Le lactarium de Rennes en manque de lait maternel

Le lactarium de Rennes en manque de lait maternel
Le lactarium de Rennes en manque de lait maternel
Par La rédaction publié le
252 lectures

Rencontrant une pénurie de lait maternel, le lactarium de Rennes lance un appel aux dons et à la solidarité des jeunes mamans…

Collecter, préparer, traiter et distribuer le lait maternel : telle est la mission des lactariums. Les dons sont destinés aux bébés malades, prématurés ou aux mères ne produisant pas assez de lait, ou lorsque l’allaitement est douloureux ou impossible pour elles. Cet aliment est essentiel aux nourrissons les plus vulnérables puisqu’il contribue à la réduction de pathologies digestives graves et protège l’organisme des infections.
Mais le lactarium de Rennes est actuellement dans une situation critique. En effet, les réserves s’amenuisent de jour en jour et l’établissement craint la pénurie.

"Nous manquons cruellement de lait maternel ", explique le Dr Anne Sauret, pédiatre néonatologiste et responsable du service, au site Ouest France. Pour amortir le manque de lait, la structure "a dû en acheter auprès des hôpitaux de Brest et Marmande (Lot-et-Garonne) (…) C’est la première fois que cela nous arrive." Il faut dire qu’aujourd’hui, les donneuses sont moins nombreuses or, actuellement, la demande est forte, tous les lits de l'hôpital Sud de Rennes sont occupés.

Un don gratuit et encadré

Bien qu’anonyme et gratuit, toutes les jeunes mères ne peuvent pas faire don de leur lait. Seules celles ayant eu un bébé depuis moins d’un an et produisant plus de lait que nécessaire pour les propres besoins de leur enfant peuvent présenter leur candidature. Les fumeuses, consommatrices de drogues et d’alcool ne sont pas acceptées. Par ailleurs, le conjoint comme la donneuse ne doivent pas avoir de conduites sexuelles à risque et il ne faut pas avoir été transfusée au cours des deux dernières années. Des prises de sang sont réalisées tous les trois mois pour des examens sérologiques.

Si vous rentrez dans les critères, contactez l’hôpital Sud pour de plus amples informations sur la marche à suivre, la prise d’un rendez-vous médical notamment.

Une fois la procédure lancée, sachez qu’il est possible d’apporter directement son lait à l’hôpital. Des collectes à domicile sont aussi organisées. "On peut aller jusqu’à 100 km ou une heure de route du CHU si les quantités sont importantes [au minimum entre 1 et 2 litres] ", indique le Dr Sauret.
Le matériel, qui doit être bien entendu stérilisé, peut être fourni par l’hôpital. Le lait doit être conservé, de préférence à l’écart des autres denrées, pendant deux jours au réfrigérateur avant d’être placé dans le congélateur. Vos appareils électroménagers devront d’ailleurs être régulièrement nettoyés pour éviter la prolifération de bactéries.

Source(s):
  • Ouest France
Commentaires