Gadhimai : une célébration hindoue sanglante qui sacrifie 300.000 animaux tous les 5 ans

Abbatage à ciel ouvert lors du festival Gadhimai
Badhimai est un festival religieux hindou qui abbat des centaines de milliers d'animaux tous les cinq ans, dans le but de vénérer un dieu. Bien que contesté, cet évènement se déroulera au Népal en novembre prochain.
Par Mathieu Doutreligne publié le
15134 lectures

Gadhimai est un festival religieux hindou qui abat des centaines de milliers d'animaux tous les cinq ans, dans le but de vénérer un dieu. Bien que contesté, cet évènement se déroulera au Népal en novembre prochain.

Un massacre gigantesque

Le festival de Gadhimai est une célébration hindoue qui se déroule tous les cinq ans à Bariyapur, une ville située à 160 km au sud de Katmandou au Népal.

Pour les croyants, ce moment important de leur religion est l’occasion d’un sacrifice considérable, effectué dans le but d’honorer Gadhimai, déesse de la puissance dans la religion hindoue. Buffles, porcs, chèvres, poulets, pigeons, entre 150.000 et 300.000 animaux sont tués en l’espace de deux jours. Il s’agit du deuxième plus grand sacrifice animal au monde derrière l’Aïd el Kebir, la grande fête musulmane du sacrifice.

La majorité des participants sont des Indiens, du nord du pays, qui détournent l’interdiction de sacrifice dans leur pays en se rendant sur les terres du Népal.

Moment de grande spiritualité pour les Hindous

Tradition depuis plusieurs siècles, le festival népalais commence au temple de Bariyapur où des millions de fidèles se lavent les mains avant de se diriger vers le lieu d’abattage à ciel ouvert.

Les hindous accordent beaucoup d’importance au sacrifice de l’animal. Ils croient que cette offrande leur apportera la prospérité. Ils sont également convaincus qu’en mangeant la viande du sacrifié, ils seront protégés du diable.

En deux jours, l’ensemble des animaux est tué par plusieurs centaines d’hommes. Après la cérémonie, les carcasses sont vendues aux bouchers et à des entreprises de transformation pour être revendues aux fidèles et aux locaux.

Opposition grandissante

Des opposants à travers le monde entier manifestent depuis de nombreuses années pour essayer d’interdire cet évènement, affirmant que les animaux sont des êtres pensant et qu’ils ne devraient pas être traités de telle sorte.

Brigitte Bardot et Maneka Gandhi ont été très actives lors du précédent festival de 2009. Cependant, malgré plusieurs tentatives et des lettres au gouvernement, le festival s’est déroulé. Ram Bahadur Bomjon, considéré comme la réincarnation de Bouddha, a même prêché la non violence en offrant sa bénédiction à la place.

Une pétition est actuellement en ligne sur la plateforme mondiale pour le changement change.org et recense 35.000 signatures, mais malgré les protestations grandissantes, la prochaine célébration aura lieu cette année, les 24 et 25 novembre prochains.

Le point de vue “hypocrite” des occidentaux

Les observateurs Népalais sont conscients des vagues de protestation. Toutefois, ils estiment que ce rite hindou n’est pas vraiment différent des abattages modernes qu’on retrouve dans les pays occidentaux. De plus, les pratiquants sont persuadés que le sacrifice va leur porter chance. Ils voient l’évènement différemment.

Bien que végétarienne, Sushma Joshi, écrivain et cinéaste Népalaise explique : “Certes, la culture ne justifie par tout, mais le sacrifice de Gadhimai ne devrait pas choquer autant les familiers de l’abattage électrique, en Europe et aux États-Unis par exemple. Combien d’animaux sont tués tous les jours dans les abattoirs du globe ? Pour la population Népalaise, pauvre, la viande demeure un luxe. Le festival est la seule occasion de l’année au cours de laquelle ils peuvent en manger. C’est pourquoi je trouve hypocrite de décrier cet évènement. Gadhimai ne fait que montrer ce qui se passe tous les jours dans les abattoirs du monde entier, et que le monde entier refuse de voir. La seule différence est que, ici, on voit la violence avec laquelle les bêtes sont tuées.

 

Attention, les images qui suivent sont fortes et peuvent choquer les personnes sensibles.

Source : travelyourassoff.com - dailymail.co.uk - france24.com - gk4every1.blogspot.fr

Commentaires