"Sans résidu de pesticides" : vers une troisième voie pour les fruits et légumes ?

Fruits et légumes
Zéro résidu de pesticides
Par AFP/Relaxnews publié le
4713 lectures

Entre une tomate poussée sous serre, sans beaucoup de goût mais très bon marché, et une coûteuse tomate bio, rougie au soleil en pleine terre, de plus en plus de producteurs de fruits et légumes testent une troisième voie : le "zéro résidu de pesticides" garanti.

Face aux enjeux environnements et de santé, la demande de produits sans pesticides augmente. Avec un petit label rond de couleur verte, portant l'inscription "zéro résidu de pesticides", un collectif de 52 producteurs a engagé en un peu plus d'un an une mini-révolution dans le monde du végétal frais.

La garantie "zéro pesticide" gagne du terrain

Fin 2017, sept entreprises fondatrices ont forgé le concept, qui retient aujourd'hui l'attention des pouvoirs publics et celle de la distribution : huit enseignes l'ont adopté en un an.
La promesse au consommateur porte sur l'absence de tout résidu de substances actives, garantie par un laboratoire indépendant certifié, Cofrac, et un organisme de contrôle extérieur, Kiwa : aucune substance interdite, aucun insecticide néonicotinoïde, aucun glyphosate, dans la limite de 0,00001 g par kilo, soit bien en dessous des limites maximales de résidus autorisées, qui sont les seuils légaux fixés par l'Union européenne.

Le collectif "Nouveaux Champs" produit aujourd'hui 46 espèces de fruits et légumes frais sous ce label.

Quelles différences avec le bio ? 

Comment font-ils ? Alors que la culture biologique est une obligation de moyens, une culture en pleine terre, avec zéro produit de synthèse utilisé pendant la culture, les producteurs ZRP ont une obligation de résultat : pas de résidus de pesticides à la fin. Pendant la culture, les intrants sont fortement limités. On recourt à la lutte biologique, des serres en culture hors sol utilisant des substrats régulièrement changés pour éviter la propagation des épidémies dans le sol, des insectes auxiliaires prédateurs d'autres espèces qui attaquent les plantes...

Ces producteurs revendiquent déjà une réduction rapide des produits chimiques : en un an, sur près de 500 parcelles engagées dans le projet :

"Nous avons réduit notre indicateur de fréquence de traitements phytosanitaire (IFT) de 51%", affirme Gilles Bertrandias, président du collectif "Nouveaux Champs" et patron de la coopérative du sud de la France, Les Paysans de Rougeline.

Soit l'objectif que s'est fixé l'ensemble de la filière pour... 2025.

Chaque parcelle est testée au moins deux fois. Le laboratoire analyse les fruits avant récolte pour déterminer leur conformité, puis à l'expédition. Pour les fruits en récolte continue comme les fraises, le premier test a lieu avant maturité, puis une fois tous les quinze jours dans chaque parcelle.
Si un insecte ravageur ou un champignon attaque les cultures et qu'un traitement est nécessaire pour sauver la récolte, la production sera vendue en "conventionnel". Environ un tiers a été déclassé l'an dernier.

Alors que si un producteur bio subit la même mésaventure, il doit perdre sa récolte ou son label (et il doit alors refaire le parcours de conversion de trois ans, durant lequel il valorise plus difficilement ses produits).
Le groupe breton Saveol, pionnier des serres à insectes, s'est allié en février 2018 avec d'autres bretons, Solarenn et Prince de Bretagne, pour des produits sans résidus de pesticides.
Et le géant mondial du légume en conserve, Bonduelle, a annoncé sa conversion au zéro résidu pendant le salon de l'agriculture: il prévoit de lancer trois variétés de salades en sachet et une de maïs sans résidu en 2019.

Répondre à la demande du consommateur

"C'est une transformation holistique de l'ensemble du groupe", a indiqué le directeur général de Bonduelle, Guillaume Debrosse. Selon lui, à côté du bio "générique", le sans résidu permet un axe de "diversification", centré sur la "santé" du consommateur. Dans son contrat de filière rendu pour les Etats-Généraux de l'alimentation, l'interprofession des fruits et légumes s'inquiétait de la "défiance des consommateurs français vis-à-vis des conditions de production".

Le secteur a été échaudé par une étude de Générations Futures l'an passé selon laquelle 2,7 % des échantillons de fruits analysés par la DGCCRF présentaient des taux de pesticides supérieurs aux limites autorisées.

"Nouveaux champs", qui compte un responsable de l'INRA dans son conseil d'administration, a présenté sa démarche aux ministères de l'Agriculture et de l'Environnement. "Nous devons nous revoir en mars", précise M. Bertrandias. Côté tarif, les prix des fruits et légumes zéro résidu se situent à mi-chemin entre le conventionnel et le bio.

Pour Thierry Cotillard, PDG d'Intermarché, "le zéro résidu de pesticide est une démarche intelligente qui cartonne en rayons". "Ce que nous craignons, c'est qu'ils manquent de volume, car la demande est très forte."

 

Commentaires