Piqûres d’insectes : les reconnaître et les soulager avec des solutions naturelles

Piqûres d'insectes
Piqûre été
Canva
Par Thomas Louis publié le
Journaliste indépendant
En collaboration avec Baria Laalej, naturopathe
626 lectures

Parmi les moments de l’année les plus appréciés, l’été s’impose comme la saison par excellence des petits plaisirs de la vie. Toutefois, entre les balades sur la plage et les longues soirées entre amis, la saison estivale est également la saison des insectes, à commencer par les moustiques, ou encore les guêpes. Baria Laalej, naturopathe, nous indique tout ce qu’il faut savoir pour reconnaître et soulager naturellement les piqûres !

Reconnaître les piqûres d’insectes

De manière très concrète, il est parfois difficile de savoir distinguer une piqûre d’insecte, pour la simple et bonne raison que toutes ne prennent pas la même forme sur la peau.

Toutefois, il existe quelques grands critères, selon lesquels il est possible de savoir s’il s’agit d’un moustique, d’une guêpe, ou encore d’une araignée. Des critères visuels, mais également physiques pour certains insectes. En été, voici donc les principales piqûres susceptibles d’apparaître sur la peau :

  • Piqûre de moustique : un bouton en forme de cercle se forme, souvent un peu boursouflé,
  • Piqûre de guêpe : un point rouge gonflé, qui s’accompagne d’une douleur,
  • Piqûre d’abeille : une rougeur boursouflée,
  • Piqûre de frelon : une rougeur localisée accompagnée d’une démangeaison et d’une douleur, mais aussi d’une potentielle allergie généralisée,
  • Piqûre d’araignée : une démangeaison, ainsi qu’une rougeur et un gonflement localisés.

Et si toutes ces piqûres sont plus ou moins graves, il existe des solutions naturelles pour les soulager, et parfois même pour les éviter !

Les solutions naturelles pour éloigner les insectes

Éloigner les insectes est probablement le premier réflexe à adopter pour éviter les piqûres. Dans cette perspective, Baria Laalej, naturopathe, nous donne quatre conseils pratiques… et naturels !

  1. « Placez des morceaux de tissus imbibés d’huile essentielle de citronnelle un peu partout chez vous, ou utilisez un diffuseur, 
  2. Si vous aimez l’ail, vaporisez chez vous de l’eau d’ail (pour cela, faire macérer des gousses d’ail coupées en morceaux dans un verre d’eau),
  3. Coupez une bouteille en deux. Dans la moitié basse, mélangez 50 g de sucre brun et 20 cl d’eau chaude et versez-y ensuite 1 g de levure de bière sans la mélanger. Déposez la moitié haute de la bouteille dedans, goulot vers le bas. Le sucre va fermenter et les moustiques attirés par le gaz de fermentation se retrouveront bloqués dans la bouteille,
  4. Plantez de la menthe poivrée et/ou de la lavande, du basilic dans votre jardin, votre balcon ou à la fenêtre.

Selon l’insecte ciblé ou les moyens à sa disposition, les techniques seront différentes, mais toutes ont fait leurs preuves. Toutefois, il arrive que les insectes soient encore plus “malins”, et parviennent à nous piquer. En conséquence, la désagréable sensation de démangeaison peut survenir. Dame Nature a encore ce qu’il nous faut pour la soulager !

Les solutions naturelles pour éviter les démangeaisons

Une piqûre d’insecte répond souvent à une conséquence que l’on redoute : se gratter. Mais, dans un premier temps, selon Baria Laalej, cela répond à une logique tout à fait claire : “Lorsqu’on est piqué par un insecte (moustique, guêpe…), le système immunitaire sécrète en réponse de l’histamine, ce qui entraîne des démangeaisons qui peuvent être accompagnées d’une inflammation.”

Il existe donc des solutions naturelles pour “éviter ces démangeaisons parfois insupportables au point se gratter jusqu’à saigner et risquer une infection :

  • Le vinaigre (de cidre ou blanc) ou le jus de citron frais, à appliquer sur la piqûre à l’aide d’une compresse. Ces produits, à utiliser purs, sont très concentrés en acide acétique, qui est un excellent antiseptique et aide à soulager les démangeaisons,
  • On peut aussi frotter délicatement la piqûre avec du persil dont on aura bien écrasé les feuilles pour extraire du suc. On peut aussi appliquer sur la trace de piqûre un pansement sur du persil écrasé. Il est, par ailleurs, possible utiliser de la même façon des feuilles de cassis, de plantain ou des fleurs de géranium si on en a à disposition,
  • Étaler sur la piqûre un cataplasme de bicarbonate de soude (préparer une pâte avec une cuillère à soupe de bicarbonate et une cuillère à soupe d’eau), auquel on peut ajouter quelques gouttes de citron ou de vinaigre,
  • En cas de piqûre de guêpe ou d’abeille, après avoir ôté le dard et nettoyé la plaie à l’eau et au savon, faire souffler la chaleur du sèche-cheveux pendant deux minutes, et appliquer ensuite une poche de glace apaise la douleur. On peut aussi poser un cataplasme d’argile verte afin d’aspirer le venin.”

Avec tout ceci, l’été devrait se passer sous les meilleurs auspices ! Mais il reste une question à laquelle il convient de répondre : quid des huiles essentielles ? 

Si, par exemple, on a coutume d’évoquer la citronnelle pour repousser les moustiques, cette solution est-elle universelle ? Et surtout : existe-t-il des huiles essentielles pour soulager les piqûres d’insectes ? Selon Baria Laalej, naturopathe, il semblerait que oui !

Les huiles essentielles pour soulager les piqûres d’insectes

En premier lieu, Baria Laalej nous met en garde : il est possible d’utiliser des huiles essentielles pour soulager une piqûre, “mais il y a beaucoup de contre-indications en fonction de l’âge, du terrain allergique, de l’état de santé. Il faut donc bien se renseigner en amont.”

En effet, les huiles essentielles sont des produits naturels, mais très concentrés. Bien souvent, on les déconseille aux femmes enceintes ou aux enfants en bas âge, et le mieux reste de prendre conseil auprès d’un spécialiste. Il est également capital d’éloigner les animaux de ce type de produit.

Néanmoins, lorsque le terrain est propice et que toutes les conditions sont réunies, il existe des huiles essentielles à adopter pour soulager les piqûres d’insectes, à commencer par la lavande aspic qui semble être, selon Baria Laalej, “celle qui fait l’unanimité et peut être utilisée par la plupart d’entre nous”.

Pour la choisir, la naturopathe nous indique que “pour être sûr que c’est la bonne variété de lavande, il suffit de se référer à son nom latin : lavandula latifolia medik”. 

Concernant son utilisation, Baria Laalej nous conseille de l’utiliser pure : “une goutte sur la piqûre à renouveler tous les quarts d’heure si besoin”. Et comme on le précisait pour toutes les huiles essentielles en général, ici, “la lavande aspic est interdite aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 6 ans. Pour ce public plus fragile, on pourra utiliser de la lavande vraie, de la lavande fine, de la citronnelle, de l’eucalyptus citronné ou du géranium rosat, en diffusion pendant 30 mn dans la pièce (pas de bébé présent en même temps). De nombreuses marques bio proposent des synergies, à utiliser soit en diffusion, soit en application cutanée.”

L’huile essentielle de lavande aspic n’est pas la seule à permettre de soulager les piqûres d’insectes, et il est même possible de créer sa propre synergie anti-démangeaisons : “Une goutte d’huile essentielle de Citronnelle de Java diluée dans 4 gouttes d’huile végétale en application cutanée plusieurs fois par jour (strictement à partir de 3 ans uniquement). À moins de 3 ans, et en cas de grossesse ou d’allaitement, uniquement en diffusion.”

À présent, il ne reste plus qu’à profiter de l’été, naturellement !


Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :