Comment initier son enfant à l’écologie ?

initier enfant écologie
initier enfant écologie
© Stocklib
Par Dorothée Blancheton publié le
Journaliste indépendante
531 lectures

Vous avez la fibre écolo et souhaitez y sensibiliser votre enfant ? Il existe de nombreuses manières de l’initier au respect de l’environnement. Et bien sûr, comme souvent, si vous montrez l’exemple, il y a de fortes chances pour qu’il vous imite. Julie Laussat, auteure de « 1 mois pour une vie de famille plus écolo » et Julien Vidal, auteur de « Ça va changer avec vous », nous proposent quelques idées.

Lui expliquer concrètement l’intérêt

Prenez d’abord le temps d’expliquer à votre enfant pourquoi c’est important de faire telle action au quotidien. « Dire à son enfant que laisser la lumière allumée ou l’eau couler, ça gaspille de l’énergie, ce n’est pas très parlant pour lui. Il a besoin de comprendre d’où viennent ces ressources et quelle quantité on utilise... Pour l’aider, on peut, par exemple, lui faire prendre sa douche dans la baignoire en la bouchant. Il verra alors la quantité d’eau utilisée. Et si sa douche dure plus de 5 min, c’est comme s’il prenait autant d’eau que pour un bain. Pour changer ses habitudes, on peut lui dire que la douche ne doit pas durer plus longtemps que la chanson qu’on met », propose Julie Laussat, auteure de « 1 mois pour une vie de famille plus écolo » chez Hachette Pratique et co-fondatrice du magazine Veir.

L’informer de manière ludique

Pour aller plus loin dans ces explications, pour l’informer sur les animaux et les espaces menacés, on peut lui montrer des livres (Petites gestes pour la planète, Ed. Nathan ; L’écologie, Ed. Milan ; Le grand livre jeu pour sauver la planète, éd. Nathan ; Où vont les déchets de ma poubelle ?, Ed. Tourbillon...), des documentaires ou films d’animation...

Se promener dans la nature

Rien de tel que de marcher dans la nature pour se rendre compte de sa beauté et de la vie qui y règne. En forêt, sur les chemins de campagne, en bord de mer, à la montagne, marchez et apprenez à votre enfant à éveiller ses sens : qu’entend-t-il ? Que sent-il ? Voit-il des animaux ? Des plantes ?... « On peut faire une balade avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), utiliser le portail Open qui sert à l’identification des espèces. On peut réaliser un herbier pour voir les différentes espèces et leur temporalité... L’idée c’est de trouver un prétexte pour regarder ce qui se passe dans la nature », conseille Julien Vidal, auteur de « Ça va changer avec vous » (éd. Pocket) et directeur-fondateur de www.cacommenceparmoi.org. Toute la famille peut aussi s’équiper de gants et d’un sac pour collecter les éventuels déchets laissés dans ces espaces naturels.

Jardiner ensemble

Autre bonne idée pour l’initier à l’écologie, lui proposer de jardiner ensemble. Utilisez l’eau de pluie accumulée dans vos récupérateurs d’eau et montrez-lui leur intérêt. Paillez les plants pour garder leur humidité. Si vous n’avez pas de jardin, vous pouvez toujours semer des graines de radis ou faire pousser des plantes aromatiques, des tomates cerise dans des jardinières.Il verra comment poussent les végétaux, devra en prendre soin en les arrosant, en récoltant les fruits et légumes.
Pensez aussi aux jardins partagés qui peuvent être une bonne alternative. « Jardiner, c’est une bonne manière de lui faire découvrir d’où viennent les fruits, les légumes, comment on les fait pousser. D’une manière plus générale, ça aborde le thème de l’alimentation et ça peut ouvrir la discussion sur l’origine de la viande, ce que ça veut dire d’en avoir dans son assiette. Ce n’est pas toujours évident à faire mais c’est bien d’informer ses enfants », ajoute Julien Vidal.

Lui apprendre à moins gaspiller

S’initier à l’écologie, c’est aussi apprendre à ne pas jeter ni surconsommer. « On peut proposer à son enfant de décorer sa chambre en utilisant des objets de récupération, d’acheter des vêtements dans un dépôt-vente au lieu d’en acheter des neufs. Plutôt que d’utiliser des emballages en plastique on peut lui montrer qu’on se sert de tissus enduits de cire d’abeille. S’il est plus grand, on peut aussi lui apprendre à réparer certaines choses plutôt que de les jeter », suggère Julie Laussat.

Faire des activités manuelles

Les enfants apprécient les activités manuelles. Fabriquez ensemble des nichoirs, des hôtels à insectes, des abris pour les hérissons... Votre bambin aura plaisir à voir les animaux s’en servir.

Lui donner des missions

Les enfants aiment se sentir utiles et avoir des responsabilités. Julie Laussat propose de leur donner des missions à effectuer. On les choisira en fonction de l’âge de l’enfant et de ses capacités. Il peut, par exemple, s’assurer que les papiers, les emballages en plastique, en carton, les verres sont mis dans les bons bacs de tri sélectif, que tous les appareils sont éteints avant de se coucher. Il peut jeter les détritus au composteur, ouvrir les fenêtres pour renouveler l’air dans la maison...

Y aller en douceur

Si la sensibilisation à l’écologie est assez naturelle et facile avec les plus jeunes, ça se complique un peu avec les enfants plus âgés et les ados. « C’est important d’initier à l’écologie de façon positive et utile et de ne pas changer les habitudes de la famille du jour au lendemain pour éviter des tensions », conseille Julie Laussat. « A l’adolescence, les groupes se créent, le sentiment d’appartenance est très fragile. Les ados aiment avoir les dernières marques, avoir une présence digitale. C’est dur d’aller à l’encontre de ça. Plutôt que d’aborder les choses par le biais de l’écologie, on peut le faire par les passions. Si on a un ado sportif, on peut lui proposer de faire du plogging, c’est-à-dire ramasser les déchets en courant, ou se rapprocher d’une association comme Surf rider et collecter les déchets sur les plages. Parfois, c’est bien de déléguer aussi en montrant les vidéos de jeunes influenceurs qui capteront plus l’attention de l’ado », propose Julien Vidal.
Dans tous les cas, à tout âge, il est possible de semer cette graine écolo chez les enfants qui pourront alors avoir un impact plus positif sur l’environnement.