5 règles d’or pour bien aérer son logement

fenêtres ouvertes
5 règles d’or pour bien aérer son logement
Par Isabelle Frenay publié le
2247 lectures

Tabac, vernis, peintures, solvants, produits de ménage, acariens, les substances polluantes présentes dans nos intérieurs sont nombreuses. A l’heure de la deuxième vague de la Covid-19 et du télétravail, bien aérer son logement en ouvrant les fenêtres devient un geste barrière à privilégier, selon plusieurs études. Voici les bons réflexes à adopter été comme hiver.

Moins connue que le lavage des mains ou le port du masque, l'aération de nos maisons et des bureaux constitue un geste barrière à ne pas négliger pour se protéger des maladies respiratoires dont le coronavirus. Le 16 octobre dernier, Emmanuel Macron dans son intervention télévisée a rappelé, parole de scientifiques à l’appui, “qu’une aération de 5 à 15 minutes par jour suffit amplement à renouveler l'air dans l'espace de vie”. L’Allemagne a, quant à elle, adopté fin septembre ce geste barrière dans ses recommandations officielles visant les espaces privés et publics.

Trois fois par jour 10 minutes

Plus un espace est clos, exigu et peuplé, plus il convient d'aérer. Une aération naturelle, par l'ouverture de fenêtres, est conseillée de manière "régulière", soit "au minimum pendant 10 à 15 minutes deux fois par jour", indique le ministère de la Santé. L’objectif est d’éviter la contamination des espaces confinés par des micro-gouttelettes qui s’évaporent dans l'air. Ces aérosols proviennent des plus grosses particules de virus projetés jusqu’à 1,5 mètre lors de la toux, la respiration ou l’éternuement. Si ouvrir la fenêtre souvent est l’idéal, évitez cependant le coup de froid en restant trop longtemps dans la pièce aérée, en télétravail par exemple. Profitez de votre autorisation de sortie pour ventiler votre logement.

De préférence avant 10h et après 19h

L’Ademe ( l’Agence de la transition écologique) recommande d'aérer son logement dès le lever avant 10h et en fin de journée, après 19h quelle que soit la saison. L’air extérieur est plus sujet à la pollution entre ces deux horaires. Pour assainir l’air de la chambre à coucher, celle-ci peut être ventilée avant d'aller dormir plusieurs heures d'affilée. Pensez à couper le chauffage pendant le temps où vous aérez afin de ne pas le mettre en surrégime. Quant à la température intérieure, “elle devrait se trouver entre 18 et 22 °C", souligne l’Ademe.

Chasser l’humidité

Les virus aiment les milieux humides. C’est pourquoi mieux vaut aérer, été comme hiver, pendant et après les activités qui génèrent beaucoup d’humidité pour évacuer la vapeur d’eau (bain, douche, lessive, cuisson, etc.). En cuisine, il suffit de mettre un couvercle sur les casseroles et d'activer la hotte aspirante. Pour faire sécher le linge, choisissez une pièce bien ventilée ou si vous le pouvez, étendez le l’extérieur.

Limiter l’utilisation des encens et bougies parfumées

L'encens, les huiles essentielles, sprays d’intérieur et bougies parfumées, plébiscitées en automne pour créer un effet cocon à la maison, sont à utiliser avec modération. Il est nécessaire de bien aérer après leur utilisation, au moins 10 minutes, car ils contiennent des composés organiques volatils (COV), des polluants d'intérieurs, lors de leur combustion, conseille l’Ademe. 

Privilégier le ménage au naturel

Pensez à bien aérer votre logement, après le ménage. La plupart des produits d’entretien industriels  (spray, gel, décapant, désinfectant etc..) renferment des substances chimiques et sont donc des sources de pollution importantes (allergènes, perturbateurs endocriniens). Ceci explique en partie que l’air intérieur soit sept fois plus pollué que l’air extérieur. Pour assainir l’air de la maison, la période de confinement est le bon moment pour s’initier à la réalisation de produits fait maison à base de vinaigre blanc, savon noir ou encore bicarbonate de soude, stars du ménage écolo

Photo : pixabay
Commentaires