Certains produits à base d’artemisinine ont été commercialisés, mais rapidement, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a mis en garde "contre les produits présentés sur Internet comme des solutions au COVID-19, dont l’Artemisia annua". La première chose à retenir à propos de cette plante serait donc que son usage thérapeutique fait débat, et qu'il convient d’être prudent face aux promesses de « remède miracle » de certains laboratoires.

Bien-être au quotidien

Pour autant, l’armoise possède bien des propriétés reconnues et peut être utilisée en tisane pour apaiser certains maux comme les migraines. Stimulante, elle aide les défenses immunitaires et sera indiquée en cas d’état grippal ou de légère fièvre, par exemple. C’est aussi une plante vermifuge, qui stimule l’appétit. Elle peut également soulager les hémorroïdes et les règles douloureuses. Pour ces indications-là, on l’utilisera sous forme de cataplasme, en imbibant les plantes séchées d’eau chaude jusqu’à pouvoir les ramollir et en formant une pâte à apposer directement sur la peau. Sa posologie la plus courante reste l’infusion ou la tisane (5 à 10 grammes de plante pour un litre d’eau) à raison de trois tasses par jour pendant cinq jours. Elle ne doit jamais être surdosée, ni utilisée de façon prolongée.

Contre-indications et risques

L’armoise annuelle ne convient pas aux femmes enceintes ou allaitantes. Les personnes souffrant de troubles cardiaques doivent consulter leur médecin avant usage, des effets secondaires de cet ordre ayant été rapportés. Enfin, avant tout usage externe en cataplasme, il est recommandé de faire un test sur une petite surface de peau, afin d’éviter tout risque allergique de type eczéma.

Cultiver l’artemisa chez soi

Il s’agit d’une plante qui se cultive aisément et se replante bien, elle se présente sous forme d’herbes qui peuvent atteindre un mètre ou deux de hauteur. Qui plus est, vermifuge chez l’humain, elle est aussi insectifuge et repoussera sans leur nuire les insectes indésirables tout en composant de jolis massifs dans votre jardin.