Gel de printemps : protéger son jardin des gelées printanières

gel printemps
gel printemps : protéger son jardin
© Pixabay
Par Claire Villard publié le
Journaliste indépendante
937 lectures

Avril : un mois délicat au jardin. Le printemps est là, l’air se réchauffe en pleine journée, mais le thermomètre descend fréquemment en dessous de zéro durant la nuit. Voici quelques conseils pour bien protéger vos plantations en attendant l’été.

Nos aînés ont eu pour habitude de se méfier de la météo jusqu’aux fameux « saints de glace », qui correspondent aux 11, 12 et 13 mai. Les gelées de printemps sont en effet redoutées des jardiniers, qui ont de nombreux travaux à effectuer à cette période de l’année, nettoyage, taille, élagage, semis… mais qui doivent garder en tête que les températures nocturnes peuvent descendre très bas et plusieurs jours durant.

Pas question donc de risquer le coup de froid sur les petites pousses qui commencent juste à pointer leur nez au potager. Pour cela, conservez vos pots et jardinières dans un espace à l’abri du vent, dans l’idéal une remise ou un garage. Enlevez également les soucoupes sous les pots afin d’éviter les réserves d’eau. Et bien sûr, n’arrosez pas durant ces épisodes de gel.
Ensuite, pour protéger efficacement les semis en pleine terre, les arbustes, et tout ce que vous ne pouvez pas déplacer, plusieurs méthodes existent.

Voiles d’hivernage et cloches de protection

« La première solution est le voile d’hivernage, explique-t-on à la boutique Le parfait jardinier, à Toulouse. Il s’agit d’une grande toile avec laquelle on recouvre les parties aériennes des plantes. Il permet de conserver une température de 5 à 6°C. » Selon ce que l’on veut abriter, ce grand voile peut être disposé de plusieurs manières : de sorte à envelopper un olivier ou des arbustes exotiques, par exemple, « ou bien façon tipi autour de la culture, en le maintenant avec des bambous », conseille-t-on encore. Autre technique : « utiliser des tuteurs en arceaux pour former un tunnel sur les plantes basses. » Avantage de cet accessoire, il est peu onéreux, laisse bien passer la lumière et permet à la plante de respirer. Vous pouvez en confectionner vous-même en utilisant un tissu léger non tissé.
Mais attention, pas de sacs poubelle ! Le plastique ne les laissera pas suffisamment respirer et vous risquez de voir apparaître des moisissures. Mauvaise surprise à tous les coups en les retirant. Veillez aussi à ne pas contraindre ou tordre la plante en l’enveloppant.

Pour les plants individuels, en pots ou en terre, vous pouvez vous procurer des cloches en verre en jardinerie. En mode fait-maison, des demi-bouteilles en plastique peuvent très bien faire l’affaire. Mais dans tous les cas, faites attention à les retirer pendant la journée pour les aérer et leur permettre de recevoir un peu de lumière.

Paillage et buttage

Autre manière encore plus écolo de protéger votre jardin : le paillage. « Cela consiste à déposer de la matière à même le sol, autour des plants. Cela peut être des copeaux de bois par exemple, ou la litière en chanvre qu’on utilise habituellement pour les lapins », évoque-t-on au Parfait jardinier. Il est aussi possible de faire un paillis composé d’autres éléments végétaux ou minéraux, ou mélange des deux. Le compost est également efficace et a l’avantage de nourrir le sol.
Dans tous les cas, partez sur un paillage suffisamment épais, 15 à 20 centimètres. À retirer dès qu’il ne gèle plus pour permettre à votre sol de se réchauffer progressivement.

Fonctionnant de la même manière que le paillage, c’est-à-dire comme une barrière naturelle contre les éléments, il existe le buttage. Il s’agit là d’amonceler de la terre autour des tiges fragiles. Cela peut être adapté à un rosier tige, ou, au potager, aux pommes de terre, poireaux, asperges… Dans tous les cas, l’opération est à réaliser avec de la terre sèche et doit bien rester à l’extérieur de la plante.

Profiter des plantes résistantes au gel

La meilleure chose à faire pour ne pas voir son jardin abîmé par les gelées, c’est de planter les bonnes cultures au bon moment. Certains légumes d’hiver aiment même le gel ! C’est le cas du chou de Bruxelles -la plupart des variétés de chou, d'ailleurs, le supporte- et du panais, qui se défendent contre le froid en produisant du sucre. Conséquence, ils sont plus gourmands dans l’assiette.

Du côté des fleurs, certaines variétés s’épanouissent très bien en hiver, comme la pensée, mais aussi certains rosiers. Vous pouvez également commencer dès maintenant à composer de belles jardinières avec des primevères, des massifs de géraniums vivaces, et planter en pleine terre des lavatères, qui passeront les mois d’avril et mai sans problème.

Commentaires