La Raw Food, notre nouvel atout santé ?

raw food cuisine crue
raw food
© Marie-Sophie L
Par Charlotte Vierne publié le
Journaliste indépendante
1000 lectures

NatuRawChef et ambassadrice de la Raw Food française, Marie-Sophie L. nous invite à la découverte d’une autre cuisine, source de vitalité et renforçant l’immunité. Préservant la qualité nutritionnelle des aliments, cette cuisine potentialise également leurs bienfaits grâce à des techniques simples et non invasives.

« Je me suis sentie radieuse, intellectuellement boostée et j’avais une énergie incroyable ! » Lorsque Marie-Sophie L. expérimente pour la première fois la Raw Food, les effets ne tardent pas à se faire sentir, à son plus grand étonnement ! Pour l’actrice, ex-femme de Claude Lelouch, devenue NatuRawChef®, tout a commencé un peu par hasard : « Suite à une période difficile, je me suis arrêtée de manger. Et à l’issue de ce jeûne prolongé, j’avais « réinitialisé » mes papilles et la nourriture crue était la seule chose que je pouvais avaler ! ».

Le hasard fait bien les choses

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Marie-Sophie s’est toujours intéressée à l’alimentation. Jeune fille, ses amis lui offraient déjà de la levure de bière et du germe de blé. « A l’époque les magasins bio n’existaient pas, mais on trouvait déjà des officines diététiques ! » Alors qu’elle attend son deuxième enfant, Marie-Sophie se lance, à 26 ans, dans une formation de naturopathe à la Faculté de médecine de Lariboisière à Paris : « L’alimentation est un levier pour rester en bonne santé et avec la responsabilité d’avoir des enfants, j’ai souhaité leur donner ce qu’il y avait de mieux. » Gourmande à l’adolescence, elle n’aimait, alors, pas la nourriture de tous les jours !
Trente ans plus tard, les choses ont bien changé : devant sa recette de rawsotto® de panais aux cèpes, Marie-Sophie s’émerveille des notes réglissées de ce tubercule oublié que l’on cultivait, au Moyen Âge, dans les monastères : elle pourrait disserter des heures sur le savant dialogue qu’il établit avec les accents « animal et boisé » des cèpes ! Et si la cuisine est un art, elle ne peut se passer de maîtrise technique. Et cela, d’autant plus lorsqu’il s’agit de Raw Food : « les recettes qui circulent gratuitement sur les réseaux ne sont malheureusement pas convaincantes et sont loin de rendre justice à la merveilleuse cuisine que constitue la Raw Food ! ».

L’instant cru de Marie-Sophie L.

 Pour Marie-Sophie, c’est sur ce constat que tout commence. Contrainte de répondre à ce besoin du corps qui lui crie son appétence pour le cru à l’issue de son jeûne, elle découvre que le Raw est bel et bien un mouvement. A la recherche de recettes « émotionnellement rassasiantes », elle se forme, à l’occasion d’un séjour en Californie, au Living Ligth culinary Arts Institue de Fort Bragg, non loin de San Francisco. « A l’époque, se souvient-elle, je ne pensais pas en faire un métier mais j’ai créé mon carawmel qui, tout de suite, a fait florès sur les réseaux sociaux ! » A son retour en France, Marie-Sophie déborde de créativité s’agissant de cette nouvelle alimentation qui comble les besoins du corps aussi sûrement qu’il satisfait les papilles. Elle donne naissance à la « Bonne Foi® », une version gratrawnomique® végétale et bio du foie gras, distinguée, en 2019, par le Trophée de l’Agroalimentaire dans la catégorie « Arts Culinaires et Innovation ».

S’enchaîne une multitude de recettes, bientôt rassemblées sur un site Internet baptisé Marie-Sophie L. et proposant des formations en ligne destinées au grand public ! Quelques années plus tard, le succès est à la hauteur de l’innovation proposée. Depuis le lancement du site en 2013, Marie-Sophie a converti plus de 2000 particuliers sensibles au bien manger, aux plaisirs de la cuisine végétale et sans cuisson ! Et les commentaires sont des plus dithyrambiques : « ce dont mes élèves témoignent le plus, c’est la joie de vivre que cette cuisine leur procure ! » Un vent joyeux qu’elle continue aujourd’hui de souffler en proposant, depuis début mars, une formation diplômante pour professionnels.

Raw Food : une cuisine santé, source de vitalité

Outre la joie de vivre, la Raw food serait à l’origine de nombreux bienfaits. Health nutritionnist diplômée en Science of Raw Food et formée auprès des célèbres ambassadeurs de la cuisine crues aux Etats-Unis, Rick et Karin Dina, Marie-Sophie est formelle : « la cuisine crue est vivante et nous permet de profiter à 100 % de la valeur nutritionnelle des aliments. » Dans le cru, pas de cuisson dépassant les 42° alors que les valeurs oscillent entre 150 et 280° pour nos modes de cuisson traditionnels ! Or, « à partir de 45° les enzymes contenues dans les aliments commencent à se dégrader ; entre 50 et 60° la vitamine C est détruite et autour de 100° les oligo-éléments sont détériorés ! » Et ce n’est pas tout, dès 110°, les vitamines A et D sont oxydées tandis que les vitamines E, F et K sont, pour leur part, totalement anéanties. « Plus grave encore, au-delà de 120°, les graisses sont transformées en goudron et en nicotine sous l’effet de la réaction de Maillard ! » Ainsi, ce qui est bruni, caramélisé ou doré au four, nous procurant, bien souvent, des sensations gustatives dont nous raffolons, génère en réalité de la glycation, un phénomène résultant de la réaction de l’organisme aux sucres et contribuant au vieillissement cutané aussi sûrement qu’il favorise l’apparition de cancers.

Autre avantage de la cuisine crue, « on n’est jamais en surpoids quand on mange cru ! » Plus besoin de manger en quantité pour avoir notre ratio de nutriments vitaux ! Ils sont là, instantanément disponibles dans les légumes racines, les feuilles, les fruits, les bulbes, les algues, les fleurs ou les oléagineux. « Ce sont là tous les aliments reconnus par les neuroscientifiques comme favorisant le bon fonctionnement du cerveau ! »

Des techniques préservant le potentiel nutritionnel

Contrairement à d’autres régimes alimentaires, la Raw Food offre des techniques préservant, voire potentialisant, la qualité nutritionnelle des aliments. Déshydratation, découpe et surtout germination « qui majore le pouvoir nutritionnels des végétaux de 100 à 200 % » sans oublier la lacto-fermentation « qui potentialise l’intérêt nutritionnel en générant de l’acide lactique capable de réensemencer la flore intestinale » : autant de procédés garantissant un apport de calories riches en nutriments par opposition aux calories vides, résultant de la cuisson.

Frawmages, crèmes et laits végétaux, jus, smoothies, purées, soupes, semoules et grains de riz végétaux, la Raw Food offre également un large éventail de délices sucrés. « Des glaces aux sorbets et des cakes aux tartes en passant par les crupotes et les crawmbles, l’alimentation crue convoque les sens de façon aussi vigoureuse qu’elle est inattendue ! » Et Marie-Sophie L. nous l’assure, la Raw Food représente, dans la plupart des cas, un gain de temps non négligeable : « c’est si facile dès lors que vous avez la bonne recette ! Il suffit d’appuyer sur un bouton pour actionner un blender ! » Et contre ceux qui verraient dans la Raw Food un nouveau dogme culinaire, Marie Sophie promet « qu’il n’est pas nécessaire d’être à 100 % cru ». Le simple fait de commencer son repas par un plat cru procure déjà d’énormes bénéfices : « le tout est de restaurer ce dialogue intime avec son corps ! ».
Alors si vous vous demandez ce que vous allez manger cet été, pourquoi ne pas essayer cette alimentation crue convoquant effrontément vos sens et source de vitalité ?

Pour en savoir plus : www.Marie-Sophiel.com

Photo : © Marie-Sophie L